Musique

Marcel Mavounzy nous a quittés un 15 avril

Marcel Mavounzy est né en 1919 a Colon (Panama) de parents Guadeloupéens.

Sa mère Lise Mavounzy née Michely etait vendeuse sur le marché de Pointe à Pitre et son père originaire de Marie Galante, agriculteur.

Sa famille s’étant installée au Panama pour travailler à la construction du fameux canal de Panama rentre au pays en 1927 avec leurs 2 fils Robert et Marcel, la fille aînée etant restée à Colon.
L’enfance de Marcel se passe donc à l’angle de la rue Nozieres et du boulevard Hanne à Pointe à Pitre.
Après le cyclone de 1928,  la famille habite à l’emplacement de l’actuel immeuble de la Sécurité Sociale. Dans ce quartier les musiciens venaient avec leur guitare, mandoline, chacha, triangle, tambours. Parmi eux Robert Mavounzy le grand frère, Emilien Antile, Al Lirvat, les frères Siobud…

Après son certificat d’études primaires, Marcel commence à travailler comme typographe au journal « Le Nouvelliste ». La guerre de 39/45 achevée, il entre à la Compagnie aérienne Pan Am comme contrôleur.

Ses activités dans le domaine musical commencent vraiment en 1952 de retour d’un séjour à Paris où il a fréquenté des studios d’enregistrement avec son frere Robert.
Il ouvre sa maison de disque La Case a Musique sur le bld Hanne afin que la Guadeloupe ait sa propre production et se fasse connaître à l’extérieur. Il  fait son 1er enregistrement en 1953 avec l’orchestre de Paul Emile Haliar dans l’atelier de menuiserie, rue Ennery. A l’époque tout se fait en direct avec un simple micro. A chaque erreur, il faut tout recommencer.

Il enregistre par la suite le groupe Espéranza, El Calderon, Paul Blamar, Daniel Forestal (La prière de l’esclave), Manuela Pioche, Iphano Salieres grand accordéoniste originaire du Moule, les Vikings, les Maxels, les Rapaces.
Et tous les gran-Mètamannyok du Gwoka dont le 1er premier enregistrement de gwoka en 1963 à Dampierre Gosier de Vélo Marcel Lolia accompagné de Arthème Boisbant et Napoléon Magloire au chant : Kokiyoko kok-la chanté, Félisité, Di adyé;
Sergius Geoffroy en 1965 et son groupe Le Terrible Sové Vayan avec des morceaux comme Délayid mawòba, Senval, Vyé malaba-la;
Robert Loyzon en 1966 (Kann a la richès);
Yvan Anzala en 1974 (Foklore avec Anzala) Chofè fè atansyon;
Et le premier enregistrement de chansons de veillées Banjogita/Boulagèl interprété par Germain Calixte Chaben et son fameux Zonbi baré mwen, Jozèt, Manzè Bébé et An kolòn paw dé.

Une anecdote : après l’enregistrement de Zonbi baré mwen de Chaben, Marcel a eu des problèmes avec le curé de Pointe à Pitre pour blasphème contre Dieu car dans la chanson il y a une interprétation du « Je vous salue » et « Notre Père qui est au cieux.. »

Marcel Mavounzy avait plusieurs cordes a son arc:

  • animateur radio. C’est lui qui a créé l’émission Plage à gogo avec Henri Métro et Henri de Biazi.
  • Il est à l’origine du concours de la biguine
  • Oscar du maitre Ka avec le Ka D’Or recu le 4 décembre 1992 par l’association Vendredi Pichon.
  • Médaille d’or des musiciens en 1997.
Marcel Mavounzy ecrit un livre en 2002, « 50 ans de musique et de culture en Guadeloupe » (1928-1978) chez Présence Africaine, document unique relatant l’histoire musicale de la Guadeloupe.

J’ai connu Marcel Mavounzy au début des années 90 à Paris, avec mon ami Firmin Obertan. Nous avons passé chez lui dans le 18eme arrondissement de Paris des moments inoubliables, une vraie mémoire musicale.
Il nous parlait des nombreux projets qu’il avait fait. Il est parti malheureusement trop tôt. Il est décédé le 15 Avril 2005 à Paris.

« LES SEULES RACINES QUI RÉSISTENT A LA VIE ET AUX SIÈCLES, SONT CELLES DE NOTRE PATRIMOINE… »
MARCEL MAVOUNZY : PATRIMOINE,MÉMOIRE, CULTURE ET MUSIQUE.

KOLEN SERIN
Previous post

Des mesures contre l’orpaillage illégal et la protection de l'Amazonie

Next post

Une population antillaise prête à flamber au contact de démagogues ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *