Société

« J’ai un projet pour la Guadeloupe » : Laissez-moi rire !

Depuis quelques jours, quand j’ai envie de rire, j’écoute les candidats qui sollicitent nos suffrages pour les prochaines élections. Tous sans exception ont un projet pour la Guadeloupe.

Qu’ils soient de vieux chevaux de retour ou de jeunes candidats, les projets pour la Guadeloupe fleurissent.

Pauvre Guadeloupe : PROJET ! Ils n’ont que ce mot à la bouche, mais une fois passée cette période de mensonges qu’est la campagne électorale, ou l’on promet tout et n’importe quoi, personne ne se préoccupera plus de ton sort. Face à la réalité, tu vas te rendre compte que tu as été menée en bateau et que les beaux projets qui devaient faire de toi un territoire sans chômage, sans violence, sans pénurie d’eau etc…. n’auront duré que le temps de l’enfumage dont tu as été victime. Ce sont tes pauvres citoyens, manipulés, anesthésiés, endormis de belles paroles qui subiront les conséquences de l’incompétence de ceux qui veulent le pouvoir à tout prix.

Car tu es une victime chère Guadeloupe, victime de ceux qui ne reculent devant rien pour te déstabiliser tout en gonflant leur portefeuille. Tous ceux qui vont siéger dans les nouvelles assemblées se présentent comme des philanthropes, mais en fait, n’ont qu’un seul désir, celui de faire fructifier leurs économies, développer leurs affaires et être aux abonnés absents à chaque fois qu’ils seront sollicités pour un problème. Vous pouvez vous adressez à n’importe quel élu quand vous aurez un souci, ce ne sera jamais de sa compétence le problème que vous soulevez. Pire, la majeure partie du temps, il ne saura même pas vous diriger vers celui susceptible de vous écouter.

Chers électeurs, vous êtes là pour voter, pour gueuler avec les loups quand on a besoin de vous et pour vous faire dévorer quand la meute n’aura plus besoin de vous. On a beau répéter que les promesses des politiciens n’engagent que ceux qui les reçoivent, mais il y a encore beaucoup de monde qui doute de cette réalité, parce des pigeons, il y en aura toujours.

Alors si vous voulez rire, ne ratez pas le discours de nos candidats et vous constaterez que de comiques, il y en a beaucoup sous nos latitudes.

Ainsi va la vie !

Luc Bernardini

Previous post

Un « PRINCE NOIR » de la politique antillaise ?

Next post

Rüdiger : Je ne m'attends pas à ce que le monde du football s'unisse pour combattre le racisme comme la Super League

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. celini
    mai 31, 2021 at 14:13 — Répondre

    Rire de la situation n’est pas une solution. La dérision sans des actes posés est inutile. Votre solution traduit un mal-être dans notre société et son impuissance d’ évoluer pour être sociale, juste et équitable . Mais après avoir rit de ce constat que proposez vous ?
    Un adage dit  » On n’a que les élus que nous méritons » Alors au lieu de rire , mobilisons nous, agissons pour avoir les élus que nous souhaitons de nos vœux.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *