Divers

Gourbeyre : Pourquoi un filao devant la mairie ?

Devant la mairie se trouve un filao et les gens passent devant sans se poser de questions sur les raisons qui font qu’il soit planté là. Et pourtant, il s’agit d’un arbre qui a pour vocation de nous rappeler que nous ne sommes pas à l’abri du réchauffement climatique qui risque de nous mettre face à une situation qui sera néfaste pour notre planète et qui touchera encore plus sévèrement les petites îles comme la nôtre.

Les conséquences de la fonte des neiges auront forcément des répercussions sur notre territoire, car la montée des eaux concernera l’ensemble des océans. Il est nécessaire de lutter contre la désertification et protéger notre planète quelque soit l’endroit où nous vivons dans le monde.

@97Land

Le reboisement des terres est une nécessité absolue pour ralentir le phénomène de la destruction de la couche d’ozone. Par un comportement plus responsable, nous pouvons réduire l‘effet de serre. C’est ce qu’est venu dire le glaciologue et climatologue Jean Jouzel à Gourbeyre le 14 juin 2007 en plantant cet arbre devenu un symbole de la lutte contre le réchauffement Climatique. Seulement, personne n’attache d’importance à ce filao qui à même vu une fois ses racines arrosées de fuel afin d’essayer de faire en sorte que l’arbre périsse.

Personne ne fait attention à lui, car personne ne sait ce qu’il représente.

Jean Jouzel est le plus grand spécialiste du réchauffement climatique, spécialiste des glaciers, paléoclimatologue de renommée mondiale et prix Nobel de la paix en 2007 avec Al Gore, ancien vice-président des États-Unis. C’est lui qui a planté cet arbre au centre bourg de Gourbeyre pour que nous pussions à tout instant nous rappeler qu’il faut protéger la nature pour le bien de la planète.

Un arbre planté par un prix Nobel en Guadeloupe, je n’en connais qu’un : Celui de Gourbeyre !

Il est malheureux de constater que nous n’attachons pas beaucoup d’importance aux symboles, or ils sont là pour nous rappeler, en tout cas pour ce qui concerne ce filao, que notre comportement peut être bénéfique ou non pour notre environnement. J’entends dire parfois, que la Guadeloupe est tellement petite, qu’elle ne peut en aucun cas avoir une incidence sur l’état de la planète, et que la détériorer n’est pas si grave que cela. C’est faux ! Nous avons tous un rôle à jouer et un effort à faire pour tenter de stabiliser les choses, et même si nous agissons comme le colibri, ce sera toujours mieux que de ne rien faire.

N.B : La biographie de Jean Jouzel est tellement riche et importante qu’il est difficile d’en faire un condensé. Renseignez-vous sur Google en tapant Jean Jouzel.

 

Hugues Pagesy

Previous post

Du différentialisme et ses monstres aux Antilles, aux analphabètes bilingues

Next post

Le FC Valence monte (vraiment) au créneau contre le racisme

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *