Divers

Tahina Ralitera, LAURÉATE DE LA BOURSE SCIENTIFIQUE L’ORÉAL-UNESCO

Hier, en présence notamment de Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, la malgache Tahina Ralitera a reçu la prestigieuse bourse L’Oréal-UNESCO Femmes pour la Science, soit 15 000 euros pour accompagner sa recherche. Une reconnaissance pour l’Université de la Réunion où elle étudie.

Les travaux de recherche de Tahina Ralitera, doctorante du laboratoire LIM, lui valent d’avoir obtenu la prestigieuse bourse L’Oréal-UNESCO Femmes pour la Science. Ce programme identifie et récompense de jeunes chercheuses talentueuses dans les sciences formelles, les sciences du vivant et de l’environnement, les sciences de la matière, les sciences de l’ingénieur et technologiques.

Après trois ans d’études d’ingénieur à Madagascar, Tahina Ralitera obtient une bourse d’excellence qui lui permet de poursuivre ses études en informatique à l’Université de La Réunion depuis 2013.

Doctorante, ses recherches visent à reproduire sur ordinateur le déplacement des véhicules électriques sur un territoire pour déterminer les emplacements optimaux des bornes de recharge électrique au niveau d’une ville ou d’une île.

« Plusieurs scenarii sont testés, explique Tahina Ralitera. Les technologies de l’information et de la communication peuvent contribuer à améliorer les transports et la gestion des villes et des îles en les rendant plus « intelligentes ». C’est le concept de « smart city ». L’enjeu, c’est d’améliorer la vie des habitants en aidant l’écologie ».

Sélectionnée entre 1000 participantes, Tahina Ralitera a obtenu cette bourse afin d’accompagner la suite de sa carrière, soutenir ses travaux de recherche et lui donner la visibilité qu’elle mérite.

« Quand je l’ai appris, j’étais très fière, c’était l’explosion de joie… Je sautais partout !, confie la jeune femme. C’est d’autant plus important que la plupart des gens pense que l’informatique n’est pas une filière pour les filles. Quand on me voit on me dit que je ne ressemble pas à une geek. Moi, je ne sais pas ce que ça veut dire en fait… C’est un concept flou. Je ne me sens pas geek, je suis informaticienne, je suis normale et à ma place. Si j’ai un message à passer c’est que quand on aime quelque chose, on se donne les moyens pour réussir. Quand on aime les sciences, il ne faut pas se laisser parasiter par les préjugés ».

 

d’après Université de la Réunion

Previous post

Où en est la reconstruction dans les îles du Nord ?

Next post

La semaine du film Caraibe

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *