Société

Pourquoi l’Etat français a déjà remporté la bataille des vaccins aux Antilles ?

ENTRETIEN EXCLUSIF AVEC THEO LE SCRUTATEUR

Etant donné la situation particulièrement tragique que traverse la Guadeloupe, nous avons demandé à Théo le SCRUTATEUR de modifier le format habituel de ses chroniques. Ayant constaté comme tout un chacun la faiblesse de l’argumentaire de nos politiques confrontés aux médias nationaux, il a donc accepté de répondre à nos interrogations sur les grilles d’analyse dont il dispose, et de faire état de sa prodigieuse boîte à outils conceptuels, tout en gardant son humour et sur un ton péremptoire comme tout vrai Guadeloupéen qui se respecte devant un micro de Canal 10.

Des émeutes urbaines en Guadeloupe au déferlement des gangs, (l’article de Théo du 12 novembre « Et si la solution aux Antilles était de faire appel aux gangs », est tout simplement bluffant), jusqu’au nouveau sport pratiqué aux Antilles, -la chasse aux directeurs d’hôpitaux et aux médecins-, en passant par le quasi-refus d’accès aux établissements de soins pour les guadeloupéens  et la mise en danger sanitaire de toute une population, (qui justifient la thèse de l’autodestruction des sociétés antillaises défendue par Glissant), tous ces évènements étaient annoncés, décryptés, par Théo.

97Land : Comment es-tu arrivé à déterminer, avec un timing stupéfiant, l’irruption sur la scène guadeloupéenne des gangs ? Le 12 novembre, tu écris : «Nous apprendrons peut-être que les gangs se sont formés en Guadeloupe en réponse à l’obligation vaccinale». Es-tu un prophète ?

Théo : (Rires)… J’ai simplement recours à l’analyse prédictive qui utilise une variété de techniques issues des statistiques et d’extractions de connaissances diverses, pour anticiper de probables résultats futurs en fonction de données historiques. L’objectif est d’extrapoler à partir d’évènements survenus pour mieux prévoir les évènements futurs.

Les mouvements sociaux dont la Guadeloupe est régulièrement le théâtre, la misère sociale et intellectuelle, une violence exacerbée et endogène, un attrait pour la conduite délinquante, pour la confrontation avec la police, la participation au trafic de stupéfiants et à l’économie criminelle, une mutation des bandes traditionnelles vers des gangs organisés, auxquels il ne manquait qu’un étendard, aussitôt brandi avec délectation par ces gangs, ne pouvaient que justifier mes craintes.

97L : De même, les rappels des pandémies qui ont marqué l’histoire, et les violences constitutives à ces épidémies, constituent pour toi un substrat théorique incontournable, dans la lutte actuelle contre le Covid-19.

Théo : C’est faire rentrer l’Histoire dans les grilles de l’actualité.
L’injonction théologico-politico-sanitaire dont parlent certains, l’arrogance sanitaire, pour d’autres, le thanato-pouvoir exterminationniste des anti-vax ne se différencient pas des peurs répertoriées depuis l’antiquité lors des épidémies.

Nous rappelions que les rituels funéraires foulés aux pieds par les Athéniens, « l’anomia », l’impiété et l’absence de loi, avaient été mis en évidence par Thucyclide, lors des épidémies de « peste », (430-426 av-JC), avec une telle clarté qu’on parle dorénavant de schéma thucyclidéen ; qu’au XII ème siècle, on jette des pierres sur les membres des bureaux de santé ; qu’en 1892, des médecins étaient battus à mort par la foule en Russie.



97L : Pourquoi étais-tu aussi certain que «face à un pouvoir dont on perçoit qu’il ne cédera pas, nos aspirations à un changement prendront des couleurs révolutionnaires» ?

Théo : Le biopouvoir ne se négocie pas.
Le contrôle social réapparait sous sa forme la plus épurée, policière et pénale, mais aussi sanitaire.
Ce pouvoir est disséminé dans le corps social et les dispositifs institutionnels, omniprésent dans les moindres replis des rapports sociaux.

Le biopouvoir c’est celui qui se manifeste par la discipline des corps et la régulation de la population.
Le biopouvoir écoute, ausculte, surveille avec une attention extrême, mais ne fléchit pas.
Je vous conseille de parcourir l’hallucinant rapport d’ Informations ouvrières, revue syndicale, lue par Aline Pailler dans l’émission L’esprit critique de France Culture le 14 décembre 1999.

97L : «Il n’y a rien, (en contestation ou en opposition) qui ne puisse être récupéré par le système ». Tu citais Glissant. Peux-tu nous en donner un exemple concret ?

Théo : Je n’ai encore entendu aucun syndicaliste, d’ailleurs ils ne vont jamais aborder ce problème, – peut-être que ça les gêne aux entournures- , indiquer que puisque la loi a été étendue à tout le territoire national, qu’accepter de ne pas répondre à l’obligation vaccinale conduirait de fait à aboutir à la création d’une sous- catégorie de personnel de santé, en Guadeloupe. Des soignants bas-de-gamme de néo-colonies en quelque sorte. Ces personnels de santé se verraient dans l’impossibilité d’effectuer un stage dans l’Hexagone, de poursuivre leur carrière là-bas, d’accéder à une promotion, de passer un concours.
Jacky Dahomay parle de piège tendu. Mais je suis quand même abasourdi par l’amateurisme de nos syndicats et du personnel de santé en Guadeloupe.

L’article de Sciences du 24 novembre 2021 de Marcus Dupont-Besnard indique que l’exécutif a annoncé qu’il mettra en place, en Guadeloupe seulement, d’autres vaccins qui ne sont pas basés sur l’ARN messager. Selon le journaliste, la décision est étrange, car elle ressemble à une renonciation à la pédagogie scientifique, sans relever d’une véritable écoute sociale.

Cette décision est intervenue après de nombreux mois de communication scientifique visant à démystifier les inquiétudes sur l’ARN messager. Le refus de ce vaccin spécifique provient d’une idée intégralement fausse au niveau scientifique, à savoir que l’ARN messager serait néfaste pour l’organisme, ou pourrait même modifier notre ADN. Or, une telle modification de notre code génétique est impossible biologiquement poursuit Dupont-Besnard. La décision est problématique, car elle cède à la facilité.

Et là, j’aborde le principe de Pareto. En théorie des probabilités, la loi de Wilfredo Pareto est un type particulier de loi de puissance qui a des applications en sciences physiques et sociales. Elle permet de donner une base théorique au principe des 80-20, appelé aussi principe de Pareto.

Le principe de Pareto est un phénomène empirique, présentant une notable régularité constatée dans divers domaines aussi variés que la finance, la vente ou la gestion des stocks, la santé, qui affirme que 80 % des effets sont fournis par 20 % des causes.
Autrement formulé, 80 % de toutes les conséquences proviennent de seulement 20 % des causes possibles.
C’est même devenu un outil d’analyse incontournable. Cela vous fait penser à quoi ?

97L : A la répartition vaccinés, non-vaccinés ?

Théo :  Exactement.

Les états savent bien que même dans les politiques de vaccination les plus abouties, il y aura toujours un pourcentage d’opposants, ou exclus du système ou de personnes isolées, ou de personnes ne voulant pas faire vacciner leurs enfants.
Même dans les pays industrialisés, ou disposant d’un système de santé efficient, il est difficile de dépasser ce cap des 80 %.
A plus forte raison, avec l’épidémie de Covid actuelle, avec les suspicions qui pèsent sur l’ARN messager.

La technologie de l’ARN messager (ARNm), a été mise en lumière par l’épidémie de Covid. L’ARN messager synthétique est la nouvelle star mondiale dans l’ère du Covid-19.
L’ARN messager est une photocopie d’un gène. Son fonctionnement est simple : lorsqu’un individu reçoit de l’ARN messager, son corps réceptionne un message lui demandant de produire telle ou telle protéine.

Contrairement à un vaccin classique, qui utilise une version affaiblie ou neutralisée d’un virus, la technologie de l’ARN messager introduit directement dans les cellules une séquence de génome pour qu’elles génèrent les anticorps destinés à reconnaître le virus et l’éliminer.
Dans le cas du vaccin contre le Covid-19, le message envoyé est de produire la protéine Spike du SARS-CoV-2.

Mais l’épidémie Covid n’a été qu’un révélateur des progrès fulgurants des vaccins ARN messager.
Le laboratoire allemand BioNTech veut appliquer la technologie prometteuse de l’ARN messager au paludisme en lançant l’an prochain des essais pour un vaccin contre le paludisme. Le paludisme est une maladie pour laquelle aucun vaccin n’a pu être produit.
Outre la lutte contre cette maladie, les laboratoires s’activent aussi pour le traitement de cancers.

Aujourd’hui le vaccin le plus avancé est le vaccin contre le mélanome, mais d’autres sont étudiés comme le cancer de la prostate, du poumon, du rein, du pancréas, de l’ovaire, du côlon et les tumeurs cérébrales.

Les guadeloupéens et martiniquais vont-ils refuser dans l’avenir ces vaccins ? Pensons au cancer de la prostate qui fait des ravages dans nos territoires ? C’est le serpent qui se mord la queue.
Mais admettons que nous refusons jusqu’à la mort les vaccins ARN. C’est là qu’intervient la politique industrielle française, et on peut comprendre pourquoi l’Etat français est aussi sûr de lui.

Europe 1 du 3/08/2021, nous apprend que SANOFI, la multinationale française, a annoncé un vaste programme d’investissements dans l’ARN messager – 2 milliards d’euros d’ici 2025-, après avoir racheté l’américain Translate Bio pour 2,7 milliards d’euros, spécialiste de l’ARN messager.
Le français a à sa disposition, beaucoup de liquidités, depuis qu’il a revendu l’an dernier sa part d’un autre partenaire américain Regeneron, une gigantesque opération qui lui a permis de récupérer une dizaine de milliards d’euros.

Mais cerise sur le gâteau, sous l’injonction du gouvernement français, mortifié par l’échec de SANOFI pour développer un vaccin contre le Covid, il promet de mettre en décembre un vaccin contre le Covid-19 qui n’est pas basé sur l’ARN messager-, soit près d’un an après l’arrivée des vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna.
Et s’agissant de l’ARN messager, Il compte développer plusieurs vaccins, ciblés sur les maladies infectieuses.

97L : Si nous comprenons bien, l’Etat français a tout prévu pour les irréductibles. Sa logique est de faire en sorte d’avoir à sa disposition un vaccin anti-covid, non basé sur l’ARN messager, pour faire taire les dernières résistances…

Theo : Et c’est d’ailleurs un ballon d’essai qu’il lance, en Guadeloupe, au vu des dernières déclarations du premier Ministre. Il doit se frotter les mains.
(Rires) … Je vous laisserai le soin d’écrire les chroniques désormais.

Je conclurai encore une fois par Glissant qui nous disait que les Antillais ne doivent plus faire l’effort de tenir le discours autodestructeur qui les enferme dans le ghetto identitaire de l’identité à racine unique.
Dans le même temps, il nous exhortait à un «enracinement fondamental dans les réalités du peuple antillais».

97L :  Comment traduirais-tu les derniers évènements survenus en Guadeloupe en une phrase ?
Théo : Il n’y a pas de Guadeloupe, il n’y a que des guadeloupéens.

97L :  Atend… redi mwen sa… Il n’y a pas de Guadeloupe, il n’y a que des guadeloupéens ?
Théo : (Rires)… Fos, lé Zomm’. A on dot soley’.

Previous post

La nuit du 23 novembre en Guadeloupe

Next post

Lettre ouverte de Serge LETCHIMY à la population

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *