Divers

Trop grosse pour être hôtesse ?

A partir de juillet 2019, les hôtesses de l’air seront interdites de vol si elles pèsent plus de 68 kilos pour 1,65 mètre.

La compagnie demande à ses hôtesses de l’air de maigrir pour pouvoir continuer à voler à bord de ses appareils. Elles seront évaluées par une équipe médicale qui leur proposera un plan minceur.

Elle donne 6 mois à ses hôtesses en surpoids pour perdre 13 kilos.

Un porte-parole de la compagnie a déclaré que le transporteur avait reçu plusieurs plaintes concernant des agent(e)s de bord obèses, soulignant que la note de service visait à réduire le personnel « minable ».

Ouf ! Il sagit de la compagnie Pakistan International Airlines, qui n’est pas en odeur de sainteté dans le domaine aérien.

Mais il est vrai que le métier d’hôtesse de l’air est synonyme de glamour et incarne un fantasme de féminité. Et malheureusement, il suffit de regarder les enfants à la sortie des écoles de Guadeloupe et de Martinique pour se rendre compte que devront prendre l’avion des petites baleines en devenir, passagères comme hôtesses.

L’enquête Kannari réalisée en 2013, nous indique que la surcharge pondérale correspond à des prévalences de surpoids de 34 % et d’obésité de 23 % parmi les Guadeloupéens âgés de 16 ans ou plus. Les femmes guadeloupéennes sont plus touchées que les hommes ( 63 % contre 50 %).

Un niveau de diplôme peu élevé est associée à une probabilité de surcharge pondérale plus forte.

Nos petites guadeloupéennes et martiniquaises doivent-elles renoncer pour toujours à être hôtesses ? En août 2012, Turkish Airlines aurait demandé à 28 de ses hôtesses de l’air de perdre du poids dans les 6 mois. En mars 2011, c’est Thai Airways qui demandait l’indice de masse corporelle (IMC) de ses employées.

Les remarques sur la prise de poids lors de la visite médicale sont régulières confie un steward d’Air-France.

Plusieurs hôtesses d’Aeroflot, la compagnie russe, ont indiqué qu’elles seraient discriminées au motif qu’elles seraient trop vieilles, grosses et moches.

Sommes-nous déjà aux Antilles trop vieux, trop gros, trop moches ?

Previous post

Delphine Batho : Il ne saurait y avoir d’entreprise clandestine de lobbying de la part de ceux qui veulent une montagne d’or

Next post

Appelez-le Maître Riner !

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *