Société

SERGE BILE SE DECOUVRE DE NOUVELLES ORIGINES

A l’approche des régionales, la tension monte  un peu partout et le moindre propos journalistique doit être soupesé. Serge Bilé, le présentateur de Martinique 1ère  vient d’en faire les frais, qualifié d’ « héritier de Goebbels » par le porte-flingue du PPM Camille Chauvet pour un reportage sur les transferts entre les deux conseils. 

« Dans votre pays la Côte-d’Ivoire vous ne ferez jamais ça car vous savez ce qui se passerait. En Martinique votre pays d’accueil, votre pays de cœur vous vous comportez comme un héritier de Goebbels. » écrit sur Facebook celui qui se qualifie de « soldat de Serge Letchimy ».

Le Club Presse Martinique a tenu à soutenir les journalistes de Martinique 1ere

Face à la déferlante de propos insultants exprimés par un certain nombre de personnalités politiques à l’égard de la rédaction de Martinique 1ere, le Club presse Martinique :

– S’insurge contre les qualificatifs « d’héritiers de Goebbels » et de « malpropre » prononcés à l’encontre des journalistes du service public de l’audiovisuel,

– Rappelle, à leurs auteurs qu’une simple précision de leur part corrigerait une erreur souvent non intentionnelle,

– Constate avec regret que ces agissements se multiplient alors que la campagne pour les élections de la CTM n’en est qu’à son début.

Le Club presse Martinique s’élève contre toutes les tentatives d’intimidation et de menace attentatoire à la liberté́ d’expression.

Le Club Presse Martinique appelle les uns et les autres à la raison pour que la presse Martiniquaise puisse exercer en toute indépendance.

Pour le Club Presse Martinique Claude Bourgrainville

Dans un autre style, voici le courrier de Jean François Lafontaine, directeur de cabinet au conseil régional Martinique au Rédacteur en Chef de Martinique Première télévision.

Mr. Alain Petit

Je prends connaissance comme de nombreux martiniquais dans votre édition du journal de 19h du mardi 15 septembre 2015, d’un sujet faisant état d’un différend entre les deux collectivités Conseil Général et Conseil Régional sur la mise en place de la CTM.

Ce reportage, images à l’appui, trouve son fondement dans un meeting du MIM qui s’est tenu à Rivière-Pilote le vendredi 11 septembre. Durant ce meeting, un courrier de la présidente du Conseil Général… a  largement meublé l’ordre du jour de cette réunion politique de propagande.

Ce courrier, dans lequel Josette Manin, Présidente du Conseil Général, s’inquiète très légitiment d’une préséance qui aurait été établie par un amendement entre l’encadrement Région et Département dans la mise en œuvre de la fusion en Collectivité Unique à venir.

Ce reportage me semble dénué de toute déontologie pour les raisons suivantes :

  • Le présentateur de service Serge Bilé fait état dans les titres « des postes qui seraient raflés par les cadres du Conseil Régional au détriment des cadres du Conseil Général », sans en apporter aucune preuve.
  • L’illustration qui suit, réalisée par Dominique Legros, fait la part belle à une polémique purement politicienne tenue par les acteurs du « Gran Sanblé » du Mouvement Indépendantiste Martiniquais tenu le 11 septembre dernier.
  • Serge Bilé soutient, de manière erronée, que cet amendement a été « déposé par Serge Letchimy », insinuant de ce fait une déloyauté de Serge Letchimy à l’égard de Josette Manin
  • Le parti pris du sujet, tant par le présentateur que par le sujet qui l’illustre, est sans équivoque.

On ne peut que s’indigner contre de telles pratiques à charge contre les actuelles majorités des 2 collectivités…On ne peut que s’indigner contre ces pratiques destructrices, malveillantes et complètement contraires à celles mises en œuvre depuis 4 années par les deux exécutifs  et visant à construire dans l’apaisement et la confiance des agents des 2 collectivités, ce grand tournant institutionnel voulu par les martiniquais en 2010…

… Toujours dans le souci de fournir une information fiable, vérifiée et de qualité, je souhaite vivement qu’un rectificatif, rétablissant les vérités élémentaires sur ces faits, soit apporté.

Le mot de la fin revient à Serge Letchimy

« La liberté de la presse est un des fondements de notre démocratie.

Elle est d’autant plus précieuse en ce moment politique majeur qu’il faut tout faire pour la préserver, la protéger et la promouvoir.

Rien ne peut justifier de ne pas respecter ces valeurs essentielles de la démocratie.

Oui, les injustices, la désinformation, la manipulation politique sont difficiles à excepter et c’est humain.

Mais pour être à la hauteur de notre mission, nous devons accepter ce qui est injuste, recueillir les critiques acerbes, faire des analyses libres, contradictoires, qui sont au coeur du débat citoyen.

Nos journalistes font tout pour rester objectifs et impartiaux il faut les aider à remplir cette fonction difficile.

C’est seulement en prenant de la hauteur que nous poursuivrons la bataille dans la sérénité ».

 

Malgré ces belles paroles, on peut s’interroger sur la liberté de manœuvre dont disposeront les journalistes de la chaîne publique dans les prochains mois, avec des responsables de rédactions généralement frileux. On se souvient d’Eric Jalton, peu satisfait du classement de la ville des Abymes placée en avant dernière position dans le scanner, émission test avant les municipales, ayant porté plainte contre le journaliste Eric Stimpfling de Guadeloupe 1ère, le tribunal de Grande Instance lui donnant raison. Il faudra tourner sa langue 7 fois dans sa bouche avant de parler politique, au risque de se faire taper sur les doigts.

 

 

Previous post

LE FESTIVAL KANOAS

Next post

COLLOQUE NUTRICREOLE : BIEN DANS MON ASSIETTE

garincha josso

garincha josso

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *