Société

Incroyable ! Après la voiture à pains, un Temple Hindou doit disparaître en Guadeloupe

Dans un article intitulé : « La voiture à pains doit disparaître » lu par plus de 16 000 personnes, nous faisions état d’une pétition qui circulait sur la Côte sous le vent, demandant que les voitures à pains ne klaxonnent plus. Nous croyions avoir atteint les sommets de l’intolérance, mais nous étions loin du compte.

@GOPIO

Aujourd’hui certaines personnes demandent purement et simplement la démolition du Temple Hindou de Bois Lombard de Sainte-Anne. Du jamais vu depuis 166 ans de présence indienne en Guadeloupe !

Si pour la voiture à pains certains nous accusaient d’avoir inventé cette affaire pour faire le buzz, malgré la réalité de la pétition qui circule encore, voila qu’une autre affaire met en lumière l’intolérance de quelques personnes qui croyant être en terrain conquis, veulent imposer leur mode de vie en Guadeloupe, s’octroyant tous les droits, jusqu’à demander la démolition d’un Temple Hindou.

Écoutons Michel Narayaninsamy président du GOPIO de la Guadeloupe. Pour avoir plus d’informations sur l’article qu’il publie, adressez-vous à templedeboislomard@gmail.com ou encore à : Gopio Guadeloupe 5036, route de Zévallos, 97 160 le Moule Guadeloupe.

Non à la démolition du Temple Hindou de Bois Lomard à Sainte-Anne Guadeloupe.

Après l’abolition de l’esclavage, à la demande des planteurs de canne à sucre, un flux migratoire a été organisé conjointement par les autorités Françaises et Britanniques. C’est ainsi que 44 553 Engagés Indiens, forts de leurs contrats dont les clauses sont rassurantes, notamment leur rapatriement au terme de leur contrat de cinq ans, quittèrent l’Inde, 28 692 des ports de Pondichéry et Karikal, 331 du port de Madras et 15 530 du port de Calcutta, pour accoster sur les rives lointaines des îles de Guadeloupe, après en moyenne 3 mois de navigation (plus de 25 000 km) difficile et périlleuse. 1 800 morts ont été dénombrées en cours de traversée.

Le voilier l’Aurélie, arrivé dans la nuit de Noël 1854 au grand cul de sac de Pointe-à-Pitre, débarquait, les 314 premiers Engagés Indiens venus dans l’espoir d’une vie meilleure et de faire fortune, comme leur a promis leurs recruteurs. Ils se trouvent dès leur arrivée, confrontés brutalement à un enfer qui transforme leur vie quotidienne en un interminable martyre : racisme, misère, violences, surexploitation, surmortalité et absence pratiquement totale de protection. Toutes les violences possibles et inimaginables ont été faites aux Engagés Indiens, provoquant la mort prématurée, à l’âge moyen de 32 ans de plusieurs milliers (plus de 25 000), d’enfants, de femmes et d’hommes.

C’est dans ce contexte très difficile, bravant les interdits, les violences, les répressions que nos Grands Parents ont réussi à vivre et faire vivre leur Culture, pratiquer leur culte.

Plus de 550 Temples sont répertoriés aujourd’hui en Guadeloupe. Temples qui par leurs architectures, leurs couleurs, embellissent, enrichissent le Paysage Guadeloupéen, sans oublier toutes les plantes pour se nourrir et les alicaments pour se soigner qui représentent près de 65 % du Patrimoine Botanique de la Guadeloupe.

« Si au fil du temps, les rapports se sont globalement améliorés, nous arrivons à vivre notre culture et pratiquer nos cultes sans de trop grandes difficultés, ne voila t-il pas qu’un couple de Français de la région de Marseille, installé dans le village de Bois Lomard, ignorant visiblement l’importance du culte et de la culture dans la vie d’un Hindou, s’est plaint auprès du Procureur de la République du tribunal de Pointe-à-Pitre ne supportant pas la musique, les chants, les prières lors de rituels et demande la démolition du temple. L’affaire est prévue pour le 10 février 2021. En s’attaquant au Temple de Bois Lomard, cette famille semble ignorer qu’elle s’attaque au Sacré, à ce qu’il y a de plus important dans la vie d’un Hindou, après sa famille.

A cette violence qui est faite aux Hindous en particulier et aux Guadeloupéens plus généralement,

– Ami(e)s de Guadeloupe
– Ami(e)s Hindous du Monde,
– Frères et sœurs Tamouls
– Citoyens du Monde, nous devons répondre par une attitude non violente, en signant et en faisant signer cette pétition.

Après 166 ans de présence sur cette terre de Guadeloupe, qui aurait pu penser qu’un jour nous serions attaqués sur ce qui est pour nous le plus sacré : NOTRE TEMPLE.

Faisons attention, soyons vigilants, solidaires car on s’attaque à notre identité.

MOBILISONS-NOUS, PARTICIPONS MASSIVEMENT A « LA MARCHE DU TEMPLE »

le dimanche 07 février 2021

Départ : 9h du Rond-Point Martin Luter KING

Arrivée : Rond-Point Mahatma Gandhi à Saint-François

Nos réponses doivent être à la hauteur des attaques qui sont portées à nos valeurs, cultuelles et culturelles. »

Fait au Moule, le 22 décembre 2020


Nos libertés sont rognées petit à petit, dans un silence étourdissant. Il apparaît clairement aujourd’hui que, nous sommes poussés vers les bordures de la société, sans que la conscience de ceux qui sont au pouvoir ne soit dérangée.

Luc Bernardini

Previous post

"Le développement du livre et de la lecture en Guyane demeure une lourde tâche mais ô combien passionnante"

Next post

MÉTHODOLOGIE POUR UN AVENIR GUADELOUPÉEN  

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

2 Comments

  1. janvier 5, 2021 at 21:16 — Répondre

    C’est vrais que depuis que les métropolitains achètent des maison dans notre île ils veulent mettre leurs grain de sel et nous apprendre à vivre chez nous ABBA les blancs qu’ils restent chez eux et arrête de nous faire chier

  2. Nepaul Omer
    janvier 7, 2021 at 21:38 — Répondre

    S’il faut démolir le temple hindou de bois lomard, alors il faut en faire de même pour le château de Versailles et les châteaux de la Loire, car eux aussi n’ont pas de permis de construire

Répondre à Nepaul Omer Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *