Divers

Un navire infâme peut-il devenir une attraction touristique?

Un navire infâme peut-il devenir une attraction touristique?

Jesus avait chassé les marchands du temple, mais va-t-on restaurer le bateau negrier, et proposer des reconstitutions historiques? Car il s’agit d’une scène de crime.

Le dernier navire négrier ramenant des esclaves depuis l’Afrique vers les Etats-Unis, le Clotilda, a été identifié par une équipe de chercheurs américains. L’épave a été retrouvée en amont d’un bras du fleuve Mobile, près de la ville d’Africatown.

Tout commence par un pari. Timothy Meaher, riche propriétaire, pense pouvoir défier l’interdit fédéral, existant depuis des décennies, de ramener des Africains en tant qu’esclaves. Le 9 juillet 1860, la Clotilda, goélette à deux mâts, financée par Meaher, accoste à Mobile Bay.

Environ 110 hommes, femmes et enfants, emmenés depuis Ouidah, au Bénin se retrouvent réduits en esclavage. Pour échapper à toute détection, le capitaine brûle et coule la Clotilda dans la baie. 

Les Africains venus sur la Clotilda passeront cinq années comme esclaves et ne seront libérés qu’après la défaite du Sud. N’ayant pas les moyens de rentrer chez eux en Afrique, une trentaine d’entre eux ont utilisé l’argent gagné en travaillant dans des champs, comme domestiques ou domestiques, ou sur des bateaux, pour acheter des terres à la famille Meaher et créer une communauté entièrement noire encore connue. à ce jour comme Africatown.

Pour les descendants des fondateurs d’Africatown, cette redécouverte est inespérée comme Jones déclarant que tout ce qui est récupéré de l’épave ne sera qu’un élément positif pour l’avenir de Africatown.

«Est-ce qu’on la désembourber ? Quelles sont les alternatives? Idéalement, si nous pouvions l’amener au centre d’accueil d’Africatown… ce serait génial ! Mais si nous ne le pouvons pas, nous pouvons dire que nous l’avons trouvé et que nous pouvons en faire un lieu où les gens se rendront pour se souvenir, et nous pourrions même y construire un restaurant.  »

L’argent n’a pas d’odeur…

Previous post

Congés bonifiés : Nous sommes 24 députés ultramarins / 27 à avoir signé un courrier... Nous attendons encore.

Next post

La Martinique évoquée comme hôte pour le règlement de la crise vénézuélenne

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *