Société

Pourquoi j’ai tant aimé voir l’Angleterre perdre la finale de l’Euro

Patrick Gathara est un écrivain à Nairobi, Consultant en communication et s’exprime dans Al Jazeera.


Une défaite de l’équipe d’Angleterre, à la suite d’une campagne de battage médiatique exagérée, est devenue une caractéristique des compétitions internationales de football dont beaucoup à travers le monde aiment assister. À cet égard, la finale de l’Euro 2020 n’a pas déçu.

« Il (le football) rentre à la maison », avaient déclaré les médias et les experts anglais. Même les météorologues avaient été enrôlés, établissant des comparaisons avec les conditions météorologiques lors de la finale de la Coupe du monde 1966, la dernière fois que l’équipe d’Angleterre avait atteint le dernier match d’un grand tournoi international.

J’ai regardé le match étant sur des charbons ardents, désespérant d’abord après que l’Angleterre ait pris l’avantage et me réjouissant de l’égalisation de l’Italie. La séance de tirs au but était tout aussi intense et ce n’est qu’au dernier coup de pied que j’ai soupiré de soulagement. L’Italie était championne, l’Angleterre convulsait dans une auto-humiliation bien trop familière.

Peu de temps après on a decouvert des images de supporters racistes anglais blancs attaquant des Italiens ainsi que des anglais de couleur ayant assisté au match. Trois jeunes joueurs noirs ayant manqué les pénalités ont également été victimes d’horribles abus en ligne, ce qui a incité la Fédération de football du pays ainsi que le Premier ministre Boris Johnson à publier des déclarations de condamnation.

Un tel comportement engendrera toujours du ressentiment, mais le mélange anglais apparemment unique d’arrogance, de sentiment de légitimité et de fanfaronnade vide combiné à une histoire de domination et d’abus des sociétés à travers le monde provoque l’animosité. « L’Angleterre est jugée selon des normes différentes de celles des autres pays », note l’écrivain irlandais Lee Hurley dans un article de 2018 sur les origines des accusations d’arrogance anglaise pour la Coupe du monde.

Chaque année, semble-t-il, le monde a droit à de forts coups de poitrine anglais suite au dernier échec de leur équipe et invocations de 1966, la seule fois oú le pays a remporté un trophée international. Cela frise souvent le comique et inspire la moquerie. Par exemple, The National, un quotidien indépendantiste écossais, a présenté en première page à la veille de la finale une image du manager italien Roberto Mancini dans le rôle du héros écossais William Wallace, le suppliant : « Sauve-nous Roberto, tu es notre FINAL HOPE (Nous ne pouvons pas supporter qu’ils se battent encore 55 ans à ce sujet !) »

Plusieurs fois, cependant, cette fixation anglaise sur le fait de remporter un trophée peut également apparaître comme une sombre confusion face à un destin inachevé – une extension de l’idée que les Anglais sont nés pour dominer le monde. Bien sûr, on pourrait en dire autant du Brésil et des histoires de fans victimes de crises cardiaques après des défaites en Coupe du monde. Mais le Brésil n’a pas fait le tour du monde en brutalisant et en pillant les sociétés tout en se présentant comme le summum de l’accomplissement humain. Les Anglais sont jugés à travers le prisme de leur histoire.

Cependant, leur capacité à faire entendre leur voix dans les médias mondiaux d’aujourd’hui est bien moindre que celle des Britanniques, avec leurs cousins ​​américains. Le mégaphone médiatique s’adresse au monde entier, en particulier dans le monde anglophone, constamment agressé par des autoportraits britanniques et anglais qui vont souvent à l’encontre de leurs expériences vécues de domination et de colonisation.

Dans de telles circonstances, même des pratiques apparemment banales et inoffensives destinées à renforcer l’unité nationale peuvent prendre des nuances inquiétantes. Prenez le slogan « It’s coming home », qui est un vers d’une chanson d’autodérision de 1996 composée par deux comédiens anglais. Pour beaucoup d’Anglais, il s’agit de slogans inoffensifs. La Grèce, par exemple, a choisi « Bienvenue à la maison » comme devise officielle lorsqu’elle a accueilli les Jeux olympiques de 2004.

Cependant, en dehors de l’Angleterre, les gens entendent quelque chose d’assez différent. « Pour beaucoup dans le monde, en particulier pour ceux qui connaissent encore l’héritage post-colonial », écrit Hurley, « l’équipe de football d’Angleterre est un symbole de l’État (britannique). Sans surprise, certaines personnes n’aiment pas l’Angleterre lorsqu’elle fait son apparition sur la scène mondiale. Quand l’Angleterre commence alors à rêver retrouver sa juste place… Vous pouvez comprendre que cela pourrait causer un problème.

Ironiquement, contrairement à l’Italie, l’Angleterre a aligné l’une des équipes les plus diversifiées sur le plan racial au tournoi, et tous les joueurs de la finale sauf quatre étaient d’origine étrangère. Comme le dit Clint Smith dans The Atlantic, l’équipe est très différente de celle entièrement blanche qui a remporté la Coupe du monde il y a plus d’un demi-siècle et à bien des égards, sa composition ethnique est différente du pays majoritairement blanc qu’elle représente. C’est une équipe qui a été adoptée par de nombreuses communautés minoritaires marginalisées d’Angleterre comme preuve de leur inclusion, de leur appartenance et de leur contribution.

Bien que Smith ne soit ni anglais ni vivant en Angleterre, il saisit les sentiments de beaucoup lorsqu’il dit : « Peut-être que j’encourage moins l’Angleterre le pays et plus le genre d’avenir que cette nouvelle génération de joueurs représente. »

Un Tariq Jenner sur Twitter l’a exprimé plus clairement : « Je veux que l’Angleterre gagne, parce que je veux que cette jeune équipe d’antiracistes qui défendent leurs convictions et ceux qui sont moins chanceux qu’eux malgré les huées et les abus, gagne. Pas parce que je pense que ce petit raciste de Country le mérite. »

En tant qu’être humain, je ressens pour les joueurs anglais, sur les jeunes épaules desquels ont été placés les fardeaux injustes de l’histoire du pays et ses espoirs de rédemption. Pourtant, malgré cette lourde charge, ils en ont quand même fait un thriller d’un jeu et d’un tournoi. Chapeau à eux.

En tant que Kenyan, cependant, je vais profiter pas si secrètement de ma part de schadenfreude (joie malsaine) bon enfant face aux malheurs anglais et à l’inévitable autoflagellation et attendre la Coupe du monde l’année prochaine quand tout recommencera.

Previous post

Henri Bibas : la perte d’un génie du Carnaval

Next post

Pour une prise en compte des personnes vulnérables en cas de cyclone

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *