Société

Reunionnais de la Creuse : Cette histoire est la nôtre. Traumatisante pour certains. Grave pour nous tous

Extraits du discours du Préfet de La Réunion lors de la Conférence de la Fédération des enfants déracinés des DROM à Saint-Denis le 5 décembre 2020

 

Je souhaite tout d’abord vous dire combien je mesure l’importance de ma présence à vos côtés aujourd’hui en tant que représentant de l’État, combien celle-ci est signifiante. De 1963 à 1984, plus de 2000 enfants et adolescents Réunionnais relevant de l’Aide sociale à l’enfance furent déplacés par l’État vers l’Hexagone dans le cadre de la politique générale d’émigration conçue pour lutter contre la crise démographique, économique et sociale de la Réunion et afin de contribuer au repeuplement de territoires sujets à un important exode rural.

Une idée simple, qui a sûrement paru pertinente à nos gouvernants d’alors et qui était pourtant terrible de par ses conséquences. Ces enfants sont connus sous le nom des «Réunionnais dits de la Creuse », bien qu’ils aient été placés également dans 82 autres départements.

Certains sont aujourd’hui réunis dans cette salle, pour un évènement, à la fois studieux et artistique, chargé en émotion, qui relève avant tout d’un chemin de mémoire qui, j’ose l’espérer, sera un début de réconciliation.

Mesdames et messieurs, c’est avant tout à vous que je veux m’adresser aujourd’hui, ainsi qu’à tous ceux qui auraient aimé être là parmi nous cet après midi, au nom de la République française. Le ministre des outremer, sachez le, suit ce dossier avec la plus grande attention et m’a demandé aujourd’hui de le représenter. En soutenant l’organisation de cet évènement inédit sur l’île, en facilitant vos déplacements et ceux de vos proches… et, enfin, en répondant présent, par ma voix, à votre invitation ce jour, l’État poursuit cette démarche constructive, qui nous permettra, je le souhaite profondément, de nous réconcilier avec cette histoire qui est bien sûr la vôtre mais aussi celle de la Nation.

Oui, cette histoire est la nôtre. Traumatisante pour certains ex mineurs. Grave pour nous tous. Nous la regardons aujourd’hui en face, avec lucidité, à vos côtés et sans tabous, tous guidés, ensemble, par la recherche de la vérité et de la reconstruction…

Mais l’histoire a aussi vocation à éclairer le politique dans sa prise de décision. Ce fût chose faite là encore : plusieurs de vos préconisations ont été retenues. Un accompagnement administratif, matériel et psychologique des personnes qui ont fait le choix de reconstituer leur histoire personnelle s’est mis en place au cours des 3 dernières années, dans un esprit de simplicité, de transparence et de justice. Vous avez été associés à leur mise en œuvre, qui se poursuit actuellement.

Des dispositions concrètes ont notamment été prises pour lever les obstacles à la reconstitution des histoires personnelles des exmineurs qui souhaiteraient s’engager dans cette voie, par une aide à la mobilité et au séjour sur place et par la définition d’une procédure de consultation sécurisée de la liste des enfants. Je tiens d’ailleurs à remercier le Conseil départemental et l’UDAF pour leur engagement résolu et bienveillant sur ce dispositif. Des décisions doivent encore être prises concernant les modalités concrètes du suivi psychologique envisagé. Par ailleurs, afin de garantir la juste place de cet épisode dans notre histoire collective, sous l’égide des autorités académiques, des stages de formation ont été organisés à destination des enseignants. Un ouvrage intitulé Comment enseigner l’histoire des « enfants dits de la Creuse » va être prochainement diffusé par le réseau Canopé. Je tiens à remercier le Rectorat de la Réunion pour ce travail. Divers ouvrages, notamment sous la forme d’une bande dessinée, ont également été publiés récemment, concourant à la connaissance et à la diffusion de cette histoire. Enfin, et non des moindres, un projet de plaque mémorielle est envisagé dans les tous prochains mois à l’aéroport d’Orly pour, là encore, faire œuvre d’histoire et de mémoire.

Les échanges qui vont suivre cet aprèsmidi s’inscrivent pleinement dans cette dynamique constructive. Ils s’annoncent riches, mêlant histoire collective et personnelle Puissent-ils vous aider à renouer avec vos racines, à vous réapproprier votre mémoire, à apaiser ensemble notre histoire…

Previous post

L'UEFA l'arroseur bien timide arrosé

Next post

30 % de pauvres en Martinique et en Guadeloupe, 42 % à la Réunion

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *