Culture

Chlordécone : L’État doit-il aller plus loin dans la reconnaissance de sa responsabilité ?

Chlordécone Alors que plus de 90% des Antillais sont contaminés par le chlordécone, le procureur de la République vient de déclarer que la bataille judiciaire pourrait se clore sur un non lieu. L’État, qui a lancé le Plan Chlordécone IV, doit-il aller plus loin dans la reconnaissance de sa responsabilité ?

Pour écouter l’émission

https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/le-temps-du-debat-emission-du-mercredi-07-avril-2021


Depuis plusieurs semaines et les déclarations des juges d’instruction puis du procureur de Paris sur la possible prescription des plaintes déposées en 2006 à propos de la pollution des sols et les atteintes à la santé provoquées par le  Chlordécone, un puissant insecticide organochloré, la colère monte aux Antilles.

Un quatrième plan Chlordécone de 92 millions d’euros sur six ans est pourtant mis en route pour tenter de contrer les effets catastrophiques de cet insecticide supposé débarrasser les bananeraies du charançon.

Les associations et des élus demandent, outre de se débarrasser de ce poison, de reconnaître judiciairement le préjudice et de le réparer financièrement.

INTERVENANTS
  • Edwige Duclay
    Ingénieure agronome, directrice de projet chargée de la coordination du plan chlordécone IV
  • Harry Durimel
    Maire de Pointe-à-Pitre et avocat des parties civiles guadeloupéennes dans le dossier du chlordécone
  • Malcom Ferdinand
    Ingénieur en environnement de University College London, docteur en philosophie politique de l’université Paris-Diderot et chercheur au CNRS (IRISSO / Université Paris-Dauphine)
Previous post

8 avril : la journée des Ambulanciers

Next post

En Martinique la situation continue de se dégrader

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *