Divers

« Il y aura désormais, un avant et un après 27 février »

SAMEDI 27 FÉVRIER : LE TEMPS D’APRÈS par Francis Carole

Il est incontestable qu’il y aura désormais, dans la lutte contre l’empoisonnement au chlordécone, un avant et un après 27 février 2021.

La mobilisation de milliers de femmes, d’hommes, jeunes et moins jeunes, de toutes catégories sociales, de toutes origines politiques et idéologiques, de toutes confessions religieuses qui ont déferlé dans les rues de Foyal, constitue bien un phénomène politique inédit.

Cette puissante vague de fond, qui renoue avec la tradition des grandes luttes populaires martiniquaises, nous a redonné confiance en nous-mêmes et en nos capacités de lutte. Elle représente déjà une victoire considérable sur nous-mêmes et permet de mieux envisager les batailles à venir. 

Dès les premiers jours de préparation de ce rassemblement, nous avons considéré que seul un mouvement de masse unitaire, large, clair dans ses objectifs, transcendant les poncifs du « pacifisme » et du « radicalisme » et faisant confiance au peuple était de nature à convaincre, rassembler et mobiliser la Martinique.

Au-delà, ce 27 février 2021 a eu une répercussion mondiale indéniable, donnant un écho et une légitimité, jusqu’alors jamais atteints, au combat que toutes et tous nous menons depuis de très longues années contre l’empoisonnement des peuples de Martinique et de Guadeloupe.

L’opinion publique française et mondiale est désormais ouvertement interpellée sur un scandale écologique et sanitaire majeur que l’Etat français avait soigneusement cherché à dissimuler aux yeux du monde.  C’est d’ailleurs à cet État, directement, sans prendre la peine de passer par la préfecture à qui aucune demande d’audience n’avait été faite, que s’adressait la foule, à la fois sereine et déterminée, de ce samedi.

 

Que faire maintenant ? 

 

Pour écrire la page de l’après, nous devons définir une stratégie globale et partagée qui intègre toutes les formes des combats populaires et toutes les forces pouvant être mises au service de la victoire.  Nous devons agir, de manière cohérente, sur toutes les dimensions du défi qui nous est posé : programmatique, judiciaire, politique, syndicale… Le rapport de forces se construira en actionnant ces différents leviers, parallèlement. Gardons-nous de compartimenter et d’émietter nos initiatives ! Mettons-les, au contraire, en cohérence et en synergie !

 

  • D’abord parler d’une même voix. Il est urgent de définir une plate-forme commune de revendications  qui pourra être portée par l’ensemble des forces engagées dans l’action en cours ainsi que par les différentes institutions et représentations politiques. Outre le chlordécone, cette plate-forme pourrait s’étendre aux grandes difficultés que la Martinique rencontre, comme les questions de santé.

 

  • Internationaliser le dossier chlordécone. L’un des moyens de créer un rapport de forces nous permettant de faire aboutir nos revendications consiste à porter le dossier chlordécone devant les instances politiques et judiciaires internationales. La coordination devra être faite dans cette perspective avec l’ensemble des avocats qui s’occupent de cette question.

 

  • Mieux coordonner nos actions avec la Guadeloupe. C’est une exigence d’efficacité qui s’impose sur l’ensemble des axes de l’offensive globale que nous avons décidé de lancer pour que le mépris cesse enfin. Plus la cohésion sera forte plus les facteurs de réussite seront importants.

 

  • Renforcer la mobilisation populaire. C’est bien entendu l’axe clef de la stratégie à mettre en œuvre. Il consistera à élargir l’unité de notre peuple tout en établissant un calendrier d’actions multiformes et pertinentes capables de mobiliser le plus grand nombre afin de faire plier l’Etat. Certaines de ces actions pourront le cas échéant être développées de manière concomitante en Martinique, en Guadeloupe, en France et ailleurs. Il appartiendra aux organisations de définir ce calendrier et les méthodes les plus efficientes.

 

Les plans chlordécone déclinés depuis plusieurs années sont loin de répondre à l’ampleur de la catastrophe sanitaire et aux exigences de notre peuple. La victoire est à notre portée si notre mobilisation unitaire se poursuit avec détermination et lucidité.

 

Francis CAROLE – MARTINIQUE

Previous post

Les Antilles : Des îles malades, royaumes du clientélisme, du profit, des petits et grands arrangements, de l’incurie et de la paresse intellectuelle

Next post

Le racisme en Angleterre : Le cas Meghan Markle

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *