Société

UNE EX MISS REUNION DENONCE L’INSECURITE

Vanille M’Doihoma agressée samedi soir sur la plage de Saint-Pierre utilise sa notoriété pour dénoncer l’insécurité régnant à Saint Pierre le soir.

Miss Réunion 2013 en compagnie de sa sœur et de deux de leurs amis pensaient passer une soirée tranquille sur la plage en sortant d’une élection de miss mais des individus armés en ont profité pour voler le sac d’une d’entre elles. L’ami de la jeune femme tente de récupérer l’objet. Un pugilat s’ensuit. Il sera roué de coups et recevra notamment des coups à la tête. Un des pickpockets pointe une arme à feu sur l’ancienne miss pour le stopper. Ils prennent la fuite sans être inquiétés.

Plusieurs plaintes ont été déposées pour vol en réunion, violences volontaires et menaces avec usage d’une arme. Mais la miss, choquée, n’en reste pas là. Elle décide d’alerter la population.

Vanille M’Doihoma invitée sur le plateau de Réunion 1ère pour raconter sa mésaventure en a profité pour condamner la violence  quotidienne. « D’autres ont peut être été agressés dans les mêmes conditions et n’ont pas osé parler… Il n’est pas normal le soir à la Réunion d’avoir un revolver braqué sur soi. Etre tenue en joue avec une rame factice ou pas est traumatisant… Il faut faire quelque chose ». Vanille, jeune réunionnaise de 23 ans, bouscule ainsi les préjugés voulant que la jeunesse ne s’implique pas. Elle souhaite une Réunion pacifiée et ne réclame pas à corps et à cris justice mais déclare posément  « Il faut que cela cesse ».

La Réunion comme les Antilles ou la Guyane connaissent un regain de violence commis par une jeunesse désœuvrée, mal instruite, ayant peu de considération pour autrui. Les forces de l’ordre, certainement insuffisantes, ne peuvent rien contre ce malaise social. Une véritable politique d’insertion doit être mise en place par le  dépistage précoce des troubles mentaux, en resocialisant les primo-délinquants, par la lutte contre la marginalité, contre l’addiction aux drogues et en valorisant ceux qui tentent de s’en sortir (Greta, écoles de la 2ème chance, stages en entreprise). Cela demande des moyens humains et financiers massifs. Dans le cas contraire, la rubrique des faits divers ne cessera de prendre de l’ampleur.

Previous post

Harlem Désir : 5 € pour circuler représente un coût "limité".

Next post

MISS CARNAVAL PARIS

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *