Société

UNE CHASSE A l’HOMOSEXUEL EN GUADELOUPE

En Guadeloupe, mieux vaut ne pas afficher ses préférences sexuelles si on ne veut pas faire l’objet de représailles de la part de ceux qui proclament : un homme, une femme.

Un jeune garçon d’une vingtaine d’années vient de l’apprendre à ses dépens. Pendant plusieurs jours, il a été séquestré par d’autres jeunes de son âge et pour certains mineurs qui lui ont fait subir des sévices de toutes natures, jusqu’à le brûler avec un fer à repasser. Les mauvaises langues diront c’est parce qu’il avait pris un mauvais pli. Mais l’anecdote passée, plus sérieusement doit-on dire : pour vivre heureux vivons caché ?

gay 2

Ce jeune n’a eu la vie sauve sans doute, que parce qu’il a su résister à ses agresseurs jusqu’à la limite de ses forces et profiter d’une baisse de vigilance de leur part pour prendre la fuite dans un piteux état. Recueilli par la police, il a pu donner quelques informations sur ceux qui l’ont kidnappé pour lui faire à leur manière une leçon d’éducation sexuelle musclée. Plainte a été posée et un juge a été saisie de l’affaire. Cependant, deux questions restent posées. Comment se fait-il qu’un jeune puisse rester plusieurs jours dans la nature sans que ses parents s’en inquiétassent. Et puisqu’il s’agit pour la plupart de mineurs, à qui appartient l’appartement où ont eu lieu les sévices.

La ministre des Outre mer a réagi à cette agression, dénonçant l’homophobie. Autrefois, ces actes étaient surtout commis par des adultes, mais on se rend compte depuis quelques temps que la violence est un fait pratiqué de plus en plus par les jeunes. En son temps le journaliste Thierry Roland aurait dit : que la mouche a changé de vache, nous le croyons aussi. Et ce ne sont pas les derniers évènements de Sainte-Rose qui viendront nous donner tort.

black-men-x750-2

Communiqué Fédération Total Respect

Un jeune Cap-Verdien a été séquestré & grièvement torturé aux Abymes, commune la plus peuplée de Guadeloupe, en raison de son homosexualité.

Voici dix ans, la séquestration & les tortures subies par Ilan HALIMI avaient entraîné une prise de conscience de la société française, confrontée à un antijudaïsme qu’elle se refusait à voir. Aujourd’hui, en des circonstances aussi tragiques & alors que deux militants homosexuels ont trouvé la mort ces dernières années chez nos compatriotes martiniquais/es, Total Respect souhaite que la Guadeloupe puisse regarder en face son homophobie latente.

Thierry MICHAUX, président de la région Grande Caraïbe – Atlantique Ouest de Total Respect, a déclaré: «Nos sociétés ultramarines luttent contre les discriminations & pour l’égalité; elles doivent donc se donner les moyens de lutter contre TOUTES les formes de discriminations, y compris les homophobies. La classe politique antillo-guyanaise ne peut rester silencieuse face aux récents événements: en particulier, Ary CHALUS & Josette BOREL-LINCERTIN, respectivement président du conseil régional & présidente du conseil départemental de la Guadeloupe, doivent s’impliquer en exprimant leur solidarité avec les personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) qui vivent en Guadeloupe ou en sont originaires.»

Previous post

Top 10 des Guadeloupéens de L1

Next post

DES MESURES CONTRE LE VIRUS EN MARTINIQUE

hugo FRAN

hugo FRAN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *