Divers

VICTORIN LUREL REVIENDRA-T-IL COMME BERLUSCONI ?

En Guadeloupe et en Martinique, comme en Italie, le constat semble malheureusement être identique. Nous sommes dans l’attente de tremblements de terre majeurs, d’ éruptions volcaniques, nous constatons une insécurité galopante, les mafias criminelles semblent être les seules issues pour les jeunes issus des écoles pompeusement dénommées de la deuxième chance. Nous demanderons bientôt comme à Trinidad, de la part de l’état l’aide des citoyens, pour enrayer la spirale de la violence ( 63 meurtres pour le seul mois de janvier à Trinidad).

Nous avons à la tête de ces régions des pantins désarticulés, qui laissent la population d’autant plus désemparée, que les promesses avaient été démultipliées.

Entre un Marie-Jeanne, piètre dictateur, habitué des bras d’honneur et Chalus, qui passe son temps à répéter, «  les techniciens mettront cela en musique » en paraissant oublier que c’est lui qui dirige la région et fixe un cap, le plus grave est qu’aucune priorité ne semble être dégagée.

Prenons l’environnement en Guadeloupe. La zone de Jarry ne cesse de s’étendre, dévorant mangroves et zones humides. Elle s’étend dorénavant jusqu’à Petit-Bourg, où la zone de Colin a déjà détruit la rivière de la Lézarde.

Entrepôts démesurés, hypermarchés monstrueux, et cerises sur le gâteau, contiguës à ces excroissances, des villes nouvelles qui poussent en toute anarchie, comme des champignons, aucun répit n’est laissé ni à la nature, ni aux hommes ou aux femmes.

L’aménagement dans ces zones, de voies de circulation réservées aux transports collectifs, l’aménagement d’espaces verts, la mobilité durable , ont été jetés aux oubliettes de la part de nos piètres gestionnaires en aménagement durable. Pensent-ils aux générations suivantes, aux rivières, aux montagnes ? A la rigueur, c’était l’occasion dans ce béton dévoreur d’espace et des derniers balbutiements de vie et de respiration de l’île, de tracer enfin des pistes cyclables et des voies pour lignes de bus qui sillonneraient ces zones, avec des arrêts et abris disposés tout au long de ces nouvelles constructions.

Un nouveau bétonnage se prépare avec un marché régional hors de proportion, -en lieu et place de petits marchés astucieusement répartis sur le territoire-, qui accaparera une fois de plus les dernières terres disponibles. Ils ne font plus pousser des cultures vivrières, mais s’imaginent comme dans les pays du Golfe que les humains consommateurs pousseront leurs chariots dans des mégalopoles de l’alimentation, bordées par des déserts.

On peut se demander si cette volonté constante de saturation de l’espace ne relève pas d’un manque affectif généré dès la plus tendre enfance !

Face au désastre social , économique et environnemental, les médias indiquent que Berlusconi, oui, celui qui a été condamné en Italie, à de multiples reprises, en matière de fraude fiscale, celui qui a été accusé de détournement de mineures, celui qui est pour l’heure inéligible, que ce Berlusconi tant honni , apparaît maintenant comme un bouclier face aux extrémistes de tous bords, à la crise morale, et le seul recours pour une majorité d’italiens !

VICTORIN, LUCETTE, ALFRED  ? NOU LA, TOUJOU LA

Victorin LUREL préparerait un retour politique, lui aussi. Madame Michaux-Chevry est toujours là, Alfred Marie-Jeanne ne partira pas de sitôt. Où est la nouvelle génération ? Où sont les jeunes ténors des partis locaux ? Face au vide sidéral des espaces infinis, nos populations seraient-elles prêtes à embarquer dans des vaisseaux antiques ? Mais à bien regarder, quel est l’homme politique au pouvoir actuellement dans nos régions qui est de taille à proposer une alternative et un nouveau souffle ?

Vous auriez pu être une constellation, vous avez préféré être une nébuleuse, avait lancé le procureur Montgolfier à Bernard TAPIE.

Previous post

L'avenir de l'audiovisuel public au sein de France Télévisions n'est pas rose

Next post

Muriel Tauzias nous a quittés

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *