EvénementsSociété

2024 « l’année européenne des îles » ?

 

… « Libérer le potentiel des régions ultrapériphériques ». Tel est l’un des principaux objectifs affiché par la nouvelle stratégie de la Commission européenne, présentée le 3 mai dernier, en faveur de ces régions…

La Commission souligne que ces 9 régions : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, La Réunion et St-Martin ; les Açores et Madère, et les îles Canaries espagnoles – possèdent en effet des « atouts majeurs : une population jeune, de vastes zones économiques maritimes, une biodiversité unique, de nombreuses sources d’énergies renouvelables, une situation géographique et un climat adaptés aux sciences de l’espace, activités astrophysiques et infrastructures spatiales d’envergure »…

Mais ces régions font aussi face à des « contraintes permanentes qui nuisent à leur développement » : éloignement, insularité, faible superficie, vulnérabilité au changement climatique… En outre, « elles sont confrontées à de graves problèmes, tels qu’un taux de chômage élevé et une faible production économique, et ont également été durement touchées par la pandémie de coronavirus »…

Pour y remédier, la Commission entend donc « placer les populations de ces régions en première ligne sur la voie d’une reprise et d’une croissance durables »…

Pour libérer ces énergies, la Commission a d’ores et déjà lancé un appel à propositions, doté de 1 million d’euros, pour « donner aux jeunes les moyens d’agir », pour qu’ils « deviennent des acteurs du changement, des entrepreneurs et des innovateurs dans leurs communautés locales ».

Bruxelles rappelle pour autant que « le bien-être et le développement » de ces RUP « dépendent essentiellement des choix et des actions des régions elles-mêmes et de leurs États membres. Il leur appartient d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies adaptées »…

Si la Commission invite donc les RUP à l’autonomie stratégique…, elle ne manque pas de leur montrer la voie à suivre.

Considérant que pour libérer leur potentiel, « certaines RUP doivent encore répondre à des besoins fondamentaux », elle les invite d’abord « à donner la priorité aux citoyens » : lutte contre la pauvreté, promotion de l’égalité et de l’inclusion ; accès à un logement décent, à l’eau, à l’internet, aux transports et à l’énergie à un coût abordable ; accès aux soins ; éducation, formation, aide à l’emploi et entrepreneuriat.

Elle leur suggère ensuite de « tirer parti des atouts, remédier aux contraintes et mettre l’accent sur les secteurs clés » : recherche, innovation et « spécialisation intelligente » ; mobilité, transports, tourisme et culture ; biodiversité ; économie bleue ; agriculture et développement durable. Elles sont encore appelées à favoriser la transition écologique et numérique…et à renforcer la « coopération avec d’autres régions européennes, les pays voisins et d’autres plus lointains », la question migratoire – cruciale pour certaines, Mayotte et la Guyane en tête – n’étant pas ignorée…

… La Commission indique… qu’elle adoptera une proposition de règlement sur la restauration de la nature qui tiendra compte des spécificités des RUP ou élaborera plusieurs appels à projets spécifiques, par exemple dans le cadre de l’initiative « Investissements régionaux en matière d’innovation ». Elle rappelle également qu’elle a proposé d’exempter de nouveau les vols entre les RUP et les États membres du système d’échange de quotas d’émission (SEQE) jusqu’en 2030.

De son côté, la commission Regi du Parlement européen…, s’est prononcée le 24 avril dernier en faveur d’un « pacte insulaire » qui favoriserait les partenariats entre les îles de l’UE. Les députés suggèrent également de faire de 2024 « l’année européenne des îles »…

Previous post

La Martinique à la présidence du Transport de la Caraïbe

Next post

Il y a 8 ans, Eric Brouta...

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *