Divers

Une part de vérité ne constitue pas une vérité

Il y a un complotiste lors des conférences de presse conjointes de la Préfecture et de l’ARS en Guadeloupe.

@ARS. Archive

En France, après l’apparition de cas de thromboses, la Haute Autorité a décidé de ne recommander l’injection du sérum que pour les plus de 55 ans. Le vaccin subit depuis une véritable crise de confiance.
« En pleine pandémie, je vais jeter des vaccins à la poubelle », a déclaré, Patrick Vogt, mèdecin généraliste à Mulhouse. Il s’est filmé en train de jeter un flacon d’AstraZeneca périmé, faute de patients volontaires.

Retards de livraison, risques de caillot sanguin et thromboses, suspension dans plusieurs pays en fonction des catégories d’âge, plus personne n’en veut : le personnel médical se retrouve contraint de jeter des vaccins Astra Zeneca.

Et voilà qu’un journaliste accrédité de la dernière conférence de presse, en Guadeloupe, a affirmé péremptoire. « Le Royaume-Uni a dit qu’il allait arrêter la vaccination ». La directrice de l’ARS a eu beau jeu de lui dire que c’était un fake. Remonté, notre journaliste a mis au défi la directrice de l’ARS de lui apporter la preuve contraire.

Encore une fois, les assertions du journaliste sont approximatives. Ce n’est pas tout à fait ce que rapportent le gouvernement et les medias britanniques. Les scientifiques d’Oxford viennent de suspendre les essais cliniques menés sur 200 enfants de 6 à 17 ans, en raison, ils le reconnaissent, des risques potentiels de thrombose que l’injection pourrait causer.

Une alternative à l’AstraZeneca, en l’occurrence le vaccin de l’américain Moderna, dont le Royaume Uni a acheté 17 millions de doses, paraît en effet se décider. Les adultes de moins de 30 ans du Royaume-Uni devraient se voir proposer un vaccin alternatif à celui produit par l’AstraZeneca. Il y aurait des inquiétudes, même de la part des mèdecins britanniques, sur le vaccin AstraZeneca administré aux plus jeunes.
Dans un article du Monde daté du 26 avril, Anne-Françoise Hivert nous décrivait comment le Danemark et la Norvège cherchent à écouler leurs doses d’AstraZeneca. Copenhague a décidé d’abandonner le vaccin suédo-britannique, et Oslo en a interdit temporairement l’utilisation.

Une part de vérité ne constitue pas une vérité. On se souvient aussi qu’un journaliste présentateur du 13 heures à la radio avait fait circuler un fake concernant la politique de chiffres que ferait le CHU de la Guadeloupe. Il avait affirmé que le CHU mentait en gonflant ses chiffres pour toucher une prime Covid de 1500 euros par mort déclaré COVID !
Cette politique serait imposée par l’OMS qui financerait les hôpitaux.

Quand on entend de telles absurdités, on est en droit de s’interroger. Si les journalistes en Guadeloupe eux-mêmes relaient de telles fausses nouvelles farfelues, comment la majorité de la population, fragilisée, n’adhérerait pas aux thèses complotistes ?

« Vou mem ou sé on fake news », « hurle » rageusement un internaute à l’attention de la directrice de l’ARS.
D’autres fulminent. « C’est des journaleux qui posent des questions ou des débiles ? Monsieur le Préfet, invitez le peuple guadeloupéen pour poser les questions. Je me demande si ce sont vraiment des journalistes, ils sont pathétiques ».

Certains internautes ne manquent pas d’humour. Suite au maintien de l’ouverture des édifices religieux, les commentaires fusent : « Le nombre de croyants va augmenter ».

René Depestre dans « Le mât de cocagne » indiquait par la voix de ses héros, comment la zombification par nous-mêmes allait être opérée.

« Je pense à une mort qui grignote lentement l’esprit avant de s’attaquer au corps. Dans mon système, le facteur zombifiant sera logé au-dedans de nous-mêmes. La mort montera de notre inconscient comme une névrose qui nous trompera à chaque instant. Nous prendrons pour un sursis le chemin qui nous conduit tout droit sous la terre.
Je veux voir (l’homme de nos îles tropicales) se mouvoir librement dans la société des hommes, avec ses souvenirs, ses sensations, ses idées, ses goûts et ses haines. Il n’aura ni l’air absent ni le regard vitreux de nos traditionnels morts-vivants. Il faut qu’il demeure jusqu’au bout conscient de son état ».

Ce zombie tropical se glissera avec allégresse dans la corruption. Il ne se passe pas un jour où des escroqueries soient révélés (la société immobilière de la Guadeloupe vient de porter plainte contre des salariés accusés de trafic de logements sociaux).

La corruption constitue un paradoxe. Le musée de la corruption au Caire détiendrait l’un des premiers écrits sur ce phénomène, dans un papyrus rapportant la condamnation par un pharaon d’un intendant corrompu.

@capured’ecran

Dans notre article du 1er mai 2020, nous avions titré : où pourrai-je acheter un masque pourri aux Antilles ?
Nous savions que des dotations substantielles allaient être octroyées par la Région Guadeloupe à la société Respire +, une hypothétique usine de fabrication de masques. En effet, l’entreprise allait être inaugurée en grande pompe, en septembre 2020. Elle promettait de produire 3,5 millions de masques chaque mois, pour la Guadeloupe, mais aussi pour la Caraïbe. L’escroquerie que nous imaginions n’a pas tardé à se réaliser.

On se demande qui est aux commandes des municipalités, et des services régionaux. L’amateurisme consternant de nos décideurs fait pitié. Nos dirigeants sont de grands benêts. La Région se constituera évidemment piteusement partie civile. Mais on oubliera. Dans quelque temps, on nous persuadera que c’était « on komplo ». Et de toutes façons, qu’en feraient ceux qui chantent  dans un centre commercial leur opposition aux masques ?

Essayons de trouver un seul domaine où nous pourrions miser sur un succès : Le Centre des Arts…, le Memorial Acte…, le tunnel minimaliste de Perrin accidenté dans les premières minutes de sa mise en service…, la participation au film All Inclusive…, une société de fabrication de masques alimentant toute la Caraïbe (on peut toujours rêver)…

Faut-il jeter nos hommes politiques à la poubelle ? Non décidément, ils ne sont pas à la hauteur. Mais les dirigeants de ce monde non plus.
Prenez Boris Johnson, celui qui avait presque réussi à faire taire les critiques sur sa gestion ratée de la crise, après une campagne vaccinale réussie. Il est désormais empêtré dans des scandales. Il aurait prononcé ces mots : « Je préfère laisser s’entasser des morts par milliers plutôt qu’un nouveau confinement ».
Mais je n’irai pas jeter mes ordures à la poubelle, puisque nous sommes en Guadeloupe. Frénétiquement je les piétinerai, roi de l’absolu, devant les Mairies bloquées.

Faut-il jeter alors écoliers, collégiens et lycéens guadeloupéens dans les poubelles de l’inculture et de l’analphabétisme, sans restauration, sans cantines ?
Elsa MORANTE constatait que l’humanité éprouve la tentation occulte de se désintégrer. Remplaçons le mot humanité par les mots Guadeloupe et Martinique.


Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux puisque nous ignorons comment sont réellement les choses et que nous n’en connaissons que la représentation que nous en faisons. Albert Einstein (1879 – 1955).

Previous post

Le 23 mai, une date mineure lors de ce mois des mémoires ?

Next post

Olivier Véran : à tous nos compatriotes des outremers, vaccinez-vous !

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *