Société

« Mr le Président, nous souhaiterions que vous posiez des actes concrets »

Monsieur Le Président,

Le collectif citoyen, Sentinelles Guadeloupe, membre du Collectif Des Organisations En Lutte contre l’obligation vaccinale, et le Pass sanitaire transformé en « Pass vaccinal », prend acte de vos récentes déclarations à propos de la situation préoccupante en Guadeloupe, notamment concernant l’offre de santé, et la situation critique des personnels soignants, que vous exprimez dans une lettre adressée au Président de la République Française. Vous dites d’ailleurs avoir déjà eu à interpeller plus d’une fois le chef de l’État sur le sujet dans un passé récent.

Manifestement, ces précédentes démarches n’ont eu ni l’écho escompté ni la communication suffisante, afin que les personnels soignants suspendus ou interdits d’exercer se soient sentis accompagnés, ou simplement entendus, par le Président de Région que vous êtes.

Quoiqu’il en soit, dans cette lutte contre l’obligation vaccinale, contre le Pass sanitaire et le Pass vaccinal, qui divise les guadeloupéens, déchire des familles entières, et met à la rue des pères et des mères de Guadeloupe, chaque action, aussi timide soit-elle, et permettant d’avancer dans ce dossier, dans l’intérêt des Guadeloupéens, mérite d’être appréciée à sa juste valeur.

Il n’en demeure pas moins, Monsieur Le Président, qu’au-delà des mots, et afin que vos écrits ne soient interprétés comme de la démagogie politique, nous souhaiterions que vous posiez des actes concrets. L’indignation et l’émotion que vous laissez percevoir dans vos récentes déclarations, concernant la situation des professionnels de santé suspendus et interdits d’exercer, peuvent se traduire par des actions utiles.

Personne en Guadeloupe n’a oublié la fin de non recevoir que vous avez infligé au Collectif Des Organisations En Lutte, le mardi 14 décembre, lorsque que, vos collègues élus et vous, avez refusé de vous asseoir à la table des négociations ne serait-ce que pour écouter le Collectif, prétextant de préalables qui n’étaient pas de votre compétence.

Vous n’êtes pas sans savoir, que le président du Conseil Régional que vous êtes, dispose du fait de la décentralisation d’un large éventail de mesures, vous permettant d’intervenir en soutien de ces pères et mères de famille, suspendus depuis plusieurs mois sans salaire, et ceci, en attendant la suite des négociations que vous semblez appeler de vos vœux, et sans préalables.

Sentinelles Guadeloupe souhaite que vous joigniez des actes aux paroles en faisant voter par la collectivité régionale, la mobilisation d’une subvention exceptionnelle en soutien à ces soignants suspendus et interdits d’exercer, privés de revenus depuis près de quatre mois.

Par ailleurs, il nous semble, que le contrat de gouvernance que vous avez établi avec le Conseil Départemental décuple votre champ de possibilités d’interventions, ce qui vous permet de mener une action sociale concertée avec votre homologue Président du Conseil Départemental, Guy LOSBAR.

Nous vous appelons donc, Monsieur Le Président, à intervenir en soutien à ces professionnels de santé, comme vous avez su si bien le faire pour les secteurs de l’événementiel et de la restauration qui étaient en grande difficulté suite à l’application des mesures de gestion de la crise sanitaire Covid en Guadeloupe.

Convaincus que vous avez enfin pris la mesure du désastre économique, social, humain, mais aussi médical que l’application du pass sanitaire et/ou du pass vaccinal provoque sur le territoire, nous espérons vraiment qu’au-delà des intérêts purement politiques, ainsi que des postures des uns et des autres, vous saurez mettre toute votre âme Guadeloupéenne dans la recherche d’une issue favorable pour tous, dans ce conflit qui n’a que trop duré, mais aussi mettre en œuvre en urgence, des dispositifs qui éviteront la mort au sens propre comme au sens figuré de nombreux Guadeloupéens.

Vous en avez les moyens, il vous reste à démontrer votre volonté de faire.

Dans l’attente de votre retour, et de vos actes, Sentinelles Guadeloupe reste plus que jamais mobilisé aux côtés du collectif des organisations en lutte, contre l’application de l’obligation vaccinale, contre le Pass vaccinal et pour l’accès aux soins précoces pour tous.

Nous vous prions d’agréer Monsieur Le Président, l’expression de nos sentiments cordiaux et de nos meilleures salutations.

 

Éric Coriolan Président Sentinelles Guadeloupe

Rudy Manin Secrétaire Général Sentinelles Guadeloupe

Previous post

Il est important de déclamer mon amour en français mais surtout en créole

Next post

Actes de vandalisme à Ste Anne (Guadeloupe)

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. Guy GIRARD
    janvier 25, 2022 at 21:02 — Répondre

    LA GWADLOUP SÉ TAN NOU !!!
    Sentinelles Guadeloupe peut s’enorgueillir de son singulier combat contre l’installation de radars-tourelles en Guadeloupe. Il semble qu’ils ont tous brûlés, résultat 65 morts ont été comptés sur les routes de Gwada en 2021 (contre 50 en 2020). Pour mémoire, la Martinique a relevé 29 morts en 2021, et le préfet trouve que c’est encore trop.
    Alors profitant de sa nouvelle popularité, Eric Coriolan (Sentinelles Guadeloupe) souffle à Ary Chalus qu’il se doit d’aider cette nouvelle classe de déshérités que sont les soignants suspendus du CHUG qui ont commis l’erreur de suivre aveuglément les mots d’ordre de leurs syndicats radicaux en lutte contre la France.
    Mais, Ary Chalus qui aime la Guadeloupe, nétait pas en reste. Le 20 janvier 2022 et bien avant, il avait écrit au chef de l’état pour lui dire avec force circonlocution sa position : «… j’ai également porté une proposition de médiation susceptible d’identifier les conditions qui pourraient permettre, avec quelques aménagements, d’organiser une application graduée de la loi. » On sait pas trop ce que cela signifie. Globalement qu’il serait prêt à mettre la main dans la poche des Guadeloupéens pour aider les suspendus qui sont suspendus et aujourd’hui dans l’impasse financière avec leur famille.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *