Divers

LE CAMPUS OUTRE MER DES POLITIQUES

Quand les élections approchent, le politique sort du bois. La comedia del arte dans toute sa splendeur et un Campus Outre Mer qui sert de COM aux politiques…

Samedi 5 septembre, le ministère des Outre Mer avait l’allure d’une auberge espagnole en référence au film de Cedric Klapich sur les échanges ERASMUS à Barcelone. Chacun était venu y trouver son trésor : les étudiants des renseignements concrets, les badauds l’espoir d’un cocktail, les M’as tu vu des cartes de visite prestigieuses. Le succès (prévisible) du Campus Outre Mer a permis aux hommes et femmes politiques de la communauté de faire leur rentrée officielle; enfin du moins ceux d’un bord politique. Et aux dires de nombreux observateurs, le spectacle le plus intéressant n’était pas le podium artistique pourtant alléchant mais le défilé de personnalités se devant d’être sur les photos de l’estrade.

A tout seigneur, tout honneur ! Venus « in direct live from Gwada », les inséparables Lurel et Chalus, pour une partie en terrain neutre, séparés par une ministre arbitre (excusez du peu). Avantage à Victorin Lurel (le champion sortant) qui peut se targuer d’accompagner depuis des années l’association AJEG. Mais le challenger Ary Chalus compte bien dans les 3 prochains mois démontrer tout l’attachement qu’il porte à la population estudiantine. Nous conseillons à tous les parents d’étudiants guadeloupéens de préparer des colis de douceurs pour leurs chérubins que nos candidats n’hésiteront pas à porter en personne aux quatre coins de l’hexagone. Une présidence de région vaut bien ce service.

Certains s’étonnaient qu’une ministre porteuse d’un projet et sur ses terres (au sens littéral) abandonne le navire pour cause de voyage officiel. La maîtresse de maison absente, les invités se montrèrent peu reconnaissants. Les sans grade avaient tout loisir après son départ de jouer les beaux, certains naïfs leur exposant leurs idées censées être rapportées dès son retour à la patronne de la rue Oudinot. Il est fort à parier que Lucien de Rubempré le héros de Balzac aura connu moins de désillusions.

La star du gouvernement Taubira se démarquant à son habitude a pu venir au moment choisi par elle sous l’œil envieux des autres postulants à la célébrité. Il y eut quelques grincements de dents sur sa partie en solo mais la présence de la Garde des sceaux est un gage de réussite, voire de triomphe pour toute manifestation. Se la jouant modeste, la question était de savoir si la ministre de la justice s’offrait un bain de foule ou pas. La candidate ultramarine du Parti Socialiste Viviane Romana  pour la région Ile de France pouvait justifier sa présence par son appartenance à la commission de la jeunesse, citoyenneté et de la vie associative et sa 2ème position sur les listes de la Seine Saint Denis après Claude Bartolone. De mauvaises langues laissaient entendre qu’elle marquait ainsi officiellement son territoire et ne laisserait sa place à personne.

Au pied du podium, les malchanceux, les éconduits, les pas connus. Rageux ou philosophes, ils sortirent leur plus beau sourire pour de belles photos à mettre sur Twitter pour épater la famille. Pas loin, les bokits frétillaient dans leur huile. Il semble que les étudiants se soient davantage intéressés à eux…

 

 

Previous post

COLLOQUE : MÉDIATISATION ET COMMERATIONS

Next post

LES BIENS SANS MAÎTRE

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *