EvénementsSociété

Felix Desplan : Serge Romana n’a aucune légitimité pour me considérer comme un traitre

Mercredi 11 janvier, le Sénat supprimait du projet de loi sur l’Égalité réelle l’article 20A, proposant la date du 23 mai comme date nationale. Vilipendé, Felix Desplan l’initiateur de ce retrait défend sa position.

sénat-hémicycle-senat.fr_

97L : Racontez-nous le retrait de l’amendement dans l’article 20A ?

Tout simplement il y a une commission des lois dans laquelle je suis membre et j’ai présenté un amendement tendant à  supprimer l’article 20A  de la loi Egalité réelle.

97L : Détenez-vous un pouvoir sur cette commission ?

Je ne crois pas avoir de pouvoir particulier sur cette commission. Il faut savoir que toutes les commissions du Sénat sont composées d’une majorité de droite : les Républicains. Je suis dans l’opposition. Je suis membre de cette commission, j’ai assisté à certaines auditions aux côtés du rapporteur avec d’autres sénateurs. Et notamment au cours de l’audition de certaines associations, mon attention a été attirée sur le problème de la loi de 83 qui avait été modifiée et qui permettait d’introduire cet article 20A uniquement pour permettre une notion nouvelle : rendre hommage aux victimes de l’esclavage. J’ai compris qu’on voulait qu’il y ait deux dates de commémoration nationales officielles : une dédiée à l’abolition de l’esclavage le 10 mai, une autre au 23 mai qui consistait à rendre hommage aux victimes de l’esclavage.

A multiplier les dates de commémoration, on finira par les banaliser

97L: Le pourquoi votre opposition ?

Moi je dis qu’à multiplier les dates de commémoration, on finira par les banaliser. Une commémoration nationale c’est une commémoration solennelle qui doit avoir lieu une fois l’an.  Si on en fait une le 10 mai, je ne vois pas pourquoi il y en aurait une deuxième.

Je sais aussi que le 23 mai est une date qui avait déjà été proposée comme date officielle mais pas retenue à l’époque. Depuis, l’initiateur n’a pas baissé les bras et a toujours cherché un biais afin que le 23 mai devienne national.

Ma position est la suivante : on ne peut pas commémorer plusieurs fois et je dis que ce que je veux retenir de nos ancêtres esclaves, ce n’est pas qu’ils ont été victimes (tout le monde sait qu’ils l’ont été), ce sont tous les combats que les esclaves ont menés, leur sacrifice, leur détermination pour ne pas accepter cette situation… Par leur résistance, ils ont attiré l’attention de grands humanistes qui ont pris position en leur faveur et contribué aux côtés des esclaves à abolir ce crime.

Tout le monde n’est pas obligé de penser comme moi

97L : Certains sénateurs pensent représenter l’amendement.

Ca ne me gène pas. Nous sommes en démocratie. Tout le monde n’est pas obligé de penser comme moi, de partager mon opinion, d’avoir la même conception. Je l’ai fait en mon âme et conscience. Ceux qui n’ont pas les mêmes convictions que moi vont réagir autrement. Il y aura débat et je défendrai ma position.

Serge Romana n’a aucune légitimité pour me considérer comme un traitre

97L : Etes-vous prêt à rencontrer Serge Romana comme il le propose ?

Ca ne m’intéresse pas. A partir du moment où Serge Romana, que je connais de réputation car c’est un grand professeur et qui fait la fierté de la Guadeloupe, va sur la radio Guadeloupe 1ère et considère que j’ai une attitude de traitre, je ne peux plus discuter avec lui. Romana a engagé son combat, moi je défends le mien. La démocratie l’emportera. Il a le droit d’orienter le débat de manière à ce que l’article 20A puisse être ajouté et obtenir satisfaction dans sa démarche, j’ai le droit de m’y opposer et cela ne lui confère aucune légitimité pour me considérer comme un traitre alors que je ne le connais ni d’Eve ni d’Adam.

Je ne détiens pas la vérité absolue mais j’exprime ma conviction

97L : Au niveau personnel comment vous sentez-vous ?

Je suis loin de toutes ces polémiques. C’est vous qui m’avez renseigné sur la manifestation d’aujourd’hui (hier dimanche). Je suis sénateur, mon rôle consiste à voter ou ne pas voter des lois et les amender ou pas. Cela relève totalement des prérogatives de cette fonction élective. Je ne détiens pas la vérité absolue mais j’exprime ma conviction, j’exprime mon opinion.

dr-fruits
Previous post

ILS SONT PRETS A MOURIR POUR LES ANTILLES. ET SUR DES RYTHMES DE CARNAVAL !

IMG_4965
Next post

Cette grève de la faim n'est pas le combat de Serge Romana tout seul

Joël DIN

Joël DIN

3 Comments

  1. janvier 16, 2017 at 15:27 — Répondre

    Soutien total et très fervent au Sénateur Félix Desplan qui s’est courageusement opposé à la surenchère démagogique, victimaire, communautariste et raciste actuellement en cours autour de cette réintroduction de l’article 20A dans le projet de loi Égalité réelle outre mer.

    • Joseph
      janvier 19, 2017 at 01:16 — Répondre

      Depuis quand honorer la mémoire de ses aïeux, c’est être raciste? A ce rythme là, on n’ira plus au cimetière illuminé nos défunts non plus ?! Aller mettre une bougie sur une tombe, cela ne veut pas dire que l’on est toujours en deuil… on honore un disparu, on pense à lui pendant ce Temps là, on n’est plus dans la douleur. Le 10 mai accueille des invités sur carton et vous voulez que nous y soyons ?! Si il avait été populaire peut être que nous n’en serions pas là. Et ne me dites pas qu’il l’est car je n’ai jamais eu la chance de pouvoir accéder au Jardin du Luxembourg. Tout monde…plutôt aucun monde avec vous.

  2. Gina léo
    janvier 17, 2017 at 23:37 — Répondre

    Votre point de vue peut être compris. Cependant, vous êtes un élu de la nation. Quand vous votez des lois vous ne le faites pas en votre nom, mais en tant que représentant de la nation. Comment pouvez – vous donc parler de votre opinion et de votre conviction ? N’avez – vous pas compris le sens de vos responsabilités d’élu ?

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *