Littérature

Il est important de déclamer mon amour en français mais surtout en créole

Béatrice Civaton est une auteure-interprète et productrice, née un 16 décembre à Pointe-à-Pitre. Elle fait de la musique caribéenne mais aussi des incursions dans d’autres styles musicaux tels que le R’n’B, le rap, le pop rock, la soul, le jazz. L’aventure continue, les pages du livre s’écrivent avec ce recueil qui vous convie à la lecture de quelques textes poétiques dont certains ou tous vous toucheront et vous donneront envie de mieux la connaître à un moment très intense et particulier de sa vie.

97L : Que vous inspire le célèbre titre « Ma plus belle histoire d’Amour » de Barbara ?

Cette magnifique œuvre de Barbara m’inspire une relation particulière qu’elle aurait pu avoir avec un homme, une femme, ou son public. Un amour passionnant, exigeant, exclusif. Mais ce genre d’Amour-là, si c’en est réellement, fait-il du bien ?
Dans son œuvre, Barbara nous dit qu’elle poursuit “un mirage”, qu’elle a perdu “courage” et que soudain lui est venue “la rage”. Elle est donc incapable ou elle peine à vivre l’Amour dont elle rêve… Comme la plupart d’entre nous…
Peut-être qu’il manque une étape avant d’aimer l’autre ou les autres…

97L : Comment exprimez-vous l’ivresse des mots de l’écriture ?

J’exprime l’ivresse de mes mots par mes maux qui résonnent dans mon cœur et animent mon corps. J’arrive à saisir mes mots, à les empoigner, à les étreindre surtout et à les accepter parce qu’ils reflètent mes blessures, mes souffrances. Et ceux-là font partie de moi. Il me faut les accepter pour arriver à Aimer…
Mes maux sont palpables tout autant que mon envie d’Aimer.

97L : Auteure-compositrice, chaque chapitre est une invitation à une réflexion sur la vie, la liberté et une prise de conscience de soi ?

Chaque chapitre est un pas vers la connaissance de Soi, le chemin vers la Liberté et l’Amour. Chaque chapitre est une invitation à la Responsabilité de ses choix, à la Conséquence de ses positionnements. Selon moi, être Libre veut dire être Responsable de ses actes posés même ceux les moins épanouissants ou que l’on croit lumineux, rayonnants alors que non, et en accepter les conséquences, quelles qu’elles soient. Assumer ce que l’on Est dans son entièreté, Aimer ce que l’on Est dans sa pluralité.

97L : Et quelle sont les couleurs, le souffle, les sonorités et les métaphores ?

Les couleurs de mes textes dépendent de la quantité de lumière qui se dégage de mes mots. Les couleurs changent au gré du lecteur qui s’en imprègne. Elles s’intensifieront ou elles seront pastelles selon le chemin de Vie du Lecteur, sa résonance et le fait de se reconnaître dans les mots.

Dans la plupart de mes textes, le souffle y est haletant, exaltant, coupé. Il est rarement apaisé. En ce qui concerne les sonorités, dans le poème “Heliconia” par exemple, des rimes suffisantes s’embrassent et des mots créent un effet d’assonance. “Heliconia Mon âme a pris son envol Pour panser ses maux muets Heliconia Et les morceaux se recollent Mauvais esprits désertés” Pour ce qui est des métaphores, dans le texte “Arrache mon Amour”, le soleil et la rivière deviennent des personnages et la femme en quête de liberté devient la conscience…

97L : Une narration des textes poétiques insulaires entre français et créole…

Il était important pour moi de pouvoir déclamer mon amour aussi bien en français mais surtout en créole. La musicalité dense et profonde, la poésie de la langue créole, cette langue qui fait partie de moi, sont autant de richesse qu’il me fallait coucher sur ce recueil. An té dwèt maké kréyol ! Je me devais d’écrire en créole.
C’est une Responsabilité, un choix assumé.

97L : Des textes sur la beauté de la vie et la souffrance qu’elle inspire et une balade romantique en quête de renouveau ?

La souffrance, les blessures sont souvent une grande source d’inspiration. Et ces maux semblent véritablement garantir la Beauté de la Vie lorsqu’ils sont guéris, pansés, soignés et surtout compris et acceptés. Mais lorsque je décris des souffrances, de la tristesse dans certains de ces textes, ça ne veut pas pour autant dire qu’on y ressent du désespoir. Cette démarche exutoire peut avant tout mener vers une Evidence et un Espoir. Donc oui, comme vous dîtes c’est “une balade romantique en quête de renouveau”. On apprend à Aimer différemment et de façon plus authentique.

97L : Le corps charnel, médiateur entre le sacré et le profane, le divin et l’acceptation de sa propre histoire ?

Je n’aime pas parler de sacré, de profane et de divin. Je laisse ces réflexions à ceux plus expérimentés que moi. Par ailleurs, je vous rejoins lorsque vous dîtes, le corps charnel comme acceptation de sa propre histoire. Chaque corps a une histoire. Et cette histoire va au-delà de notre propre histoire. Elle englobe aussi celles de nos ancêtres.

Disposer de son corps est la démarche la plus saine à avoir. C’est un droit à conquérir. Chacun a un pouvoir sur son corps et peut décider d’en faire une belle œuvre. Notre corps nous appartient, il n’appartient pas à l’autre. Alors l’autre peut juger notre corps, mais ça ne devrait pas nous atteindre, puisqu’il ne connaît pas ce corps et son histoire…Et si l’autre veut se référencer aux codes qu’on lui a enchaînés dans son esprit, ça le regarde. Accepter la différence et voir dans la différence, du Beau. Aimer cette différence.

97L : Considerez-vous l’écriture comme une thérapie ?

Oui. C’est un exutoire. Quelque chose me gênait, m’embarrassait et l’écriture m’a en quelque sorte soulagé d’un poids. En couchant ces mots qui reflètent mes maux, je m’assume et je dévoile qui je suis. Et je veux dire à mes lecteurs qu’eux aussi peuvent s’assumer, qu’ils peuvent et qu’ils savent surtout Aimer. C’est juste que ce soit bien enfoui et qu’il faut aller chercher seul avec ses propres armes…

97L : Que peut on retenir de ce premier recueil des textes ?

C’est une invitation à l’Amour – Tout simplement. C’est une démarche personnelle qui a été toutefois guidée sans qu’ils ne le sachent ou en le sachant par des personnes que j’aime et qui font partie de mon univers artistique et intime. Des personnes inspirantes…

 

Propos recueillis de Wanda NICOT

Previous post

Parce que l'on se marie toujours, quelque soient les conditions sanitaires !!!

Next post

"Mr le Président, nous souhaiterions que vous posiez des actes concrets"

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *