Divers

Samia BADAT-KARAM : l’Outre-mer au cœur

Samia Badat-Karam cache sous ses airs de douceur apparente, une femme de convictions qui sait où elle va. Comme elle le dit elle-même « J’y vais petit à petit »… mais, à coup sûr, elle y va !

Originaire de Saint-Denis de la Réunion, elle voit le jour en 1978. Très attachée à son île, elle n’en oublie pas pour autant ses origines indiennes et la vie modeste que ses arrières grands-parents menaient dans un petit village d’Inde avant d’arriver sur cette île de l’Océan Indien. Aujourd’hui, elle estime être de son devoir de rendre à la France ce qu’elle a reçu. Et c’est en s’engageant dans la vie politique de son pays d’accueil qu’elle a choisi de le faire. Avec ses convictions chevillées au corps, son amour pour les outre-mer et le respect de sa religion, l’islam, Samia Badat-Karam avance, chaque jour un peu plus, pour que chaque département d’Outre-Mer ait sa place au même titre que n’importe quel autre département français.

Sa carrière professionnelle 

Samia Badat-Karam débute sa carrière professionnelle à Paris, en 2001, en tant que Chargée de recrutement. Elle la poursuit sur son île natale en tant que chargée de mission à la Direction des ressources humaines au Conseil général de la Réunion (2002-2004). D’abord chargée de mission pour la veille législative et réglementaire à la Direction générale des Services au Conseil général de la Réunion (2004),  elle devient chef de cabinet de Nassimah Dinbar, présidente du Conseil général de la Réunion (2004-2007) avant de regagner l’hexagone. De 2007 à 2011, elle occupe le poste de chef de cabinet du Délégué interministériel pour l’Egalité des chances des Français d’Outre-mer. Elle décroche ensuite le poste de directrice des marchés publics à l’ADOM (Agence de l’Outre-mer pour la mobilité), avant d’être recrutée à la FEDOM (Fédération des entreprises d’Outre-mer) au poste de directrice des relations publiques. Elle est, depuis janvier 2014 secrétaire générale de la FEDOM.

Sa carrière politique 

Samia Badat-Karam a fait ses armes en tant que Responsable départementale adjointe des Jeunes POP de la Réunion. Lors des élections régionales en Ile-de-France de mars 2010, elle est responsable du groupe « Les Réunionnais avec Valérie Pécresse. Elle est ensuite nommée Secrétaire nationale de l’UMP chargée des nouveaux engagements solidaires, avant que Nicolas Sarkozy ne la choisisse comme responsable de campagne pour les originaires d’outre-mer en métropole lors des présidentielles de 2012.

Depuis mars 2014, Samia Badat-Karam est adjointe au maire du 16ème arrondissement de Paris. Et dans cet arrondissement, réputé très huppé, elle a, comme elle dit, « imposé les outre-mer ». Elle a su, en effet, créer un véritable lien avec le personnel, à 90% originaire des outre-mer, en prenant le temps d’écouter les difficultés de chacun. Elle a ainsi pu apporter des améliorations dans la vie de ces personnels en faisant en sorte, par exemple, que leur travail  soit mieux considéré ou qu’ils puissent bénéficier d’une mutuelle…

« Imposer les outre-mer », c’est aussi, pour elle, privilégier un traiteur ultramarin lors des cérémonies organisées par le maire du 16ème, mettre en place des semaines de découverte de la gastronomie ultramarine, faire travailler les entrepreneurs des outre-mer parce qu’elle connaît leurs compétences.

Elle dit se sentir fière d’être dans cette mairie où elle prend réellement la mesure d’être française et avoue ressentir une véritable émotion lorsqu’elle se pare de son écharpe tricolore pour célébrer un mariage.

Il y a trois mois, Samia Badat-Karam a été nommée vice-présidente du comité des Outre-mer chargée des ultramarins de Métropole par les cadres du mouvement des Républicains présidé par Nicolas Sarkozy, celui qu’elle considère comme son mentor en politique. Elle raconte d’ailleurs volontiers la fascination qu’elle a pour l’ancien Président de la République.

Samia Badat-Karam est une femme qui n’arrête pas une seconde. Celle qui dit « avancer petit à petit » a pourtant déjà fait de grands pas. Il lui reste encore, selon elle, à réconcilier la France et les français avec l’islam. Elle prône, en effet, l’exemple réunionnais pour la pratique de cette religion.

Previous post

EELV désavoué par La Réunion Ecolo

Next post

L'ANTENNE DU COMITÉ DES ILES DE GUADELOUPE A PARIS

Lydia PONCHATEAU

Lydia PONCHATEAU

1 Comment

  1. Gabrielle
    octobre 11, 2015 at 19:38 — Répondre

    Un exemple pour les jeunes femmes d’où qu’elles soient en France. L’amour de son pays, l’envie de faire bien n’ont pas de prix.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *