Société

Cet « Appel » est le terrible aveu que le quinquennat a été 5 années de perdues

Nous avons pris connaissance du document signé par les présidents des collectivités françaises membres des régions ultrapériphériques d’Europe et intitulé « l’appel de Fort-de France », présenté ce mardi en marge de la conférence des RUP en Martinique.

Nous ne pouvons qu’en approuver les grandes orientations.

  • D’abord, parce qu’elles reprennent les termes d’une des résolutions du XVe congrès des élus départementaux et régionaux de juin 2019 approuvée à l’unanimité affirmant que « le statu quo n’est plus possible ».
  • Ensuite, parce que nous sommes favorables à demander à l’Etat de travailler de manière concertée à l’élaboration d’un autre cadre constitutionnel pour les Outre-mer dans la République. Un nouveau cadre qui permette une évolution vers un statut « à la carte » pour chaque territoire qui pourrait ainsi décider de son degré d’autonomie et de son organisation institutionnelle propres, après approbation des ci- toyens par consultation de type référendaire.

L’objectif est évidemment de rendre les politiques publiques plus efficaces et plus adaptées à nos réalités par une meilleure domiciliation des responsabilités au niveau local.

Cet objectif, nous le partageons sans pour autant minorer le fait que certaines politiques aujourd’hui défaillantes relèvent déjà pleinement des collectivités locales et nécessitent avant tout une véritable rigueur de gestion afin de redonner aux citoyens la confiance indispensable à toute évolution.

Nous saluons en outre la volonté exprimée par les exécutifs des RUP françaises de « conjuguer la pleine égalité des droits avec la reconnaissance des spécificités des Outre-mer ».

Cette préoccupation est à nos yeux le signe que les alternances politiques intervenues en 2021, notamment en Martinique, en Guyane et à La Réunion, contribuent à rééquilibrer utilement les priorités d’action.

En effet, comment ne pas rappeler que la loi de programmation « égalité réelle Outre-mer » votée à la quasi- unanimité en février 2017 a été aussitôt abandonnée par le président de la République Emmanuel MACRON, après avoir été injustement critiquée par ses soutiens dans les Outre-mer ?

Or, cette loi portait précisément l’ambition, les instruments et les moyens permettant de combattre les inégalités dans la durée et de mieux adapter les politiques publiques aux réalités de chaque territoire.

Cinq années après, cet « Appel de Fort-de-France » que signent avec enthousiasme les macronistes de Guadeloupe représente aussi le terrible et cruel aveu que le quinquennat qu’ils ont soutenu avec constance a été cinq années de perdues.

Olivier Nicolas
Premier secrétaire de la Fede PS Guadeloupe

Previous post

SOUTENIR LES JEUNES SAINTANNAIS VERS LA RÉUSSITE

Next post

Le CIC financera des études sur son implication dans la dette d'Haïti

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *