Divers

Les antillais se cachent pour mourir

Ce sera à d’autres que nous d’établir si les guadeloupéens s se cachent pour être français; en tout cas, nous savons qu’ils se cachent pour mourir.

Le poème de François Coppée, «  la mort des oiseaux «  nous glace  ». Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes

Dans le gazon d’avril où nous irons courir

Est-ce que les oiseaux se cachent pour mourir »?, et le déni de mort en Guadeloupe dans la crise Covid que nous traversons nous atterre un peu plus chaque jour.

Dans le célèbre roman de Colleen Mccullough, «  Les oiseaux se cachent pour mourir », Ralph est prêtre, et a voué sa vie à l’Eglise.

Mais le séduisant religieux tombe amoureux de la jeune Meggie. L’attachement du père Ralph de Bricassart pour Megan se transforme en passion interdite.

Un passage du livre nous interpelle, Ralph s’adresse à son Dieu : Transposons alors les messages subliminaux. « 

Parfois, il m’arrive de penser que je lui porte infiniment plus d’amour qu’à vous, ( cette dernière est peut-être la nation française ?) et cela fait partie de la punition que vous m’infligez. D’elle, je ne doute pas. Vous? ( La Guadeloupe ?)  Un artifice, un fantôme, un symbole. Comment puis-je aimer un symbole ? ».

Notons que dans la série télévisée tirée du roman, Ralph meurt avec Meggie à ses genoux.

Lucas Degryse nous indique qu’à l’échelle de l’Histoire universelle, les chocs de civilisation ou les grands conflits géo-stratégiques ressemblent souvent à des scènes de ménage où chaque acteur adopte les rôle masculin et féminin.

C’est le moment où se révèlent et s’expriment les pulsions de destruction et de mort qui travaillent le coeur du lien amoureux.

L’hyper-susceptibilité narcissique à l’oeuvre dans le communautarisme s’apparente à une véritable hystérie identitaire, pour reprendre l’expression d’Eric DUPIN, qui s’empare d’une humanité incapable de se définir en adulte, pour s’affranchir de tout repli grégaire sur une mythologie de groupe passéiste.

Comment comprendre autrement l’extension à tout l’espace social antillais sans plus aucune notion de limites, d’un déchaînement irrationnel de toutes les pulsions possibles et contradictoires?.

Nous indiquions que l’humanité doit faire face à deux problèmes majeurs : le premier est de vivre, le second de survivre.

C’est qu’elle porte en germe une auto-destruction.

L’auto-destruction est l’essence de l’humain.

Piochons pour poursuivre notre raisonnement dans l’oeuvre d’Hannah Arendt. Ne nous dit-elle pas : « Ce (qu’ils voulaient), c’était d’accéder à l’histoire, même au prix de l’auto-destruction. »

Parce que la science ne produit pas de vérités absolues et universelles, dans cette crise Covid qui  terrasse les Antilles, l’ ignorance collective a été érigée en principe politique. Nous voudrions démontrer au monde, sinon à « l’Etat colonial français », que nous existons, que nous sommes des rebelles. 

Menée par une poignée de fous furieux, « une puce sera implantée dans nos corps », la production de l’ignorance, pernicieuse, sournoise, terriblement efficace, a engendré une hystérie collective, produit d’un endoctrinement de masse.

Nous nous souvenons d’un des principes de base édictés par Orwell dans 1984,  « L’ignorance, c’est la force ».

Pour s’implanter, le Totalitarisme a besoin d’individus isolés et déculturés, déracinés des rapports sociaux organiques, atomisés socialement.

Les écrits d’ Hannah Arendt encore une fois nous éclairent. Le déni du Covid est la conclusion logique de politiques délétères, gouailleurs et inconséquents

« Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez ». (fake-news, théories complotistes…) »

Pour conclure, partageons sa vision de l’Humanité :«  Pour être confirmé dans mon identité, je dépends entièrement des autres ».

Previous post

Aux fachos, aux haineux, aux rageux : "Obono l'Africaine" insoumise vous emmerde.

Next post

La commission européenne consulte sur la stratégie pour les Outre-mer

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *