Société

Justine Benin : des bravos ou des huées ?

Aahh la politique ! Qui se souvient qu’il y a 5 ans Justine Benin devenait députée en battant… la représentante officielle de La République en Marche Diana Perran ? Investie par Jupiter pour cette campagne des législatives 2022, il lui faudra à nouveau bénéficier du soutien des électeurs de la 2eme circonscription alors que les Guadeloupéens semblent vouloir « dechouker » cette année tout ce qui est en rapport avec Emmanuel Macron. Voyons plus loin. En cas de victoire et d’une solution pérenne pour les Sargasses, elle deviendrait « Fos a péyi la ».

Les contaminations de Covid-19 augmentent encore en Martinique : 5 320 nouveaux cas, et 5 morts supplémentaires en une semaine, selon les indicateurs communiqués mardi 24 mai 2022.

En Guadeloupe, et en Martinique, comme en Chine, souvenez-vous, on n’avait pas le droit de parler des cas Covid, vous étiez poursuivi et menacé, comme le médecin qui était mort en février 2020, alors qu’il avait annoncé une épidémie très grave. La multiplication de noms dans la rubrique nécrologique fin juillet ? Un tissu de mensonges.

La population chinoise est moins bien immunisée aujourd’hui que dans les autres pays industrialisés. Les Chinois ont refusé les vaccins ARN. Ils ont mis en place un système Sinovac qui ne fonctionne pas. Contrairement à d’autres économies, la Chine mène une politique stricte de zéro-covid, consistant à isoler les foyers de contamination pour stopper la propagation du virus.

La nomination de Justine Benin témoignerait, pour certains, de la dépravation, et de l’immoralisme politique d’une partie de la classe guadeloupéenne, pour sa connivence avec une administration française honnie, notamment en matière sanitaire.

Or, ne pas mettre le feu aux Antilles, tel était le but à peine voilé de l’article 1 du texte instaurant le passe vaccinal. « Lorsque les circonstances le justifient, le représentant de l’Etat peut adapter les mesures de restrictions, renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire. » Ce qui fut le cas en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane.

Cette disposition provenait d’un amendement de la députée Benin.

Trouverait-elle grâce pour autant aux yeux de la population guadeloupéenne, à qui on a répété inlassablement que la planète entière la regardait comme la terre des héros antivax ?

La défaite amère qui nourrit encore aujourd’hui toute la haine suinte par tous les pores de l’archipel, ne laissant présager rien de bon : meurtres, règlements de compte, désespoir grandissant, collèges quadrillés par des bandes d’enfants-gangsters.

On a l’impression d’assister au règne interminable à vie de présidents d’assemblées régionale et départementale, comme de syndicalistes, ayant perdu toutes leurs capacités mentales, sur leurs chaises roulantes, appuyés par un ministère de l’Outre-mer dictant sa feuille de route.
La roue de l’Histoire tourne, et elle est implacable.

Pour tout dire, le processus de maturation des mouvements politiques en Guadeloupe est inexistant.
Ces révolutionnaires aux cheveux blancs parlent de Révolution, disent qu’ils veulent exterminer les capitalistes et les profiteurs, en reprenant une phraséologie marxiste pompeuse.

Dans L’erreur de l’Occident publié en 1980, Alexandre Soljénitsyne rappelle (ce que veut dire), « anéantir une classe », l’histoire de l’URSS en a fait la démonstration : cela veut dire exterminer les dix ou quinze millions de personnes qui constituent cette classe. Et la main des communistes n’a encore jamais tremblé. C’est aussi expédier en vingt-quatre heures un peuple dans le désert. Le communisme ne peut réaliser ses idéaux qu’en anéantissant la base même de la vie d’un pays ».

Dans L’archipel du Goulag, Alexandre Soljenitsyne page 395, écrit aussi :
Voilà ce que fut la grande amnistie stalinienne, telle que « le monde avait encore jamais vu la pareille ». Et en effet, où donc le monde avait-il pu voir une amnistie qui ne s’appliquât point aux politiques ?

Etaient purement et simplement libérés tous ceux qui avaient dévalisé des appartements, déshabillé des passants, violé des jeunes filles, débauché des mineures, fait les voyous, estropié des êtres sans défense, pratiqué l’extorsion de fonds, le chantage, touché des pots-de-vin, filouté, calomnié, mis de fausses dénonciations (en fait, ils n’étaient même pas en prison, ceux-là), trafiqué des stupéfiants, contraint des femmes à la prostitution, causé par ignorance ou négligence des victimes humaines (je ne fais que feuilleter les articles du Code qui entraient dans l’amnistie, ce n’est pas une figure de rhétorique), précisait-il.

@montage97land

La première mission de Justine Benin, à la vertu retrouvée, consisterait à faire revenir sur notre île, les Grands Frères abandonnés, en tout premier lieu, par ceux qui ont lâchement poussé la population sur les barricades.

Dans « La roue rouge-Premier nœud- Août 14 », le célébrissime écrivain russe déclarait : « Des combattants étouffaient sans air, et l’on pouvait en vérité répéter les vers d’un autre poète :
On a vu des époques pires,
Mais de plus ignobles, jamais ».

Laissons en guise de conclusion la parole au célèbre Marquis de Sade dans sa dédicace sur Justine « L’ascendant de la Vertu sur le Vice, la récompense du bien, la punition du mal, voilà la marche ordinaire de tous les ouvrages… Mais offrir partout le Vice triomphant et la Vertu victime de ses sacrifices, montrer une infortunée errante de malheurs en malheurs… n’ayant pour repousser tant de corruption, qu’une âme sensible, un esprit naturel et beaucoup de courage… C’était, on en conviendra, parvenir au but par une route peu frayée jusqu’à présent. »

Previous post

Le CIC financera des études sur son implication dans la dette d'Haïti

Next post

En l'honneur des ancêtres ayant brisé leurs chaînes

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *