Société

Kévin Reza : « Tout ce que je peux faire, c’est dénoncer »

Cyclingnews.com est un site web sur l’actualité du cyclisme mondial. Kevin Reza, coureur de B&B Hotels réagit aux attaques racistes dont a été victime Nacer Bouhanni et exprime son ressenti d’antillais. Extraits de son entretien avec Jean Francois Quenet, traduit de l’anglais.

Kévin Reza, seul noir participant au Tour de France 2020, a déploré le manque de solidarité dans le milieu du cyclisme dans le sillage du mouvement Black Lives Matter. Il a lui-même subi des attaques racistes de Michael Albasini en 2014 et Gianni Moscon en 2017. Il exprime désormais sa solidarité avec Nacer Bouhanni, récemment insulté sur les réseaux sociaux pour ses origines nord-africaines et sa religion musulmane après un sprint dangereux à Cholet-Pays de la Loire.

« J’ai été déçu par le monde du sport en général », a déclaré Reza à Cyclingnews lors du Tour de Turquie. « Je l’ai dit à quelques reprises : ce n’est que du sport. Certes, Nacer s’est trompé, volontairement ou pas, on n’en sait rien, mais il reste un être humain avant tout. Personne ne doit le menacer ou le critiquer à cause de sa religion ou de sa manière de courir. C’est avant tout un cycliste. Je ne sais pas s’il prend ombrage des expériences précédentes vécues mais cela reste malheureux. Nous ne pouvons que dénoncer les attaques contre lui et demander aux haineux d’arrêter simplement leur harcèlement en ligne ».

Le coureur de B&B Hotels, au départ de la dernière étape du Tour de France 2020 réclamait davantage de respect pour les minorités visibles dans le cyclisme.

« Depuis le Tour de France, cela n’a guère changé», a-t-il déclaré. « J’ai entendu beaucoup parler, mais je n’ai pas vu de vraies mesures prises par les différentes organisations qui gèrent notre sport. C’est dommage mais c’est ainsi ».

L’image de Reza et Bouhanni ensemble sur le podium d’un championnat national de France semblait ouvrir une nouvelle ère pour ce sport. En 2014, un sprint massif au Futuroscope voyait la victoire d’Arnaud Démare devant Bouhanni et Reza. Les trois hommes lors de La Marseillaise symbolisaient le « black-blanc-beur français », comme les équipes de football championne du monde de 1998 et 2018. C’était le signe que le cyclisme, sport à prédominance blanche, s’ouvrait à tous les peuples.

« Cela fait quelque temps maintenant », a commenté Reza. « Je ne dirais pas que je suis déçu de ne pas voir beaucoup de coureurs issus de la diversité. Je ne sais pas si je serai le dernier de Guadeloupe à courir en tant que pro. Je croise les doigts pour que ce ne soit pas le cas. De nombreux cyclistes des Caraïbes tentent leur chance sur le continent européen. Ils doivent poursuivre leur rêve. J’ai moi-même pu réaliser mes ambitions, je suis pro depuis onze ans ».

« Ce n’est pas facile de quitter chez soi et de partir à 8 000 kilomètres, d’abandonner un climat chaud et agréable pour venir s’entraîner l’hiver. Cela vous oblige à être très fort mentalement et etre prêt à de nombreux sacrifices. Mais si certains d’entre nous l’ont fait, cela reste possible pour d’autres aussi ».

Alors que Yohann Gène et Rony Martias, également Guadeloupéens, sont désormais à la retraite, Reza reste le seul cycliste professionnel originaire des DOM avec Lorrenzo Manzin de La Réunion, qui roule pour Total Direct Energie…

Reza est informé de l’initiative du vainqueur du Giro, Tao Geoghegan Hart, à savoir soutenir un coureur prometteur issu des minorités. « J’ai lu ce que fait Tao. C’est remarquable. Il peut se le permettre et il se donne la possibilité de le faire. Il donne un coup de main à un coureur qui n’est pas forcément intégré dans le monde du cyclisme et qui aura la chance de s’épanouir dans notre métier, qui reste un beau métier quoi qu’il arrive. C’est vraiment une bonne chose à faire. Il a la tête sur ses épaules ».

« Personnellement, j’ai parlé de la nécessité de changer les choses. Je n’ai pas le pouvoir de faire grand-chose. Tout ce que je peux faire, c’est dénoncer ce qui ne va pas et suggérer ce qui pourrait être fait. Je ne suis pas dans le bon timing ou je n’ai pas la capacité financière pour aider qui que ce soit précisément pour le moment, mais j’espère vivement des changements radicaux dans notre monde. Cela commence par le respect ».

https://www.cyclingnews.com/author/jean-frana-ois-quacnet/

Previous post

Condoléances du préfet de La Réunion à la famille de Max Banon

Next post

Il y a 13 ans...

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *