Société

20 avril 1871, des lois sur l’accès au vote pour contrer le Ku Klux Klan

Il y a tout juste 150 ans, le président américain Ulysses S. Grant se lançait à l’assaut du Ku Klux Klan, en faisant signer le Klan Act. Une loi pour empêcher les activités de l’organisation suprémaciste et dont on a récemment beaucoup entendu parler aux États-Unis, lors des dernières élections. A découvrir sur France Culture par Nithya Paquiry.

https://www.franceculture.fr/histoire/20-avril-1871-des-lois-sur-lacces-au-vote-pour-contrer-le-ku-klux-klan

Le K.K.K. a survécu… Les entraves liées au droit de vote aussi. Et en cela, la loi du président Grant, connaît encore quelques résurgences.

Restée pratiquement oubliée pendant une centaine d’années jusqu’aux années 1980, l’avocat Randolph McLaughlin l’a redécouverte et utilisée dans un procès civil fédéral intenté par cinq femmes noires contre le Ku Klux Klan. Et ces dernières années, de plus en plus d’avocats se sont tournés vers cette loi comme stratégie juridique pour défendre les personnes blessées par des groupes haineux.

En 2019, la National Coalition on Black Civic Participation (NCBCP) a déclaré qu’un couple d’hommes avait enfreint la loi en tentant d’effrayer des milliers de Noirs pour les dissuader de voter par correspondance. La loi a également servi de base à un procès intenté contre le groupe responsable du rassemblement meurtrier de 2017 à Charlottesville, en Virginie. Enfin en décembre dernier, la NAACP a poursuivi l’ancien président Donald Trump et le parti Républicain en vertu de la loi sur le Ku Klux Klan, alléguant qu’ils ont conspiré pour entraver les droits civils des électeurs noirs du Michigan.

De toute évidence, comme le rappelle Esther Cyna, si la loi de 1871 n’a pas permis la mise à mort du Ku Klux Klan, celle-ci trouve plus que jamais une résonance dans l’actualité :

La loi en Georgie d’il y a quelques semaines, en mars 2021, qui restreint le droit de vote avec des règles strictes, peut être lue au regard de cette loi. Là, on a vu par exemple, qu’on n’a plus le droit de proposer de l’eau, de la nourriture, à des personnes qui font la queue pour voter en Georgie.

C’est juste un détail dans la loi. Mais elle a été vraiment analysée comme une tentative de restreindre le droit de vote des personnes dans le Sud. C’est une réponse aux élections de 2020, où on a vu que le Sud était finalement moins conservateur. Les démocrates veulent continuer à conquérir de nouveaux États. Mais la réponse républicaine n’est pas de faire campagne pour essayer de gagner plus de voix, mais de limiter l’accès au vote pour les communautés qui votent démocrate.

Previous post

L'avis de l'Assaupamar sur le plan de gestion du Parc marin de Martinique

Next post

Barbara Pompili : 50 millions pour le Plan Séisme, "une belle avancée pour les Antilles"

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *