Divers

UN NEGRO DE MOINS : LEGITIME DEFENSE !

Le papy a osé se défendre et a tué une racaille. Ce site d’extrême droite relatait ainsi un décès par arme blanche. «  Se trouvant dans un train dans lequel des jeunes fumaient, il leur a demandé d’arrêter, il a sorti son couteau suisse, un jeune homme en est mort. Quelle horreur disent les bien pensants à cette lecture, mourir pour une cigarette ! Mais attendez ! Vous n’avez là que la version politiquement correcte. Quand on approfondit, on s’aperçoit que le sexagénaire a demandé poliment aux  « jeunes » d’arrêter. Ils se sont alors jetés à dix sur lui, l’ont molesté, l’ont mordu à une oreille… on a essayé de les séparer, le « jeune » a réattaqué, le papy s’est senti menacé et a alors sorti son couteau. Il faut convenir que les deux versions sont assez différentes ».

 newspaper

Les autres sites abondent en propos allant tous dans le même sens.

« Chez nous, il n’y a pas de délinquants, il y a seulement une jeunesse révoltée, de pôôôvres enfants dont les parents vivent dans la précarité, c’est le monde à l’envers, ouvrez vos portes à la racaille, euthanasiez les honnêtes gens, accueillez les sombres assassins chez vous, telle est la devise de cette soi-disant justice ».

« Oui, nous vivons dans un monde plein de totem et de tabous, de vaches sacrées, et un noir est sacré, comme un juif, un homosexuel, un arabe ou une femme (sic), tandis qu’un blanc ou un chrétien est maudit ».

Sincèrement, on vous souhaite d’être lynché par une meute de déchets, pas à mort, seulement esquinté pour le restant de votre saleté de vie.

« Ainsi, vous apprécierez comme il le faut l’action de la soi-disant justice. Tous les jours, vous découvrirez les nouveaux prétextes inventés par les protecteurs des déchets, auxquels vous accordez votre confiance d’abrutis. Et ça amplifiera vos souffrances ».

Pas une semaine ne s’écoule sans que ne soient évoqués des cas d’appréciation de légitime défense. La semaine dernière, en appel, l’affaire du cambriolage du bar-tabac de Lavaur dans le Tarn a fait grand bruit.

Surpris par Luc Fournié en train de cambrioler son bar-tabac en 2009, Jonathan Lavignasse meurt d’une décharge de fusil de chasse.

Lors du premier procès, sa mère se tourne vers le cafetier et l’apostrophe. «  Vous m’avez vue pendant 5 ans devant chez vous, quand je venais déposer des fleurs en souvenir de Jonathan.

«  Vous m’avez regardée, dédaigneux ».

«  Non, Madame », répond Luc Fournie, ébranlé.

«  Prenez vos responsabilités, acceptez que ce n’était pas de la légitime défense. Vous avez enjambé le corps de mon fils qui vous demandait de l’aide ».

Le journaliste du Figaro, Stéphane DURAND, le 31/03/2015 nous indiquait que la mère de Jonathan, veuve, a élevé seule ses deux enfants, s’efforçant de leur donner une solide base d’éducation et de respect. Sa fille, Elsa, bac + 5, travaille dans une grande société américaine. Elle a conservé la tête haute après le drame. Mais les tombereaux d’injures racistes – elle est d’origine gabonaise -reçues après la mort de son fils, «  UN NEGRO DE MOINS », la font plier.  « Du jour au lendemain, je n’existais plus dans cette ville qui était la mienne. On m’a refusé des logements, les commerçants ne m’ont plus dit bonjour. Et nous, nous n’étions plus que des sales noirs, des négros, alors je suis partie ».

Mais ajoutait le journaliste, la douleur d’une mère ne fait pas d’un accusé un meurtrier de sang-froid. L’émotion d’une victime ne saurait sceller, seule, le sort d’un homme.

Le cafetier a été condamné à 7ans de prison. En première instance, il avait écopé de la même peine, et avait été remis en liberté au bout d’un mois.

code-penal

Cette semaine aux Assises en Guadeloupe, est jugé un couple de commerçants chinois ayant abattu à Sainte-Anne un sdf multirécidiviste.

Quatre policiers de la BAC (brigade anti-criminalité , toujours en Guadeloupe, ont été également cette semaine condamnés à trois à quatre mois de prison pour avoir maquillé les circonstances exactes d’une arrestation opérée à l’encontre d’un malfaiteur, qu’ils avaient molesté. (Ce dernier ayant porté plainte !). Cette condamnation semble avoir provoqué l’incompréhension et le découragement de leurs collègues. 

C’est l’occasion de relire l’article 122-5 alinéa 1er du Code Pénal : «  N’est pas pénalement responsable la personne, qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de la défense employés et la gravité de l’atteinte ».

Les gendarmes sont habilités à faire usage de leurs armes, après sommation, lorsque les personnes visées sont en fuite.

Les policiers ne sont pas soumis aux mêmes règles, malgré la réforme adoptée le mercredi 2 mars 2016 par l’Assemblée Nationale. L’ex-ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve avait ainsi donné cette définition. La possibilité d’ouvrir le feu pourra par exemple, s’appliquer à un «  Kouachi ou à un Coulibaly, mais pas à un braqueur en fuite ». Effectivement, un des policiers de la BAC de Guadeloupe a reconnu avoir tiré en l’air, car à chaque fois qu’ils font usage de leurs armes, une enquête de la police des polices est déclenchée. 

Les meurtres, les cambriolages, les atteintes aux personnes et aux biens explosent. Comment garder tant soit peu de lucidité et de retenue face à cette dérive meurtrière ? Le risque n’est-il pas que de sa propre initiative, sur le territoire hexagonal, ou dans les territoires d’outre-mer, la population domienne, se mêlant aux extrémistes, ne clame sa haine de ses propres compatriotes stigmatisés, ou simplement de délinquants noirs de peau, et ne manifeste bientôt avec ces policiers en clamant « UN NEGRO DE MOINS : LEGITIME DEFENSE » ? 

Previous post

DES EPREUVES DE MEDECINE REPROGRAMMEES AUX ANTILLES

Next post

Annulation du Marathon international de Guadeloupe du 18 décembre 2016

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *