Evénements

Serge Letchimy : Je trouve que la Martinique ne va pas bien

De passage au salon de l’agriculture, Serge Letchimy s’est rendu directement sur le stand de la Martinique avant de visiter les autres emplacements de l’Outre-mer. Il nous parle de son île suite à sa défaite aux élections territoriales de décembre 2015.

97L : Etes-vous un familier de ce salon ?

Chaque année j’essaie d’y faire un tour. Un pays qui n’est pas en dynamique avec sa production locale, donc sa production agricole est un pays qui perd sa mémoire et qui ne peut pas répondre aux attentes de base.

IMG_8184

97L : L‘agriculture martiniquaise est-elle dynamique ?

Je pense qu’il y a un potentiel assez impressionnant notamment sur le volet de la diversification agricole pour essayer de répondre aux besoins de la consommation locale. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui considèrent que l’agriculture est foutue qu’il n’y a que deux ou trois grandes spéculations. Il faut à la fois pousser sur la diversification, c’est un gros débat avec l’Europe et aussi soutenir les grandes productions comme la banane. Des efforts considérables ont été réalisés. Je pense à la réduction des pesticides, il faut aller plus loin sur la banane durable, conforter nos exportations, le revenu de nos petits agriculteurs. Il y aussi le rhum et penser aux nouvelles niches : la vanille, le cacao, le café. Un gros travail doit être accompli.

97L : Comment va la Martinique depuis décembre ?

Depuis trois mois je parle peu. Il y a une nouvelle équipe, il faut être respectueux de la démocratie même si la coalition qui s’est faite aujourd’hui parait très surprenante et même, on peut considérer que c’est en dehors de toute éthique politique. Mais le peuple a fait son choix…

Je trouve que la Martinique ne va pas bien, très honnêtement. Actuellement, ça patine et au lieu de prendre le relais et de continuer la dynamique, on a le sentiment d’une espèce de freinage des investissements, beaucoup de cancans politiques sur le plan local, des équipes mises en place très incohérentes, une à l’extrême droite l’autre à l’extrême je ne sais pas quoi, ça risque de patiner beaucoup. J’espère simplement qu’on s’en sorte et que l’équipe fasse son boulot mais je suis très pessimiste.

97L : Qu’espérez-vous de la nomination d’Ericka Bareigts à l’égalité réelle ?

Ericka est une femme remarquable que je connais bien, une députée très active. Je lui fais confiance. Je suis content qu’elle ait été choisie comme secrétaire d’état et je considère qu’à la Réunion et d’une manière générale en Outre-mer, on a des hommes et des femmes de qualité qu’il faut absolument reconnaître par des nominations importantes.

La question de l’égalité se pose d’une manière générale. Ericka fera des propositions, il faudra que ces propositions soient suivies d’effet.

J’ai un point de vue très particulier sur la question de l’égalité réelle : pour moi, il n’y a pas d’égalité réelle s’il n’y a pas d’émancipation réelle.

Ma position est claire : Oui pour une politique qui permette de reconnaître les différences. On n’est pas du même milieu géographique, on est éloigné, on a une culture différente… A ce titre là, il y a la construction d’une nouvelle économie, ce que j’appelle une émancipation économique. Ce n’est pas un séparatisme par rapport à la France, même pas l’autonomie. Il s’agit de regarder avec réalisme des choses très concrètes et créer les conditions d’une émancipation qui favorise l’éclosion d’une nouvelle économie qui pourrait alimenter le champ de l’égalité.

Ce n’est pas le mimétisme de l’égalité, donc l’assimilation bête et méchante qui va régler le problème, c’est la conjugaison de l’égalité et du droit à la différence. Si on réussit cela, on peut faire des Outre-mer (bien que je n’aime pas ce terme) un vrai lieu d’expérimentation pour une nouvelle économie. Voyez la question de l’agriculture, on en revient au développement local. C’est la même dynamique qu’il faut créer.

Previous post

Tribune : Le chlordécone, un scandale sanitaire qui doit être puni

Next post

BQP 2016 Réunion : prix compétitifs et création d’emplois

Joël DIN

Joël DIN

6 Comments

  1. Max
    mars 1, 2016 at 02:18 — Répondre

    En 3 mois donc, la Martinique est devenue soudain malade ? SOS Docteur Letchy…

  2. Etienne T
    mars 1, 2016 at 15:10 — Répondre

    Où a-t-il vu une extrême droite au pouvoir en Martinique ???????? Rassurez moi, dites moi qu’il n’a pas dit cette énormité !!!

  3. Etienne T
    mars 1, 2016 at 15:22 — Répondre

    Monplaisir, Laventure, Mousseau, Torpille….seraient d’extrême droite. Mr Letchimy vous devez vous expliquer

  4. Josette burlet
    mars 2, 2016 at 03:42 — Répondre

    L’extrême-droite , c’est Marie jeanne qui a toujours trompé tout le monde en se déclarant de gauche. Ce nationaliste souverainiste de droite n’a rien à envier a mr jean Marie lepen.
    Tous les martiniquais lucides sont objectivement pessimistes, car ils n’ont rien oublié de l’etat du pays lorsque le MIM à dirigé le conseil régional.
    Aucun chantier, pas d’investissement, une situation économique et sociale désastreuse le peuple dans la rue pendant 2mois a crier son désespoir.
    Surprenant que certains essaient d’occulter cette calamité.

    • Orchidée Caraibes
      mars 2, 2016 at 15:57 — Répondre

      Bien dit Josette BURLET. C’est à croire que certains Martiniquais sont devenus amnésiques. Mais bon !!

  5. Claude
    mars 4, 2016 at 02:48 — Répondre

    Ils sont quand même 83 000 à être devenus amnésiques, serait ce encore la chloredécone ? Le parallèle avec JM Lepen sera quand même difficile à mettre en évidence…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *