Société

Crise sanitaire : dans l’académie de la Guadeloupe personne ne sait que faire !

par le Bureau SNES-FSU Guadeloupe

 

Depuis une dizaine de jours, la Rectrice a imposé le port du masque sans concertation.

Elle a ensuite publié sur le site de l’académie un document intitulé « Que Faire » qui a pour objectif de répondre aux principales questions que se posent les personnels.

Il est en particulier écrit (page 2) à propos des conseils de classes et des autres instances :

Afin de freiner la propagation du virus, ces réunions doivent donc être organisées autant que de possible à distance en faisant usage de la visioconférence, la conférence téléphonique, la consultation dématérialisée ou l’utilisation des espaces numériques de travail et des outils de vie scolaire. Lorsque ces réunions sont organisées en présentiel un strict respect des gestes barrières doit être observé. Elles sont alors limitées à six participants.

Certains chefs d’établissement ont pourtant continué les conseils de classes en présentiel et à jauge maximale.

Après avoir été alerté par nos mandants, nous avons interrogé la Rectrice par écrit à ce propos. Nous n’avons eu aucune réponse.

Certains chefs d’établissement ont argué que ce document pourtant publié sur le site n’était pas signé par la Rectrice et donc n’était pas applicable.

D’autres ont contacté la directrice de cabinet qui a répondu que la partie sur les conseils de classe était une recommandation. Et donc pouvait ne pas être appliqué suivant les établissements.

Pourtant, c’est bien le contraire qui est écrit.

Les personnels enseignants se retrouvent pris en tenaille entre une Rectrice qui interdit les conseils de classe à plus de 6 dans les établissements et certains chefs d’établissement qui les maintiennent et une directrice de cabinet qui dit qu’on fait ce qu’écrit la Rectrice sauf si on ne le fait pas.

Cela serait risible s’il n’était pas question de santé de responsabilité dans cette crise sanitaire.

En refusant de répondre aux interrogations légitimes des collègues, en acceptant laisser passer le message que le que faire publié sous sa responsabilité n’est qu’une recommandation, la Rectrice met les personnels des collèges et des lycées dans la difficulté : doivent-ils se conformer à ce qu’elle écrit ou finalement, son document n’a aucune valeur et ils doivent se rendre faire des réunions avec l’ensemble des équipes ?

Cette question se pose aussi pour les écoles. Si le document que faire ? n’est qu’une préconisation adaptable suivant le contexte, cela veut dire aussi que le port du masque n’est plus si obligatoire pour les élèves.

À force de faire semblant, plus personne ne sait que faire !

Previous post

"Moi, 1er Lord Lieutenant noir de la Reine, je ne crois pas que la famille royale soit raciste"

Next post

Conférence en ligne

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *