Société

Je ne suis d’accord ni avec Einstein, ni avec les vaccins aux Antilles

Le prestige de la science a longtemps tenu au fait qu’on lui conférait le pouvoir symbolique surplombant le monde, nous assure Etienne Klein, dans Faut-il croire la science, collection Etudes 2013/1.

Assise sur un refuge neutre et haut-placé, sûre d’elle-même, elle semblait se déployer à la fois au coeur du réel, tout près de la vérité, et hors de l’humain.

Cette image est aujourd’hui dépassée. Nous avons compris que la science n’est pas un nuage lévitant au-dessus de nous. 

En Guadeloupe et Martinique, il semblerait que chaque être guadeloupéen et martiniquais possède sa propre représentation du monde, de sciences hypothético-kokangno-déductives, découlant d’un curieux dogmatisme se voulant héritier de la culture amérindienne, de la pharmacopée antillaise, engobant l’intégralité des fake-news mondialisées, des luttes de Mandela et Lumumba, de la mort de Georges Floyd, de statues à déboulonner, dans une prolifération de messages, dans un bourdonnement incessant contrecarré toutefois par la litanie des morts égrenés dans les avis d’obsèques.  

Les contorsions de nos politiques et leur peu d’empressement à afficher des positions claires ont une nouvelle fois prouvé leurs faiblesses.

Récemment, poursuivait Etienne Klein, j’ai eu l’occasion de donner un cours de relativité (et non de relativisme) à de futurs ingénieurs. Alors que je venais d’effectuer un calcul montrant que la durée du phénomène dépend de la vitesse de l’observateur, un étudiant a pris la parole : « Monsieur, personnellement, je ne suis pas d’accord avec Einstein ». 

J’imaginai, -indique abasourdi le scientifique-, qu’il allait argumenter, qu’il allait défendre une théorie alternative. Mais il se contenta de dire : «  Je ne crois pas à la relativité des durées que vous venez de démontrer, parce que … je ne la sens pas ».

Etienne Klein avoue avoir ressenti un choc. Ce jeune homme qui n’avait pas lu Einstein avait suffisamment confiance dans son « ressenti » personnel pour s’autoriser à contester un résultat qu’un siècle d’expériences innombrables avait cautionné.

@Petit Covid à l’aise aux Antilles

 

Aux Antilles, les chiffres sont faux : RCI a été payé par le gouvernement pour prolonger les avis d’obsèques. Aux Antilles, moun toujou mo. Aux Antilles, des médecins rôdent dans les couloirs pour vacciner en douce votre maman, c’est la cousine de la voisine de l’aide ménagère de ma marraine qui me l’a confirmé.  Aux Antilles, le « génocide par substitution » a pris une nouvelle ampleur, les soignants hexagonaux préparant l’invasion finale… Et Hanouna, et Cnews… Yo en komplosité en ka diw !

Comment voulez-vous que soit écouté le directeur du CHU de la Guadeloupe, appelant à se faire vacciner ? « J’ai le sentiment que particulièrement en Guadeloupe, ne pas se vacciner, c’est afficher son nationalisme. Cela me dépasse car on fait d’un problème sanitaire, un problème politique ». Gaby Clavier avait d’ailleurs enfoncé le clou en lui lançant : « Ou sé on moun kon nou ».

Rappelons que la semaine dernière, la personne décédée la plus jeune avait 36 ans.

Notre population aura compris trop tard que le vaccin est le produit de la mondialisation cette fois-ci incroyablement efficace, -ce qui a pu susciter l’incompréhension et l’incrédulité-, comme le soulignait dans le journal LE FIGARO l’économiste Chat Bown, membre du Peterson Institute, spécialiste du commerce international, qui a publié début août, avec Thomas J. Bollyky, conseiller du SEPI, une étude qui analyse les chaînes de production internationale qui participent aujourd’hui à la fabrication des vaccins contre le Covid 19

Au fait, on ne fabrique plus de masques en Guadeloupe ? Dans cette atroce pandémie, cela aurait été d’une aide précieuse, si la société Respire Plus, qui fait l’objet d’une enquête préliminaire pour détournements de fonds, escroquerie aggravée, prise illégale d’intérêts, pouvait nous en fournir, à défaut de vaccins. Et la Région dans tout ça ? Mais chut, se faire berner semble être une seconde nature de la part de nos politiques.

Previous post

M. Kéclard-Mondésir : La vaccination n’est pas la seule solution ni la seule préoccupation

Next post

Décès de Lucette Michaux Chevry

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *