Société

Valentin NARBONNAIS, un jeune homme d’engagements

Originaire du quartier populaire de Trénelle à Fort-de-France (Martinique), Valentin NARBONNAIS âgé de 22 ans vit actuellement à Colombes où il a effectué sa scolarité secondaire au Lycée Général Guy de Maupassant. Il poursuit aujourd’hui ses études universitaires à la Faculté de Nanterre.

V. Narbonnais est passionné de lecture, il admet s’être abreuvé aux écrits de Césaire, Glissant et autres Senghor afin de mieux comprendre son histoire et celle de l’humanité. D’ailleurs, son ouvrage de référence est le « Cahier d’un retour au Pays natal » d’Aimé Césaire. Mais il s’intéresse également à l’actualité et aux émissions historiques et politiques.

Sportif, il pratique le 400 mètres haies  et  avoue son goût pour la musique et sa préférence pour celle issue des Caraïbes.

A quel âge as-tu ressenti le besoin ou la nécessité de t’engager en politique ?

En 2002, âgé de 8 ans alors que j’ignorais le sens du mot « engagement », la candidature de Christiane TAUBIRA à l’élection présidentielle, éveilla en moi cet intérêt profond de servir la vie citoyenne et d’y participer. C’est motivé par ce sentiment  que je rejoins le Mouvement des Jeunes Socialistes en 2009.

Aujourd’hui, quel est ton titre politique ?

Au niveau du PS : Je suis Secrétaire Général Adjoint du PS de Colombes et Délégué Fédéral du PS 92 en charge des Outre-mer. Au niveau des institutions : Conseiller Régional Jeune d’Île-de-France

Quels sont les combats que tu as gagnés jusqu’à maintenant et dont tu es particulièrement fier ?

Je pense que l’on peut considérer l’arrivée de la gauche au pouvoir à la suite des élections présidentielles et législatives de 2012 comme une véritable victoire sur le Sarkozysme.

Pour nos territoires d’Outre-mer, c’est la politique du « développement endogène », les coups de rabots successifs dans les crédits de la mission, la mauvaise gestion des crises sociales de 2009 et 2012, la stigmatisation et le mépris qui ont été sanctionnés !

Quels sont ceux que tu comptes mener dans un avenir proche ?

L’année 2015 sera ponctuée par les élections régionales et territoriales du mois de décembre.

En Île-de-France, l’objectif pour les socialistes est de conserver la Région capitale afin que notre tête de liste, Claude Bartolone, s’il est élu, continue de mettre en œuvre des mesures qui vont dans le sens du progrès social pour les Franciliens. Avec mes camarades de Colombes et des Hauts-de-Seine, nous mènerons énergiquement campagne pour contribuer avec les meilleurs résultats possibles sur ces territoires à la victoire de la gauche menée par Claude Bartolone.

Pour le militant WALWARI que je suis, l’élection de la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG) qui résulte de la fusion entre les deux collectivités territoriales de la région (Conseil régional et Conseil départemental) est l’échéance fondamentale : là sera l’occasion pour les Guyanais-es de faire le bilan de la mandature qui s’achève, de s’élever bellement pour mettre un terme au statu quo et refuser cet immobilisme qui gangrène la Guyane depuis plusieurs décennies. Le Mouvement WALWARI, sous l’autorité de notre Secrétaire Générale Sarah Albukerque-Léonço et sous l’œil bienveillant de notre Garde des Sceaux, est en ordre de marche pour mener bataille et apporter un « Souffle nouveau » pour le développement de la Guyane.

Que pourrais-tu dire aux jeunes qui souhaiteraient s’engager dans la vie politique ?

J’invite tous les jeunes à prendre d’assaut les partis républicains, ceux qui sur l’ensemble du territoire national défendent le pacte républicain qui nous permet de faire collectivement société.

Les jeunes sont encore très peu nombreux à s’engager dans la chose publique parfois par appréhension lorsque ce n’est pas par pur dégoût de toutes ces « affaires ». Aimé Césaire disait « Gardez-vous de vous croiser les bras en l’attitude stérile du spectateur, car la vie n’est pas un spectacle, car une mer de douleurs n’est pas un proscenium, car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse ». J’invite donc tous ces jeunes à en faire leur leitmotiv !

Que penses-tu pouvoir apporter dans ce paysage politique pas toujours facile à décrypter pour un citoyen lambda ?

Il est vrai qu’il n’est pas toujours évident de déchiffrer les différents mouvements qui animent le paysage politique. Pour ma part, je pense que mon énergie et mon dynamisme sont des atouts

Quelles sont les retombées de ton implication politique ?

Je n’ai pas la prétention de faire de mon engagement un exemple d’ailleurs de plus en plus de jeunes s’engagent dans la vie citoyenne. Cependant, il est vrai que certains amis ont reconnu que mon implication leur avait permis de voir les choses de façon différente.

nabonnais bis 22

Previous post

TOUR DES YOLES 2015 : « Cessons de croire que l'on est tout blanc et l'autre tout noir »

Next post

CISSE DÉBARQUE A LA REUNION

Lydia PONCHATEAU

Lydia PONCHATEAU

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *