Musique

Saïna Manotte : le chant comme une nécessité

C’est à l’école d’orgue de Guyane que Saïna Manotte découvre sa passion pour la musique. A l’âge de cinq ans, elle y découvre sa voix, l’explore et apprivoise parallèlement le piano, qui sous ses doigts, deviendra son plus fidèle confident.

Après l’obtention de son baccalauréat, elle quitte sa Guyane et pose ses valises en Région parisienne où elle obtiendra un master de recherche en Musicologie et Arts du spectacle à l’université.

En 2016, elle commence à écrire pour répondre à l’urgence de clamer son amour pour sa terre. Créole par essence, par culture et tellement par amour, elle chante son premier titre Ti péyi-a comme un cri dans la nuit. Cri que le public Guyanais entend et reçoit chaleureusement.

Alors, la jeune artiste continue d’écrire et de se dévoiler. Elle chante, comme une nécessité, comme pour dire qui elle est, comme pour dire qui elle aime. Avec San To et Demain peut être meilleur, où elle tire la sonnette d’alarme sur la situation de la Guyane quelques mois avant les évènements de mars 2017, Saïna Manotte sème une graine dans le cœur des caribéens.

L’artiste donne aussi des rendez-vous musicaux sur les réseaux sociaux grâce à ses propositions originales, telles que le medley kréyol, hommage aux chansons qui ont bercé son enfance, en duo avec Lova Jah, visionné des centaines de milliers de fois sur sa page facebook.

Avec ses premiers EPs « Poupée Kréyol » sorti en mars 2017, et « Poupée Kréyol II » sorti en 2018, odes à sa féminité et à sa créolité, la jeune femme voit fleurir cette graine.

Saïna Manotte, audacieuse, va à la rencontre de ceux qui l’ont entendue, et concerts après concerts, naît une fleur sauvage, fragile et profonde car, riche d’expériences artistiques diverses, la guyanaise a su prendre le public par la main pour l’emmener dans son univers.
Pianiste et chanteuse à la voix délicate, elle invite celui qui prête l’oreille à
voyager entre rythmes créoles, caribéens, et sud-américains.

Son premier Album, paraît comme un cri encore, comme une nécessité toujours, comme un bouquet peut-être.

Previous post

Réouverture des écoles le 11 mai : Une prise de risque sanitaire considérable

Next post

A Revoir !

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *