Société

Mobilisés contre les violences faites aux femmes en Outre-mer

38 lauréats bénéficieront de l’appel à projets « Mobilisés contre les discriminations et les violences faites aux femmes en Outre-mer »

 

Lancé le 23 juillet 2021 par Sébastien Lecornu, Ministre des Outre-mer, en coordination avec le Service des droits des femmes et de l’égalité (SDFE), l’appel à projets « Mobilisés contre les discriminations et les violences faites aux femmes en Outre-mer » a désigné ses lauréats.

L’enveloppe, d’un montant total de 325 000€, soit près de trois fois supérieur au budget initial de financement, permettra d’accompagner 38 projets dans 9 territoires ultramarins (Guyane, Martinique, Guadeloupe, Mayotte, La Réunion, Polynésie française, Wallis-et-Futuna, Nouvelle-Calédonie).

La lutte contre les violences conjugales constitue la Grande cause du quinquennat. Face à la gravité et à l’ampleur du phénomène des violences au sein du couple, la prévention primaire et la réitération de tout acte de violences constituent un enjeu essentiel des politiques publiques judiciaire, sociale et sanitaire.

En outre-mer, selon l’Insee, les violences intrafamiliales (VIF) mesurées à partir des dépôts de plainte sont plus répandues que dans l’hexagone. En 2020, 7 652 femmes ont encore été victimes de VIF sur l’ensemble des DROM-COM (contre 7263 en 2019), soit un taux de victimation de 5,4 contre 3,1 dans l’hexagone (1,7 fois plus élevé).

Ont ainsi été retenues les actions des structures suivantes :

  • L’Observatoire féminin et ADILES en Guadeloupe ;
  • Le CHU de la Martinique, Les premières, Mouvement du Nid, Culture égalité et UFM en Martinique ;
  • ID Santé, AGAV, Arbre fromager et 973AAVIP en Guyane ;
  • INSERANOO, Cinekour, Compagnie escaladanse, La Cimade, FTM, CEVIF, Gold formation, Réseau VIF, ARIV, AMAFAR, Lékol du bonheur et le Planning familial à la Réunion ;
  • CDAD de Mayotte, REPEMA, et Mlezi Maoré à Mayotte ;
  • Osez à Wallis-et-Futuna ;
  • APAJ et le Conseil des femmes de Polynésie française en Polynésie française ;
  • le Gouvernement de la Nouvelle Calédonie, Plateforme SOS écoute, AS Magenta Touch rugby club-comité 3E, Ecole de la réussite, ADAVI, Solidarités SIDA et Compagnie Lyades en Nouvelle-Calédonie.

Ces projets permettront notamment de :

  • Prévenir les passages à l’acte ;
  • Sensibiliser les populations, notamment les jeunes générations, aux diverses formes de violences physiques et psychologiques ;
  • Former les professionnels de santé et du secteur médico-social à l’écoute et à l’accompagnement des femmes victimes de violences ;
  • Multiplier les dispositifs d’hébergement des femmes victimes de violences conjugales ;
  • Promouvoir l’égalité de genre dans la sphère privée et professionnelle.
Previous post

UNSS : Les collégiens et lycéens ultramarins discriminés

Next post

A la Réunion, l’épidémie poursuit une progression fulgurante

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. Bergère Anjéla
    janvier 13, 2022 at 03:33 — Répondre

    C’est une ritournelle de lire et d’entendre sans cesse : violences conjugales lorsque des hommes tuent leur femme et qu’on continue de parler de violences conjugales comme s’il s’agissait d’un animal quelconque qui commettait ce rituel criminel contre des femmes victimes de qui ? De quoi ? On ne sait toujours pas ! Si ce n’était pas sanglant,.ça pourrait être presque comique !
    A savoir qu’il ne s’agirait que d’une femme telle l’hydre de Lerne ou d’une.succession de femmes qui ressuciteraient pour le jour d’après, rebelotte !
    Ce n’est plus du sadisme. Mais ça n’a plus de nom non plus.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *