Société

Serge LETCHIMY : une nouvelle ère doit être ouverte pour une coopération démultipliée

Entretien depuis la Martinique avec le député Serge Letchimy qui nous explique les points forts de sa loi sur la coopération régionale votée à l’unanimité à l’Assemblée Nationale le 24 mars 2016 et fait un tour d’horizon de l’actualité.

97L : Vous avez remis à Ségolène Royal un rapport sur la mise en œuvre d’un modèle d’économie circulaire dans les COM. Quelles sont les différentes étapes de votre réflexion ?

En fait il y a eu deux rapports. Un premier sur les véhicules hors usage, dont l’enjeu est considérable. C’est un problème à la fois sanitaire et économique. La création de filières de traitement et de valorisation de différents matériaux qui composent les épaves est un défi économique pour l’avenir. De très nombreuses propositions ont été faites pour structurer la filière dans les Outre-Mer. Dans le second rapport, plusieurs types de déchets ont été répertoriés (épaves de bateaux, cartons, bois, verres, plastiques…) et de nombreuses propositions ont été faites pour organiser ces filières de traitement avec des choix pertinents en terme de valorisation énergétique. Un comité de pilotage a alors été mis en place par Ségolène Royale, que j’ai accepté de présider pour la mise en œuvre de près de 40 propositions. Ce qui est primordial, est d’arrêter le processus de transfert de déchets vers l’hexagone, alors que les pays d’Outre-Mer pourraient trouver sur place et dans leur environnement, de quoi créer de l’activité à partir d’une stratégie intégrée de valorisation de ces déchets.

letchi 2

97L : Parlez-nous de votre proposition de loi sur la coopération régionale.

C’est un moment historique au niveau régional car c’est une nouvelle étape franchie qui répond à des attentes de centaines d’élus considérant qu’une nouvelle ère doit être ouverte pour la coopération démultipliée. Il faut aujourd’hui passer à une diplomatie territoriale plus efficace qui donne aux collectivités la possibilité d’être plus crédibles selon un processus d’encadrement respectant la Constitution et permettant de libérer des énergies, de domicilier l’initiative dans nos territoires et d’entretenir des relations économiques, culturelles et humaines dans nos bassins transfrontaliers respectifs avec nos voisins. Un principe de programme cadre est autorisé permettant de négocier et de signer des accords, des engagements, sur plusieurs thèmes et avec plusieurs pays. Par exemple, La Réunion pourra désormais coopérer avec l’Afrique, l’Inde, la Martinique la Guyane ou la Guadeloupe avec toute la Caraïbe, les Amériques, en toute sécurité juridique. Dans les années à venir, cette ouverture peut se révéler être une source économique et culturelle inépuisable permettant des échanges fructueux entre notamment les jeunes étudiants et les acteurs économiques de la zone.

97L : La 12ème Conférence de la coopération régionale Antilles-Guyane vient de s’achever. Votre avis ?

Cette conférence a été un succès. La coopération démultipliée est en marche et ne pourra être que bénéfique pour l’avenir. Chacun l’a compris. C’est avec plaisir que j’ai répondu à l’invitation du gouvernement pour y présenter ma proposition de loi.

97L : L’amendement Gaillard interdisant le dragage des récifs coralliens a été adopté en mars. Quels sont vos souhaits dans ce domaine ?

D’une manière générale, je suis contre le dragage des récifs coralliens. Il faut éviter de détruire tout site où il y en a. Mais, dans le cas d’opérations vitales d’infrastructures économiques, il faut se donner les moyens d’intervenir avec des mesures de compensation écologique fortes.

97L :  Quelles sont les possibilités réelles pour la baisse du coût du travail en Outre-mer ?

Effectivement le coût du travail pénalise l’activité et particulièrement le tourisme qui travaille en saisonnalité. Le CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi), les baisses de charges sociales, fiscales, etc… doivent être maintenues, voir amplifiées, tout en privilégiant les secteurs productifs et en accompagnant la production locale. Cela passe aussi par la mise en œuvre de solutions très innovantes comme la pluriactivité qui consiste à donner une base légale à la sécurisation du parcours professionnel d’une personne qui exerce plusieurs activités au cours de l’année; par ailleurs, il me semble nécessaire de mettre en place une économie solidaire, avec des dispositifs d’approvisionnement de proximité dans l’agriculture pour réduire les surcoûts et la dépendance externe. L’économie devrait mieux intégrer la dynamique du numérique.

97L : Quelle réponse apportez-vous à la question posée lors de la conférence de Sciences Ô « L’égalité réelle économique dans les Outre-mer peut-elle tout résoudre ? »

L’application de l’égalité est un droit qui engage l’Etat. L’Etat a la responsabilité constitutionnelle de permettre à tout un chacun y compris les populations d’Outre-Mer, d’accéder aux droits sociaux, à la justice, aux financements publics, au droit au logement… sans discrimination.  Cependant on peut difficilement parler d’égalité réelle, sans poser la question du développement économique local. Car le développement alimente et assure la prospérité, construit les bases du progrès. Egalité et développement, l’un se nourrit de l’autre.

97L : Hervé Toussay le président de l’AMPI mise sur le développement des nouvelles technologies du numérique et de la robotique.

Hervé Toussay a raison. La Martinique peut retrouver et instaurer une dynamique industrielle basée sur les technologies nouvelles, sous la forme de technopoles, de pôles de compétitivité. C’est ce que nous avions engagé dans des zones à Mangot Vulcin (biodiversité), à Sainte-Marie (énergies renouvelables) et à Ducos (Nouvelles technologies).

97L : La déchéance de nationalité, la démission de Christiane Taubira ?  

Après quatre mois d’hésitations, la réforme de la constitution n’aura pas lieu. Tant mieux. Je suis sur la même position que Christiane Taubira.

97L : Le mandat de Barack Obama, prend fin en janvier 2017, votre analyse de ce que représente Obama pour l’histoire de l’Amérique ?

Aujourd’hui, le président Obama a un bilan économique positif et on peut dire qu’il a déjà sauvé les Etats-Unis de la dépression. Quand il est arrivé au pouvoir, l’immobilier ne se vendait plus, le chômage explosait et aujourd’hui les Etats-Unis sont proches du plein emploi. Même si cela a été compliqué, son projet de loi sur la santé, Affordable Care Act, a été adopté. C’est un succès, car 18 millions de personnes sont maintenant assurées grâce à ce nouveau dispositif. Obama s’est aussi attaqué courageusement aux lobbies des armes. Il a réussi à retirer toutes les troupes d’Irak et d’Afghanistan, comme il s’y était engagé dans sa campagne électorale de 2008. L’une des grandes victoires diplomatiques de Barack Obama reste la normalisation des relations diplomatiques avec Cuba qui ne sera pas sans répercussions positives sur la Caraïbe.

97L : Pour conclure, vos projets pour 2016 ?

Lutter pour que la France réussisse à s’accepter comme un pays multiculturel. Il faut mettre en place une vraie politique de la reconnaissance comme le dit Edgar Morin. C’est le seul moyen d’aller vers une fraternité nouvelle et d’ouvrir des perspectives d’un nouveau vivre ensemble en France, au cœur d’une république unie.

Wanda NICOT

 

Previous post

Alain Yacou nous a quittés

Next post

UNSA Réunion : La 1ere des inégalités c'est l'insécurité !

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *