Société

SAINTE ROSE : PEUR SUR LA VILLE

A Sainte-Rose les réseaux sociaux font « pêter » les têtes et une bande armée terrorise la ville.

Que se passe t-il à Sainte-Rose depuis quelque temps ?

Après l’épisode où les Bazajet se tiraient dessus par média interposé, et qui est rentré dans l’ordre, voila qu’une bande tire sur la population et cette fois-ci à balles réelles. Cela s’est passé aux environs de la Boucan, et pour une fois ce n’est pas le pont qui est en cause. En tout cas il a fallu pas moins de cinquante gendarmes pour ramener la paix dans ce secteur après l’arrestation de quelques uns des protagonistes de cette épisode de frayeur qu’on pourrait surnommer à juste titre: Peur sur la ville et qui auront à répondre de leurs actes devant la justice.

Mais la frayeur dans cette cité du nord Basse-Terre ne s’arrête pas là. La semaine dernière, quelques gamines âgées entre douze et quinze ans ont posté sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle elles martyrisent une fillette de douze ans qui pleure et qui supplie de la laisser tranquille tandis que les coups pleuvent en veux-tu en voilà. Le buzz est garanti et des milliers de personnes s’indignent face à un tel comportement, une telle barbarie. La fillette agressée est reconnue ainsi que certains des agresseurs. Il s’agirait d’enfants de Sainte-Rose semble t-il. Madame le maire est alertée, elle prend contact avec la gendarmerie et plainte est déposée. Le recteur est aussi alerté, mais rétorque que les faits n’ont pas eu lieu dans un établissement scolaire mais dans une enceinte privée qui échappe au contrôle du rectorat;

Mais ce n’est pas fini car dans la foulée une autre vidéo à fait à nouveau le buzz et cette-fois, c’est une adulte qui frappe à coup de pieds sur la tête d’une adolescente qui hurle sous la douleur sans que son agresseur entende ses cris. Là encore il semblerait que les personnes en cause résident à Sainte-Rose. Rebelote, madame le chef d’édilité prend contact avec les gendarmes, plainte est à nouveau et l’affaire suit son cours.

En arriver là pour chercher à faire le buzz absolument, montre à quel point nos concitoyens, fussent-ils des adolescents n’ont peur de rien et pensent qu’ils peuvent agir en toute impunité. A noter que dans ces vidéos postées sur les réseaux sociaux, les acteurs ne sont que des filles, ce qui semble indiquer que le temps où ces dernières jouaient à la poupée est bien révolu. C’est triste. On avait l’habitude de voir plutôt des tournantes vraies ou imposées, mais ici la violence à fait un grand pas en avant. Sans vouloir influencer quiconque dans de telles situations la loi doit s’appliquer.

Mais peut être que la société à aussi une part de responsabilité à travers ceux qui sont en responsabilité dans notre pays, car aider les personnes qui se battent pour sortir les laissés pour compte de leur isolement n’est pas une priorité. Tant que vous ne naviguez pas dans les ambiances festives, vos demandes resteront vaines si vous sollicitez une aide pour mener une action de conscientisation… L’éducation est la seule arme contre toutes les dérives sociétales, mais trop de décideurs semblent l’oublier.

Face à ces faits on peut s’interroger afin de savoir si les jeunes connaissent vraiment les dangers des réseaux sociaux. Si ce sont des armes redoutables pour communiquer, ils autorisent aussi bien des dérivent qui échappent à l’autorité parentale. Chers parents, ouvrez l’œil.

Previous post

ELLE AVAIT 22 ANS...

Next post

LE JAZZ EN CREOLE A SA VOIX

hugo FRAN

hugo FRAN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *