Culture

Sephora Goignan sur les traces de Nabilla ?

Ceux qui ont passé en boucle le clip de Jahyanaî King « One Innah Million » savent de qui l’on parle. La superbe créature en robe moulante noire puis dans un bikini vert se révèle au niveau national.

Depuis le lundi 4 février en fin d’après-midi, NRJ12 diffuse les Anges 11 avec une partie tournée à Marrakech oú rejoignant des habitués de l’émission, 9 anges anoymes tentent de gagner leur place pour la 2eme partie à Miami.

Enfin, il y a une Ange pas si inconnue que cela. La guadeloupéenne Séphora Goignan, mannequin, n’est autre que l’ex du footballeur Kingsley Coman du Bayern Munich. Leur idylle a tourné court avec la condamnation de l’international pour violences conjugales. Et Sephora a décidé de tenter sa chance dans la télé-réalité.

A NRJ 12 on compte sur elle pour booster les Anges qui saison apres saison perdent des téléspectateurs, avec 199 000  curieux pour le lancement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle y va franco, sortant des vérités désagréables à tout le monde.

« Pourquoi on ne va pas m’aimer ? Parce que j’ai une grande gueule ! Parce que je ne suis pas quelqu’un d’hypocrite ». Un personnage donc, à qui on a laissé carte blanche quand on lit les commentaires des autres « C’est quelqu’un avec qui je me suis beaucoup embrouillée mais j’ai décidé de faire la paix avec elle pour que ça se passe bien dans la maison… »

« Je pense que cette fille veut faire voir à tout le monde qu’elle a du caractère et elle n’arrête pas de dire qu’elle s’en fout de nous… »

On lui conseillera aussi de sortir quelques expressions créoles, tchipper bruyamment et wahiner en permanence pour devenir un personnage jusque lá jamais vu sur le petit écran. Ça passera ou ça cassera, mais on pense que les 15/20 ans vont l’adorer.

A ceux qui se désoleraient que nous comparions Sephora à Nabilla, sachez que la bimbo accro au shampoing a engrangé entre 200 000 et 300 000 € pour sa téléréalité avec son compagnon, que sa collection de vêtement lui rapportait 100 000 euros par mois, sans compter les droits d’auteur de son livre Trop Vite vendu à 20 000 exemplaires. De quoi mettre une famille guadeloupéenne à l’abri du besoin. Et ce serait déjà pas mal.

Previous post

Qualitropic soutenu pour une nouvelle labellisation

Next post

Nell Irvin Painter : comment s'est construite la notion de race blanche ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *