Culture

Il y a 100 ans naissait Jacques Stephen Alexis

Jacques Stephen Alexis, surnommé « le jeune homme éblouissant » par Dany Laferiere, est ici célébré par la ministre de la Culture d’Haïti Emmelie Prophète lors d’un colloque.

 

Il y a cent ans, presque jour pour jour naissait, aux Gonaives, Jacques Stephen Alexis.

Il y a 61 ans, presque jour pour jour, disparaissait Jacques Stephen Alexis. En 39 ans de vie, plus qu’aucun autre avant lui, il a élevé des forêts de paroles et d’idées dans lesquelles nous pourrons nous promener pour l’éternité.

Jacques Stephen Alexis a été ce romancier, cet homme politique, ce neurologue, ce théoricien, qui a cru jusqu’au bout qu’il était possible de faire pays, de faire humanité, avec ce qu’il y a d’essentiel et de transcendental : ce qui unit chaque être humain et le porte vers l’autre.

Sa foi en l’homme a illuminé sa vie, a écrit Gérard Pierre-Charles en 1971.

Jacques Stephen Alexis est essentiel aujourd’hui. Ses choix esthétiques et sa pensée politique sont actuels et invitent chacun de nous à une forme d’engagement pour un meilleur pour tous.  Et il est utile, nécessaire, de mettre Jacques Stephen Alexis à la portée de tous, de décortiquer ses écrits, sa vie, ses actions afin que chacun se reconnaissent dans ce besoin d’être qui va au-delà des pensées toutes faites, des recettes intellectualistes ou velléités d’attribuer Jacques Stephen Alexis à tel groupe ou telle personne qui aurait le droit d’en parler plus que tel autre.

Cette année 2022 doit favoriser la rencontre entre les Pierre Roumel et les Hilarion Hilarius et permettre des échanges entre ceux qui ne lisent pas les mêmes livres, entre ceux qui lisent et ceux qui ne savent pas lire.  L’humanisme ne se développe pas tout seul, c’est nous qui le faisons avancer, a écrit Jacques Stephen Alexis.

Faire avancer l’humanisme aujourd’hui c’est partager, s’approprier Jacques Stephen Alexis, l’écrivain, le frère d’âme, l’ami qui, inlassablement, insuffle de l’espoir à ceux qui se cherchent et ne se trouvent pas encore, ceux qui ont trébuché dans le chemin difficile, ceux qui souffrent, luttent, espèrent et croient toujours…

… Que tous ceux qui le veulent et le peuvent célèbrent Jacques Stephen Alexis ! Jacques Stephen Alexis pa gen mèt !

Il faut insatiablement parler de Jacques Stephen Alexis et toujours faire en sorte que la postérité nous entende. C’est la meilleure des justices que nous puissions rendre au grand écrivain, disparu dans les conditions que nous connaissons, et à nous-mêmes qui avons trop longtemps accepté de faire silence alors que chaque lever de soleil nous commande de revenir à Jacques Stephen Alexis.

Jacques Stephen Alexis est le meilleur d’entre nous, non parce qu’il l’a dit lui-même, ou parce qu’il a comparé son travail avec celui de l’autre et décidé tout seul que le sien uniquement valait la peine, mais parce que chacune de ses phrases est un legs à ses compatriotes et à l’humanité. Le grand écrivain n’a rien qui soit à lui tout seul, il appartient à tout le monde.  C’est ce que les diverses thématiques, proposées dans ce colloque, vont révéler…

Que Jacques Stephen Alexis nous ramène à l’essentiel, c’est-à-dire à l’insolence, la vie, le parti pris pour le plus grand nombre.

Vous me permettrez de terminer en vous lisant le début du texte écrit par Jacques Stephen Alexis pour saluer Jacques Roumain après son décès.

« Les peuples sont des arbres. Ils fleurissent à la belle saison.

Et d’efflorescence en floraison, la lignée humaine s’accomplit,

Poursuit son rude devenir, germinant en direction de l’homme-lumière

qui nous est promis au bout de la longue traversée ».

Bon colloque et merci pour votre travail !

Previous post

REVENONS A NOUS !

Next post

Guadeloupe : Les indicateurs virologiques restent à un niveau très élevé

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *