Société

Un ultamarin peut-il faire entendre sa voix dans un débat sur l’identité nationale ?

 

Les originaires des Outre-mer peuvent-ils faire entendre leur voix dans le débat sur l’identité nationale ? Revenons sur la « Réponse d’une  probable future migrante  à Mme George Pau-Langevin », paru dans Riposte laïque suite à l’interview donnée par l’ex-ministre à France-Antilles le 05/08/2011. George Pau-Langevin était députée PS du XXème arrondissement.

« Dans un califat en tant qu’Antillaise, (elle) n’y ferait pas long feu ».

«  (Votre) entrée en matière m’a ébouriffée-décoiffée serait en-deçà du chaos capillaire que vous m’avez provoqué-puisque vous demandez purement et simplement que les dits de souche fassent la place aux nouveaux venus. Cette subtile distinction sémantique fleure le nauséabond à plein nez car vous ne réclamez pas qu’ils fassent DE LA PLACE mais bien qu’ils fassent LA PLACE !

En écho au nouveau slogan de SOS RACISME déclarant que désormais la France c’est eux, vous enjoignez tout simplement les «  de souche » de dégager. M’enfin George, vous n’y pensez-pas, que deviendraient les employés des postes ?

Est-ce que vous avez déjà prévu quelque chose pour nous ? Nous attraper dans des filets pour nous vendre aux nouveaux Français ? Vous venger sur nous d’avoir stoppé l’esclavagisme arabo-musulman perpété sur les populations noires pendant des siècles ? Préférez-vous un suicide collectif éventuellement ? Les survivants auront-ils le droit d’emporter quelques effets personnels avant de déguerpir ? Votre phrase la plus délectable ( si, si, je le pense), c’est celle-ci «  Le peuple français est métissé, basané, a des cheveux crépus »… C’est vrai que j’ai bien quelques boucles, et qu’il peut m’arriver de me crêper le chignon avec un employé de la poste ou d’ailleurs mais en tout cas je suis formelle, je ne suis pas basanée ! Je rougis au soleil, j’ai des tâches de rousseur et parfois même je pèle quand j’oublie mon écran total. Pour votre défense c’est vrai qu’en Guadeloupe les Français sont comme vous le dîtes, je ne le nie pas, mais comme Paris n’est pas la France, Pointe-à-Pitre n’est pas la France non plus ! Mais du coup vos réticences deviennent limpides : n’étant pas française selon vos critères il me faut laisser la place, c’est très clair.

Vous précisez non sans humour que «  ça permettrait que tous les talents s’investissent dans l’intérêt de la France ». Vous pensez à quoi précisément. Le talent de ne pas se faire gauler par les keufs, le talent de faire du rodéo sur la roue arrière de son scooter volé ? Le talent d’apprendre l’arabe pour mieux s’intégrer dans un pays dont ce n’est pas la langue ?

Votre fierté bien légitime s’illustre dans ces quelques mots. « Aux Antilles on vit dans la diversité, on se marie, on se fréquente ». Vous omettez juste de mentionner un petit détail pourtant très révélateur de la « convivialité dans la différence » telle qu’elle est perçue aux Antilles. ( il se trouve que j’ai vécu chez vous quelque temps ) ; un Antillais vivant en métropole quand il retourne au pays se fait traiter de «  négropolitain » qui est l’insulte suprême qu’on réserve aux traîtres à bannir… Belle leçon de fraternité à offrir en exemple à nos banlieusards, qu’en dites-vous ? Mais bon, comme ils ne sont pas disposés à se diversifier, ce n’est pas un problème.

Je terminerai en disant que même si la perfection n’est pas française un certain confort y est tout de même très appréciable et qu’à vouloir rêver de porter un espoir aux jeunes des banlieues vous pourriez bien vous en « cwoquez les doigts » car ces djeuns en qui vous croyez naïvement ne vous feront aucun cadeau. Ce n’est pas parce que vous êtes noire qu’ils vous aimeront davantage qu’ils n’aiment les «  de souche ».

Mais comme je ne suis pas rancunière, je me permets de vous faire un ti-bo, mais que je ne vous y reprenne pas ».

Ainsi s’achève cette tribune, avec cette conclusion doudouiste, mais non dénuée d’humour, il faut le reconnaître. L’article de Riposte laïque est bien évidemment antérieur à la naissance de l’état islamique qui a proclamé le 29 juin 2014 l’instauration d’un califat sur les territoires qu’il contrôle. Mais la référence au groupe terroriste  et aux attentats commis un peu partout dans le monde, est dorénavant incontournable. Nous avons cru légitime d’enfoncer le clou, et de surcroît les théories du grand remplacement, et de substitution d’une population par une autre, (essentiellement musulmane) au niveau du territoire national lui-même, sont plus que jamais représentatives d’une majorité silencieuse.

Les jeunes originaires des régions d’outre-mer ou étant nés en France de parents ultra-marins, vivent dans leur écrasante majorté dans « les territoires perdus de la République ». Ce constat avait été fait par Mme George Pau-Langevin. Le combat à mener ne serait-il pas autant dans ces banlieues, que dans leurs régions d’origine ? Est-ce si politiquement incorrect que d’affirmer qu’une partie de l’avenir des régions d’outre-mer se joue désormais sur d’autres espaces géographiques, et que la priorité doit être donnée aux associatifs de l’Hexagone et d’ailleurs, sous peine d’une immense déflagration ?

miss elegance
Previous post

élection de Miss et mister Elegance

dégats martinique
Next post

séisme de magnitude 6.1 aux Antilles

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *