Société

Décès de Matthew T. Chapman, l’un des derniers « tamarii » volontaires

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Décès de Monsieur Matthew Turner Chapman, l’un des derniers « tamarii » volontaires

Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer et Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, ont appris avec tristesse la disparition de monsieur Matthew Turner Chapman, survenue à l’âge de 99 ans. Il était un des rares « tamarii » volontaires encore survivants.

Le Quartier-maître de 2e classe de la Marine française Chapman a été élevé au rang de chevalier de la Légion d’honneur le 1er janvier dernier. Cette reconnaissance de la Nation lui tenait à cœur ainsi qu’à tous ses proches. Elle le suivra pour l’éternité.

Il n’avait pas 20 ans, lorsqu’en septembre 1940, il rejoignit les rangs des Forces Françaises Libres pour la durée de la guerre. Il fut l’un des symboles du ralliement du cœur des établissements français du Pacifique au général de Gaulle.

Avec ses frères d’armes, ils furent les dignes et glorieux héritiers du Bataillon du Pacifique qui se distingua au cours de la Grande Guerre de 1914-1918, et en portèrent le flambeau.

Le périple de Matthew Turner Chapman débuta en mars 1941 au sein des Forces navales libres. Son épopée le conduisit de Tahiti en Ecosse, en passant par l’Australie, le Canada, de l’escadron Ile-de-France au contre-torpilleur Léopard. Il devint fusilier marin.

Cet esprit libre, ce combattant des océans vit le Levant, Madagascar et La Réunion, il y porta les armes et servit l’honneur de la France. En 1949, Matthew Turner Chapman est cité à l’ordre de son régiment au nom de son courage et de son endurance dans des circonstances périlleuses. Ses 25 mois de navigation en opération le marquèrent à vie.

Vivant aux Etats-Unis jusqu’à la fin de ses jours, il n’oublia jamais ses compagnons d’armes ni ses chères îles. Chaque 18 juin, il se rendait en Polynésie française pour rendre hommage à ses camarades.

La France salue un soldat méritant qui a servi la nation avec la fougue de sa jeunesse et un idéal de liberté.

Previous post

Les étudiants d'Outremer, grands oubliés de la crise sanitaire ?

Next post

L’indépendance, une bataille sans espoir ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *