Divers

Le racisme existe dans la culture blanche. Et changer cela n’est pas chose aisée

Une interview de Lilian Thuram dans le Corriere dello Sport par Andrea Ramazotti pour dire stop à toute connivence avec le monde raciste.

CdS: Après le cas de Koulibaly en decembre, dimanche, de nouveaux cris racistes, cette fois contre Lukaku. Les fans italiens ne veulent pas vraiment changer…

Comment le pouraient-ils si les instances dirigeantes parlent sans lever le petit doigt ? Pour évoluer, vous devez prendre des décisions fortes afin de résoudre le problème. Si rien n’est fait, vous autorisez la poursuite de ces comportements d’une certaine manière. Le Président (de Cagliari) ne considère évidemment pas le racisme comme « sérieux ».

CdS : Qu’avez-vous pensé de ces hurlements à Cagliari?

Il y a beaucoup de gens qui parlotent, soulignent la nécessité d’un changement et ne font rien ensuite. Pour moi, ceux qui ne font rien, montrent leur approbation.

Si une chose vous dérange, vous faites tout votre possible pour la changer. En France, par exemple, les arbitres interrompent les matches en cas d’attitude homophobe dans les gradins : suspendre le match et envoyer les deux équipes au vestiaire est une forme d’éducation. En Italie, je ne me souviens pas de décisions aussi fortes.

CdS : La mentalité dans notre football est-elle mauvaise ?

Lorsque nous parlons de racisme, nous devons être conscients que le monde du football ne l’est pas mais qu’il existe un racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche. Les Blancs ont décidé qu’ils étaient supérieurs aux Noirs et qu’ils pouvaient tout faire. Malheureusement, cela dure depuis des siècles. Et changer une culture n’est pas une chose aisée.

CdS : La FIFA et Federation italienne ont fait part de leur inquiétude.

Combien d’années a-t-il fallu pour avoir de telles réactions ? Tout le monde estime que le sujet est sérieux, mais qu’il n’y a pas de solution. Si pendant de nombreuses années on en parle, mais que rien n’est fait, cela démontre une énorme hypocrisie et un refus de résoudre le problème. Un tel incident s’est produit en Angleterre avec Pogba, qui s’offusquait desréactions sur les réseaux sociaux. Un entraîneur à l’attitude hypocrite a déclaré qu’il fallait boycotter les réseaux sociaux parce que certains comportements n’étaient pas tolérables, mais le même technicien a déclaré dans le passé que les matches ne devaient pas s’arrêter. Tout le monde dit « Il faut faire quelque chose, mais personne ne fait rien ».

CdS : Alors que faut-il faire selon vous?

Les clubs doivent se sentir responsables de ce qui se passe parce que ces événements se produisent dans un espace clos, dans un stade. Et quand je dis » responsable », je ne veux pas dire » coupable « . Ils doivent admettre :  » Nous sommes responsables. Que pouvons-nous faire? ». Si vous admettez être responsable, c’est un bon début car cela ne se reproduira plus. Si personne ne se sent responsable, au contraire … ».

Previous post

Tu me frappes... STOP !

Next post

23% de la population réunionnaise en situation d’illettrisme

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *