Culture

HOMMAGE : DÉCÈS DE L’HISTORIEN MARC FERRO

HOMMAGE : DECES DE L’HISTORIEN MARC FERRO (1924 – 2021)

« Limage comme sujet de lhistoire »

L’universitaire et historien français Marc Ferro est décédé le 21 avril 2021 à l’âge de 96 ans. Spécialiste de la Russie, du cinéma et de la décolonisation, il a marqué une génération d’étudiants et d’historiens de la seconde moitié du XXe siècle.

On retiendra l’ouvrage collectif paru sous sa direction en 2003 : « Le livre noir du colonialisme, XVIe – XXIe siècle, de l’extermination à la repentance ».

Orphelin de père à l’âge de 5 ans, sa mère, juive d’origine ukrainienne, ne reviendra pas des camps. Marc Ferro s’engage dans la Résistance et rejoint le maquis de Vercors. Il est professeur d’histoire à Oran au moment de la guerre de libération nationale en Algérie.

Marc Ferro appartient au courant de l’histoire nouvelle, héritière de l’Ecole des Annales : des historiens à la fois démographes, économistes, sociologues, géographes, anthropologues, assurant une liaison étroite entre enseignement et recherche, diffusant la connaissance (France 5 et chaîne ARTE pour Ferro), stimulant les enquêtes collectives, organisant des rencontres entre les sciences humaines. La revue de cette école historique change de nom et devient « Annales ESC, Economie, Société, Civilisation ».

Les articles de Marc Ferro s’attachaient à démontrer que les composantes de la société ne sont pas les êtres humains, mais les relations qui existent entre eux.

Marc Ferro a associé Culture et Histoire. Il a été pionnier dans l’utilisation des images comme source d’histoire. Pour lui, le film ne doit pas être considéré comme le simple reflet d’une société, mais comme un moyen d’accéder à l’envers de celle-ci ou de faire tomber un certain nombre de masques.

« L’histoire de la colonisation ne se réduit pas à un face-à-face entre victimes et coupables… D’Afrique, d’Inde, est venue une mise en garde globale du dogme de l’universalité de la raison comme moteur de l’histoire, tout comme celui de l’universalité des valeurs de l’Europe ».

En cette année de centenaire du Prix Goncourt à René Maran pour son roman « Batouala », il faut rendre hommage à l’historien français Marc Ferro pour le travail réalisé pour donner un sens à l’histoire. L’histoire n’est pas fatalité, accidents, hasards ou aventures. La destinée de l’Homme est de s’engager dans la mise en œuvre de tâches difficiles mais grandioses.

 

Marie-Hélène LEOTIN

Previous post

JBL maître d'oeuvre : faut-il rire ou pleurer ?

Next post

5 documentaires à voir sur l'esclavage

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *