Société

Pretty Yende : « Sur le sol français, j’ai été fouillée comme un criminelle »

Pretty Yende est une artiste lyrique sud-africaine née en 1985. Elle se produit à Vienne, Berlin, Los Angeles, Barcelone, Hambourg ou Paris. Elle a confié sur Instagram avoir été traitée comme une criminelle à son arriv à Roissy, une version contestée par des sources policière et aéroportuaire.

« Sur le sol français, j’ai été déshabillée et fouillée comme un criminelle et mise en cellule de rétention au terminal 2B du contrôle douanier Charles de Gaulle à Paris ».

La brutalité policière est une réalité pour quelqu’un comme moi. J’en ai toujours entendu parler aux nouvelles, la plupart de mes frères et sœurs finissaient par être torturés, certains cas mortels faisaient la une des journaux, des cadavres apparaissant soudainement. Je suis très chanceuse d’être en vie, après les mauvais traitements, la discrimination raciale et la torture psychologique accompagnés de commentaires raciaux très offensants dans un pays auquel j’ai donné tant de mon cœur et de ma vertu…

Ils ont pris toutes mes affaires, y compris mon portable et m’ont ordonné d’écrire les numéros de téléphone de ma famille proche et de mes amis à appeler sur un fixe de la cellule de rétention. Ils m’ont dit qu’ils allaient m’emmener dans une « prison » et pendant ce temps, ils me regardaient comme si j’étais une délinquante.

J’ai dit : la batterie de mon téléphone est en train de se décharger, pourriez-vous me fournir un chargeur par hasard ?

– Ecoutez-moi bien, vous n’aurez pas votre téléphone… m’a dit un policier sur un ton très dur et condescendant

– Quoi ? Suis-je prisonnière ?

– Ouais !!!

J’ai décidé de me conformer à ses dires et à faire ce qu’ils disaient et de ne pas essayer de me défendre. Sur le sol français, j’ai été déshabillée et fouillée comme un criminelle et mise en cellule de rétention au terminal 2B du contrôle douanier Charles de Gaulle à Paris. Il y faisait froid, il n’y avait pas de lumière au début et ils m’ont laissé là seule avec le téléphone fixe et un morceau de papier pour écrire les numéros de téléphone de mes contacts. La plupart ont été refusés car anglais. Il y avait plus d’une dizaine de policiers que j’entendais rire dans le couloir…#vivelafrance


Au vu de nombreux articles de presse qui ont partagé une déclaration de la police selon laquelle je, et je cite, « n’être en possession d’autres documents que mon passeport sud-africain et la nécessité d’avoir un visa pour entrer en France », je tiens à préciser que j’ai tous les documents nécessaires qui me permettent de circuler librement et de travailler depuis 2009.

J’ai un permesso di soggiorno italiano (permis de séjour italien) illimité en cours de renouvellement et un permesso di soggiorno provvisorio (résidence temporaire), que j’ai présenté à la police au contrôle aux frontières. Je n’avais PAS besoin de visa pour entrer ou travailler dans l’un des pays européens, y compris la France.

« Le statut de résident de longue durée dans l’UE, délivré le 16/02/2015 par la préfecture de police de Milan et à validité illimitée, est prévu par l’article 9 de la loi consolidée sur l’immigration (décret législatif 286/98) et régulièrement délivré conformément à la législation européenne. Directive 2003/109/CE, mise en œuvre par l’Italie et la France et contenant les lignes directrices communes pour la délivrance de tels titres de séjour à validité illimitée.

– Ce titre de séjour, délivré sous forme papier, précisément pour permettre à la chanteuse de circuler en dehors du territoire italien, est valable jusqu’au 20/09/2021 et indique qu’il est délivré pour un travail indépendant. Il n’y a pas d’erreurs matérielles dans les données saisies, ni de doutes sur leur validité ou leur véracité. La détention à l’aéroport Charles De Gaulle à Paris par la police française est absolument illégitime puisque la citoyenne étrangère était en possession d’un titre de séjour régulier délivré par les autorités italiennes (Questura di Milano), ainsi qu’elle conserve le statut de longue durée résident.

– Il est également très grave et contraire aux règles de circulation au sein de l’espace Schengen en faveur des citoyens étrangers en possession du statut de résident de longue durée, d’exiger un visa d’entrée et il n’est pas possible de les rejeter à la frontière ».

Déclaration de mon avocat.

Previous post

Sculptures des Antilles et d'Haïti à Albuquerque

Next post

Konba la angajé

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *