Société

LE PROJET DE MUSÉE DE L’ESCLAVAGE ADOUBÉ PAR LE CONSEIL DE PARIS

Le Conseil de la Mairie de Paris a voté la création prochaine d’un Musée de l’esclavage, sur proposition du groupe PCF-France Insoumise. Mais la décision finale reviendra au gouvernement.

Tout est parti d’une affiche du XVIIIe siècle Rue Mouffetard, «Au Nègre Joyeux» dont le retrait avait été voté par le Conseil de Paris en raison de son caractère raciste et colonialiste. « Le groupe PC m’a appelé pour savoir ce qu’on voulait faire de cette affiche. Je lui ai répondu que sa place était dans un musée, un Musée de l’esclavage. Or, ce musée n’existe pas. Le groupe communiste a donc décidé de formuler une proposition en ce sens, qui a été retenue », déclare Louis-Georges Tin, le président du CRAN interrogé par 20 Minutes.

Sur proposition de Nicolas Bonnet-Oulaldj, Raphaëlle Primet et les élus du groupe communiste-front de gauche, le Conseil de Paris émet le vœu que : le projet de création d’un musée de l’esclavage, de la traite et de ses abolitions soit travaillé entre l’Etat, la ville de Paris, les associations concernées et le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage. »

Raphaëlle Primet a ainsi déclaré : « Autour du Cran, plus de 150 associations demandent la création de ce musée à Paris […]. Avoir ce regard et cette démarche sur notre passé, être à l’écoute des demandes des associations concernées, mettre en œuvre ce projet est un acte profond de défense de la paix, de la mémoire, de la transmission de l’Histoire, de la reconnaissance de ses erreurs et de la volonté de créer des ponts de fraternité entre les différents pays concernés ».

En mars 2016, le Cran avait rassemblé plus de 150 associations pour demander réparation. Les deux premières revendications concernaient la fondation et le musée de l’esclavage.

Le 10 mai 2016, François Hollande avait répondu à cette double demande et s’était engagé en ce sens. Le 10 mai 2017, il avait lancé la fondation pour la mémoire de l’esclavage, mais jusqu’ici, le musée était resté en suspens.

« Ce musée s’inscrit dans le cadre de notre campagne pour les réparations. Nous avons obtenu la Fondation, et maintenant le musée. C’est une victoire historique pour le Cran. Cette réparation est due non seulement aux descendants d’esclaves, mais à tous ceux qui croient à la liberté, et à la justice, a déclaré Louis-Georges Tin. A l’heure où le Cran débat avec la France à propos de Colbert et de sa place dans l’espace public, cette avancée majeure nous conforte dans notre mission, qui vise à faire que notre pays soit à la hauteur des valeurs qu’il défend. Or il n’y a pas de grandeur sans conscience de ses fautes. C’est pourquoi nous le disons, la réparation est en marche, et c’est une bonne nouvelle pour la France », a conclu le président du Cran.

Previous post

LES "ÉVACUÉS" DE SAINT MARTIN MIEUX LOTIS QUE LES "RESTANTS" ?

Next post

2 cagnottes pour le rapatriement de Yohan Lavenaire en Martinique

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *