Sports

Angloma, la Guadeloupe et Valence

Alors que se profile à l’horizon un savoureux match amical Guadeloupe  – Cap Vert à Orléans le 23 mars, un article d’Angel Fernandez dans Plazadeportiva du 9 mars « Les héros de la Cartuja » à la gloire de Jocelyn Angloma et de son île natale. Les « Valencianos » ne l’ont pas oublié.

@Héros au stade la Cartuja de Seville

La Guadeloupe, anciennement appelée Karukera, « l’île aux belles eaux », est une région paradisiaque de la France d’outre-mer située dans les Petites Antilles. Lors de son deuxième voyage, Christophe Colomb l’a baptisée du nom de Santa María de Guadalupe de Extremadura en l’honneur du monastère du XIVe siècle qui porte le même nom, situé à Guadalupe, province de Cáceres.

Les colonies des Caraïbes, notamment la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane française, ont toujours eu une grande importante pour la France puisqu’elles lui ont ouvert de nouveaux horizons commerciaux et lui confèrent encore aujourd’hui une présence sur le continent américain grâce à ces enclaves paradisiaques.

Encore une fois, le sport et le football prouvent que la géopolitique est complexe et que l’histoire, la politique et la culture sont étroitement imbriquées: Thierry Henry, Nicolas Anelka, Lilian Thuram, Florent Malouda ou Raphaël Varane aujourd’hui, parmi tant d’autres, sont nés ou originaires de l’une des régions d’outre-mer précitées, et ont été les acteurs clés des grands succès de l’équipe de France au cours des dernières décennies.

En réalité, il n’est pas nécessaire d’aller en France pour attester de ce phénomène. Il est même déconseillé de quitter Valence. Mestalla sait très bien ce que signifie vibrer grâce à l’illustre latéral droit guadeloupéenJocelyn Angloma, ayant porté le maillot du FC Valence dans l’une des périodes les plus glorieuses de l’histoire du club (1997-2002). Et 20 ans après, il a gardé l’affection de ceux qui l’idolâtraient. Il est l’inspirateur d’un autre latéral droit guadeloupéen Dimitri Foulquier, arrivé sur la pointe des pieds l’été dernier, et devenu indispensable pour l’équipe actuelle, dont le rêve est de soulever la Coupe du Roi le 23 avril prochain à La Cartuja.

La Guadeloupe et le FC Valence

La Guadeloupe et le FC Valence. L’alpha et l’oméga, le début et la fin d’un voyage unique en son genre mais passionnant. Né aux Abymes, Jocelyn Gaëtan Angloma a rapidement fait preuve d’un talent athlétique hors norme dans les rangs de l’Etoile de Morne-à-l’Eau à la Ligue Guadeloupéenne de Football. Rennes lui donne sa chance en France. Il passe ensuite par Lille, le PSG, l’Olympique de Marseille (club avec lequel il remporte le titre de champion en 1992 et la Ligue des champions en 1993), Turin puis l’Inter Milan, avant de débarquer à Valence à l’âge de 32 ans.

« Valence, c’est mon équipe, comme l’OM »

Il a été international français à 37 reprises, portant le maillot bleu lors de deux phases finales consécutives du Championnat d’Europe. Lors du premier organisé en Suède et remporté par le Danemark de feu Richard Moller, il fait partie du onze idéal du tournoi au même titre que Peter Schmeichel, Andreas Brehme, Ruud Gullit, Stefan Effenberg, Marco Van Basten ou Brian Laudrup.

A l’opposé d’une retraite dorée à Valence, Angloma y a montré son meilleur niveau physique et technique dès le premier jour. Malgré ses 32 ans, ses capacités d’accélération et ses cinq saisons pleines ont permis au joueur charismatique de toucher l’âme de Mestalla. Ses fans ont toujours eu une prédilection particulière pour la Guadaloupe et ont vibré à chacune de ses sorties. Un amour partagé par l’enfant des Caraïbes comme l’indique sa déclaration : « Je porte Valence dans mon cœur »

Angloma a disputé un total de 177 matchs avec le maillot de Valence. Le début d’une nouvelle ère historique pour le club dont il a été l’un des artisans. 177 rencontres qui ont révélé une nouvelle formation : une équipe sans complexes qui pendant des années a côtoyé les meilleurs et les a même battus pour remporter une Coupe du Roi, une Supercoupe d’Espagne, un titre de champion et deux finales de Ligue des champions.

Le 26 juin 1999, revenu parmi les grands d’Espagne et d’Europe, le FC Valence après avoir écarté le FC Barcelone et le Real Madrid, écrase l’Atlético lors de la finale avec Jocelyn Angloma, dans le onze de départ. Plus de 30 000 supporters vêtus d’orange aident les Ches à remporter leur sixième coupe après une traversée du désert de 20 ans. Cette nuit reste le meilleur souvenir Valencieniste pour le guadeloupéen irremplaçable que beaucoup considéraient comme fini et qui a fini par marquer de son empreinte Valence.

La Guadeloupe reussit à faire émerger de grands talents 

Actuellement, Angloma travaille pour le football guadeloupéen au poste de sélectionneur. La Guadeloupe réussit à faire émerger de grands talents du football français et européen : Kingsley Coman (Bayern Munich), Thomas Lemar (Atlético de Madrid), Allain Saint-Maximin (Newcastle), Anthony Martial (Séville), Alexandre Lacazette (Arsenal), Maxence Lacroix (Wolfsburg), Marcus Thuram (Borussia Mönchengladbach) ou Étienne Capoue…

Le statut de la Guadeloupe, non membre de la FIFA a permis à de nombreux joueurs de défendre ses couleurs bien qu’ayant disputé des rencontres officieles avec l’équipe de France. Ce fut aussi le cas d’Angloma, la légende vivante qui sera le premier supporter de Valence le 23 avril à Séville : « Je suis supoorter de Valence et je le resterai toujours »

Previous post

Reprise massive des contaminations en Martinique

Next post

Nomenklatura et strip-tease en Gwada

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *