Divers

VIOLS : COMMENT DIRE NON A DIEU ?

Le gourou demandait fréquemment à ces filles et ces femmes de danser devant lui et surtout de danser… nues », nous indique le journaliste de Réunion 1ère, Fabrice Floch, relayant les révélations de deux médias sénégalais.

L’histoire du sénégalais mouride qui, après  avoir appâté des jeunes femmes réunionnaises crédules,  par ses connaissances religieuses, les a transformées en « esclaves spirituelles », montre la très forte persuasion de ces faux messies. 97 land avait relaté ce curieux fait divers.

Ce mouride est arrivé à enrôler un parterre de disciples qui lui vouaient amour et respect. Très respectueux au départ, il aurait doucement glissé vers un enseignement particulier, n’acceptant plus que des femmes et des filles lors de ses prestations. Ces dernières de fil en aiguille, délaissaient progressivement leurs familles respectives jusqu’à définitivement choisir d’habiter avec leur marabout.

«  Rendez-nous Sané, le plus doux des hommes. Son enseignement est comme le nectar des abeilles, plein de vie et de philosophie. A ceux qui disent que nous sommes folles, je leur réponds : regardez- vous dans le miroir. Et ne croyez pas en avoir fini avec nous. Notre nom est légion, car nous sommes nombreuses » s’est écriée l’une d’entre elles.

Papa Sané et sa compagne officielle ont été mis en examen pour abus de faiblesse, le 14 octobre 2015.

abuse

Imaginons alors la confiance absolue que des enfants peuvent témoigner envers des religieux, et leur détresse quand ils sont confrontés aux agissements pervers de des derniers !

C’est difficile de dire non à DIEU, entend-on dire dans le film SPOTLIGHT. Surtout si l’on vient d’un milieu pauvre. Dieu s’intéresse à vous, ce n’est pas rien !

Adapté de faits réels, le film SPOTLIGHT , qui vient de sortir dans les salles américaines, retrace l’enquête du Boston Globe, qui a mis à jour un scandale d’abus sexuels sans précédent au sein de l’Eglise catholique. L’enquête révélera que L’Eglise catholique a protégé pendant des décennies les personnalités religieuses, coupables d’actes pédophiles, et déclenchera dans le monde entier une vague de révélations.

Spotlight

On a le choix entre deux sujets, est-il dit dans la bande annonce : celui de la perversité du clergé, ou d’ une bande d’avocats qui trouveraient dans la dénonciation de ces scandales  un juteux fonds de commerce.

De tels faits existent malheureusement dans les régions d’outre-mer, et nous aurions bien aimé traiter d’autres sujets.,

Le scandale le plus récent dévoilé s’est déroulé à Mayotte.

Les faits ont été rapportés par le quotidien en ligne KTV.  A la suite de la plainte des parents de jeunes filles contre le fundi (maître d’école coranique, ndlr) , celui-ci a été interpellé puis présenté au parquet le 23 décembre 2015.

Cet homme âgé de 34 ans, est mis en cause par neuf victimes, âgées de 7 à 13 ans.

Le procureur de la République, Joël Garrigue, a indiqué que l’enquête se poursuit pour rechercher d’autres victimes éventuelles. Le parquet invite tous les parents dont les enfants ont fréquenté l’école coranique de Tsoundzou 2 ces dernières années et révéleraient avoir été victimes d’attouchements, à contacter au plus vite le commissariat de police de Mamoudzou.

« Monsieur est un fundi; Ici, dans la société mahoraise, il a une autorité morale, une autorité de fait. Sept victimes déflorées, c’est un fait important dans la société mahoraise, avec un retentissement considérable dans l’opinion publique » a conclu une autre procureure le mardi 29 décembre pour un placement en détention provisoire, selon le Journal de Mayotte..

Nous vous conseillons de lire le témoignage bouleversant d’une grand-mère américaine , Barbara, violée dans son enfance par un curé, à Saint-Louis, Missouri, ( Etats-Unis ) que le journal les InRocks du 13/12/2010, rapportait.

Barbara DORRIS, écrit le journal, ne confectionne pas de joyeux goûters d’enfants. Depuis vingt ans, Barbara est à l’assaut de l’une des forteresses les plus inexpugnables de la planète, le VATICAN.

A 6 ans, Barbara a été violée par un curé. Dans ce quartier de Saint-Louis, on est en présence d’une population d’origine italienne et irlandaise, qui dit «  père » pour désigner le prêtre.

«  Le prêtre a appelé ma mère. Il a demandé que je vienne à l’église compter l’argent de la quête, et que je porte ma plus belle robe. Je n’avais que 6 ans et ma mère était très fière. Il m’a emmenée dans sa chambre. Et là, il m’a dit ; « Tu es diabolique et Dieu m’a envoyé pour sauver ton âme. Ensuite il m’a violée ».

Mais n’accusons pas seulement les hommes de Dieu.

LES VIOLEURS SONT PARMI NOUS

viol

Car en matière de viols, selon les dernières statistiques, les Antilles-Guyane détiendraient encore une fois de bien tristes records.

Le FIGARO du 11 août 2015 livrait des statistiques terrifiantes en matière de viols.Le nombre de faits rapportés à la population place la Guyane en tête des départements les plus exposés à ce type d’atteintes, : un viol annuel pour 2000 habitants en moyenne. La Martinique et la Guadeloupe affichent également des taux particulièrement élevés »

Il s’agit des chiffres de ces cinq dernières années en matière de signalement de viols aux autorités.

Nous apprenons d’ailleurs que quinze adolescents guyanais ont été mis en cause pour viol. Les policiers de la brigade des mineurs de Cayenne ont interpellé le 24 janvier 2015, neuf des quinze adolescents soupçonnés.

Cette nouvelle affaire, particulièrement grave, avec diffusion d’images, démontre la dangerosité des mineurs, dans les départements d’outre-mer. Guyane première, le 26 janvier 2016, livrait les réflexions désabusées d’une professionnelle de la justice des mineurs, qui indiquait que ces jeunes sont incapables de recréer autre chose que les images de violence et de sexe qu’ils enregistrent au quotidien.

Il convient de noter que d’après les témoignages des officiers de police judiciaire, ces jeunes gens proviennent de familles insérées. Aucun n’aurait le profil de délinquant primaire ou de jeune en rupture sociétale.

Fresque1

Mais que dire quand des adultes, lors de la grève contre la (défunte ?) loi Santé préparée par Madame Touraine, Ministre de la Santé, en l’occurrence les grévistes du CHU de Clermont-Ferrand, n’ont rien trouvé de mieux que de dessiner une fresque contestataire où des «  super-héros » violent une super-héroïne, avec commentaire du même niveau, et l’ont postée sur Facebook !

Devant les protestations des féministes et même du groupe PS à l’Assemblée, la fresque a été retirée, nous indique le magazine CHEEK Magazine du 19 janvier 2015.

Ces images, reproduites par Cheek Magazine, d’une violence et d’une misogynie inattendues, assorties de commentaires choquants :  « Prends la bien profond ».témoignent de la réalité terriblement sexiste de nos sociétés.

Previous post

CHRISTIANE RESISTE A LA DROITE ET A LA GAUCHE !

Next post

Les NAACP Image Awards

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *