Société

« Le problème du racisme dépasse le cadre du match PSG-Basaksehir »

Vincent Kompany, le racime, il l’a vécu des son enfance en Belgique. Titulaire d’un master en commerce international, pour l’ancien capitaine de Manchester City actuel entraîneur d’Anderlecht, le vrai problème dans le football réside dans les personnes décisionnelles. »Si vous regardez les conseils d’administration de l’UEFA ou de la FIFA, les fédérations italienne ou anglaise, il y a un manque évident de diversité ».

« Ma mère vient d’un village de campagne, quand elle est arrivée, dans les années 70 avec mon père, venu tout droit d’Afrique, c’était un choc. C’était de l’ignorance ». Malgré la passion du foot, tout n’a pas été rose. « C’était normal pour nous d’aller à des tournois et d’être traités de singes, c’est ce que les parents criaient ».

«Quand je parle d’institutions de pouvoir, privées et publiques, dans ces conseils d’administration, ce sont encore principalement des hommes blancs qui prennent toutes ces décisions. Cela doit changer. Nous n’avons absolument aucun accès à ces endroits pour le moment ».

Ainsi declarait-il à propos des insultes subies par Lukaku en septembre 2019, « aucune de ces organisations ne peut vraiment comprendre ce que vit Romelu. Vous avez affaire à un groupe de décideurs qui lui disent ce qu’il doit penser et ce qu’il doit ressentir, alors qu’ils n’ont aucune idée de ce qu’il a vécu dans sa vie. »

« Si vous regardez les conseils d’administration de l’UEFA ou de la FIFA, les fédérations italienne ou anglaise, il y a un manque évident de diversité. Comment voulez-vous que les bonnes décisions soient prises au niveau des sanctions ? C’est aussi simple que ça. »

Interrogé sur les événements survenus en Ligue des champions au Parc des Princes mardi dernier, Kompany, champion de Belgique et d’Angleterre voit plus loin.

« Bien sûr que je soutiens l’action des joueurs de quitter le terrain », répond l’homme aux 86 sélections chez les Diables Rouges. « Il faut respecter le fait que l’adjoint Pierre Webo se soit senti insulté. Moi, cela fait déjà longtemps que je demande de mener un débat plus approfondi, mais on ne le fait jamais ».
« Prenez une échelle, et grimpez le plus haut possible dans vos entreprises. Regardez qui prend les décisions et vous verrez que les personnes de couleur, d’origine différente ou d’une autre religion auront beaucoup plus de difficultés à se faire valoir et avoir des opportunités. Pourtant, elles peuvent avoir une toute autre vision des choses. Moi, j’ai eu la chance de pouvoir occuper une fonction importante dans le management d’Anderlecht, je suis une exception même si ce n’est pas un secteur fondamental de la société ».

« Le problème du racisme dépasse largement le cadre de ce match. C’est un problème institutionnel. Aujourd’hui, dans ma position de manager, je peux offrir des opportunités à des personnes talentueuses mais hors cadre. Ces gens aux chances limitées pour occuper des postes haut placés sont inexistants. Or, ce sont eux qui mettront ces sujets à l’ordre du jour et feront bouger les choses. Mais j’en suis conscient, c’est un problème très complexe. »
Previous post

Kanaky : Une mobilisation le 16 déc. devant le ministère des outremers ?

Next post

Chanté Nwel Lakay Zot

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SHARE

« Le problème du racisme dépasse le cadre du match PSG-Basaksehir »