Divers

Baimbridge té cho

En passant devant cette rampe, impossible de ne pas penser à toutes ces générations de jeunes de la région Grande-Terre qui y ont usé leurs postérieurs depuis 1968.

L’admission dans les filières prestigieuses du Lycée Classique et Moderne promettait aux meilleurs à long terme un avenir radieux mais était aussi synonyme de départ obligatoire dans les universités de l’hexagone. Tous pensaient revenir. Combien y sont parvenus ?

Guy Konkèt avait bien saisi le changements de notre société avec « Maman je tape à la machine
Baimbridge Cho Baimbridge Cho… »

Les matchs profs contre élèves, les « tan » (pas encore Zouk) de Noël, les woch dans les manguiers au 3ème trimestre, les conseils de fin d’année, les listes du bac… Ah ! C’était le bon temps !

Previous post

Conserver le sport de haut niveau en Martinique

Next post

Awa, nou pé ké lagé !

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *