Divers

TOUS CREOLES recevait Serge Romana et Emmanuel Gordien

Samedi 25 juin dernier, « Tous Créoles ! » a tenu sa 9° assemblée générale ordinaire annuelle à l’auditorium de l’hôtel Batelière réunissant environ 45 adhérents et plus de 220 participants pour la partie publique qui a suivi.

Tous creoles 2

Le rapport moral de l’association a été présenté à deux voix par Nicole DESBOIS, vice-présidente, et par Marie-Line MORMIN, responsable de la section parisienne. Un discours important, qui rappelle et précise les valeurs humanistes et d’apaisement portées par « Tous Créoles ! » depuis maintenant neuf ans, et qui se concluait en ces termes : « … à l’image de Gérard DORWLING-CARTER, cofondateur de l’association, nous affirmons résolument et sans complexes, nous, Nègres, Békés, Chabins, Mulâtres, câpres, descendants d’Indiens, Chinois, orientaux et moyen-orientaux et tout humain qui a décidé de faire souche en cette terre de créolité, que nous sommes « Tous Créoles ! ».

Puis c’était au tour du coprésident Roger de JAHAM de présenter le rapport d’activités pour l’année 2015 et le début de 2016 : pas moins de 25 opérations et manifestations de toutes sortes ont marqué ces 16 mois d’activité, traduisant un dynamisme sans faille de l’association. « Rencontrer, partager, avancer », c’est la devise de « Tous Créoles ! »

Après le rapport financier du trésorier, Emmanuel de REYNAL, administrateur, présentait aux adhérents l’un des trois Grands Dossiers élaborés par l’association, à savoir « Les Trois Mois Solidaires » ou TMS, une réflexion visant à apporter une réponse à la « Génération abribus », c’est-à-dire à nos jeunes qui vivent individualisme, fractionnement social, communautarisme, perte des valeurs communes, absence de repères, disparition du sens civique…

Joseph JOS, autre administrateur de l’association, prenait alors la parole pour exposer deux des trois Grands Dossiers portés par l’association : tout d’abord « Réflexion créole », une démarche cherchant à faire adopter une nouvelle définition du terme « créole » par les dictionnaires français, parce qu’un Créole ce n’est évidemment pas un homme ou une femme de race blanche… Joseph JOS enchaînait sur le livre « Quand MALRAUX rencontre CÉSAIRE » qui sera très prochainement coédité par l’AIAM (Association internationale des Amis d’André MALRAUX) et « Tous Créoles ! », ouvrage qui comporte les trois discours inédits alors prononcés en septembre 1958 par ces deux personnalités, constituant ainsi une joute oratoire de haute tenue littéraire.

… Après une courte pause-café, il était temps d’accueillir le public qui se pressait pour écouter Serge ROMANA et Emmanuel GORDIEN, respectivement président et vice-président du CM98 (Comité marche du 23-mai 1998).

Romana 1

… Le professeur Emmanuel GORDIEN s’installait derechef au micro pour un témoignage en Dé mo kat pawol extrêmement touchant sur l’histoire de son aïeul esclave et de ses récentes retrouvailles avec sa famille au Bénin. Maître de conférence des universités, praticien hospitalier en virologie, responsable du centre national de référence pour le virus de l’hépatite Delta, membre fondateur et vice-président du CM98, Emmanuel GORDIEN y est spécialiste de la généalogie des sociétés post coloniales et esclavagistes, responsable de l’atelier de Généalogie et d’histoires des familles du CM98.

Enfin, c’était au tour du professeur Serge ROMANA d’entamer la présentation, pour la première fois à la Martinique, des importants travaux conduits depuis maintenant 16 ans par l’association CM98 qu’il préside. Généticien à l’hôpital Necker-Enfants malades, professeur de médecine à l’université Paris-Descartes, Serge ROMANA aime à rappeler qu’il est descendant de Juliette, esclave matricule 5322, née en Guadeloupe en 1818 et nommée Romana le 14 septembre 1848 au Moule. Intitulé «Travail de mémoire et de Réconciliation dans les sociétés post-esclavagistes antillaises», son riche exposé milite pour la célébration de la mémoire des esclaves, ancêtres et parents de 80% des Martiniquais, et non plus seulement de commémorer l’abolition de l’esclavage, ainsi que nous le faisons aujourd’hui.

Au cours du débat qui a suivi, son épouse Viviane ROLLE-ROMANA a eu l’occasion de prendre la parole pour une intervention forte.

 

Previous post

Immatriculation des étudiants du Pacifique à la sécurité sociale

Next post

Babette attaque Pau-Langevin... qui lui répond !

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *